FLASH
L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 12 mars 2011

 

L'apartheid n'est pas en Israël, mais dans le monde arabe, notamment au Liban, où la discrimination antipalestinienne est une politique officielle.
PHOTO: ABBAS MOMANI, AFP

Les gauchistes qui ont pris possession de nos universités ont décrété une «semaine de l'apartheid israélien». Ce qui illustre bien l'adage de Jean-François Revel selon lequel l'information est inutile pour générer des prises de position politique et les diffuser.

 

Israël, un État d'apartheid? De toute évidence, cela ne tient pas la route. Environ 1,2 million Arabes, chrétiens, musulmans, druzes, bédouins sont citoyens de plein droit, votent et sont représentés à la Knesset. Un des membres de la Cour suprême d'Israël est un musulman. Nombre d'officiers de l'armée et de la police sont des Arabes. La diplomatie israélienne compte un grand nombre de consuls arabes. Quels rapports avec l'Afrique du Sud d'avant-Mandela?

Par contre, l'apartheid est visible, palpable dans les pays arabes et musulmans. Mais qui le dénoncera? Sûrement pas ceux qui organisent ladite «semaine antiapartheid israélien». Pourtant, ils auraient quelques raisons de le faire.

Tout d'abord, les États arabes ont tous ou presque un régime officiel d'apartheid. Les Kurdes syriens vivent sous la botte de la soldatesque d'Assad. Les Coptes égyptiens souffrent des attentats terroristes, des sermons haineux et du mépris quotidien.

Au Liban, la discrimination antipalestinienne est une politique officielle. L'apartheid y est une affaire quotidienne et tangible. Les Palestiniens ne sont pas autorisés à ouvrir leurs propres entreprises, ni à exercer certaines professions. Cela dure depuis 60 ans, sans espoir de changement.

En Irak, les chrétiens sont massacrés et contraints à l'exil. Au Soudan, les Arabes du nord ont massacré 300 000 chrétiens et animistes du Darfour, et en ont exilé deux millions d'autres. En Algérie, les Kabyles sont traités comme des citoyens de seconde zone dont on nie la langue et la culture au nom du panarabisme.   

Qui a entendu parler de la semaine contre l'apartheid libanais ou syrien ou égyptien ou irakien ou soudanais ou algérien? Jamais un mot, jamais une manifestation contre ces régimes qui ont en commun de ne reconnaître que l'islam comme religion d'État, les autres étant «tolérées» selon la loi de la Charia, c'est-à-dire à titre de religions de dhimmis inférieurs.

Chaque jour, des réfugiés noirs passent illégalement la frontière égypto-israélienne pour demander asile en Israël. Si Israël était ce que ses détracteurs prétendent, comment expliquer que des Noirs, qui savent trop bien ce qu'est l'apartheid, cherchent refuge en Israël?

Les résolutions de l'ONU qui se sont focalisées sur Israël ont du même coup occulté les exactions des dictateurs arabes contre leurs propres populations. On y a même élu la Libye comme membre de la Commission des droits de la personne, laquelle a centré ses condamnations sur Israël et permis ainsi à toutes les dictatures élues au sein de cette commission de n'être jamais inquiétées.

Pire encore, la Lybie a été louée l'an dernier à l'ONU pour la promotion des droits humains par une vingtaine de pays comme la Corée du Nord, le Myanmar, l'Iran, le Soudan. Ces dictatures se sont donné les unes les autres le droit d'écraser leurs propres populations en contrôlant cette commission. C'est cette même farce sinistre que l'on nous refait ici dans nos universités.

Dans nos universités, quelques étudiants hyper-gauchistes se réclament d'un cirque ubuesque ou aucun État arabe coupable d'apartheid n'est dénoncé. Il serait temps que ces étudiants apprennent à penser.

Signataires de cet article : 

Steve Ambler (Université du Québec à Montréal),
Barry Babin (LTU),
Jacques Brassard (ancien ministre),
Richard Bastien (économiste),
Julien Bauer (Université du Québec à Montréal),
Germain Belzile (HEC),
Jean-Charles Chebat (HEC),
Claire Gélinas (Université du Québec à Montréal),
Patrick Imbert (Université d'Ottawa),
Michael Laughrea (McGill), 
Jacques Picard (Université du Québec à Montréal),
Jean Renaud (Égards)
 
L'article original, publié avec l'aimable permission de Jean-Charles Chebat, peut être consulté sur le site Cyberpresse.ca
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz