FLASH
Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 13 mars 2011

Breaking news

La France officielle déclare la guerre à Israël

Correspondance de Michel Garroté à Tel Aviv

Des « palestiniens » ont massacré une famille juive pendant son sommeil dans la nuit de vendredi à samedi. Il s’agit de Ruth et Oudi Vogel ainsi que leurs jeunes enfants, Yoav, Elad et Hadass.

En France, les médias et les politiciens n’en parlent quasiment pas. Et quand ils en parlent, c’est pour redouter de possibles représailles israéliennes. Ou encore, pour diaboliser 500 logements israéliens (pas 5 millions, pas 500'000, pas 5'000, non, 500). Pire, les victimes de ce meurtre collectif n’ont même pas droit au nom de « personnes humaines ». Les victimes, pour peu qu’on en parle, ne seraient que des « colons ». Des gens qu’il faut exterminer en quelque sorte.

Dimanche 13 mars 2011 le matin, Maayan Lubell et Jean-Philippe Lefief, pour le service français de l’agence de presse britannique Reuters, dans une dépêche intitulée « Vaste projet immobilier pour les colonies de Cisjordanie », racontent, à leur façon, peu après le massacre d’une famille juive, que « les autorités israéliennes ont approuvé dimanche la mise en chantier de plusieurs centaines de logements dans les implantations juives de Cisjordanie, au lendemain de l'assassinat d'un couple de colons et de leurs trois enfants ».

Reuters : « Les forces israéliennes sont toujours à la recherche du ou des auteurs de l'agression, commise à Itamar, une implantation proche de Naplouse. Après avoir promis que cet acte n'altèrerait pas le développement des colonies, Benjamin Netanyahu, chef du gouvernement, a convoqué samedi soir un conseil des ministres extraordinaire sur le sujet. Ses services indiquent dans un communiqué diffusé dimanche que "les ministres ont décidé d'autoriser la construction" de quelques centaines d'unités d'habitations dans ces implantations ».

Reuters : « Selon le quotidien Haaretz, il s'agirait de 500 logements. La décision va, à n'en pas douter, susciter une vague de réprobation internationale et nourrir l'hostilité de l'autorité des Palestiniens à une relance du processus de paix. Le dialogue, renoué le 2 septembre à Washington, a été gelé quelques semaines plus tard à l'expiration du moratoire sur les mises en chantier dans les colonies que Benjamin Netanyahu a refusé de prolonger, malgré l'insistance des Etats-Unis » (Fin de la dépêche Reuters).

Le service français de l’agence de presse britannique Reuters n’est pas le seul à réagir de la sorte au massacre d’une famille juive pendant son sommeil dans la nuit de vendredi à samedi. Car en France, la quasi-totalité des médias et des politiciens n’en parlent pas. Ou alors, ils en parlent, mais pour redouter de possibles représailles israéliennes et pour diaboliser 500 logements israéliens.

Personne ou presque, dans la caste politico-médiatique parisienne, ne présente ses condoléances aux rescapés de cette abominable boucherie, aux personnes en deuil. La France officielle pleure les victimes d’Auschwitz. Mais cette même France officielle déteste les Juifs vivants, notamment les Juifs qui vivent en terre d’Israël. Et même lorsqu’ils meurent, la France officielle continue de se focaliser sur d’éventuelles représailles israéliennes et sur d’éventuels nouveaux logements.

En se comportant de façon aussi abjecte, la France officielle – et sa caste politico-médiatique parisienne – depuis ce week-end, déclarent, en réalité, ouvertement, la guerre à Israël ; et se rangent, résolument, du côté des assassins.

Il est grand temps que les Juifs Français et leurs amis passent à l’offensive – écrite – par le biais d’Internet. Que l’on soit Juif ou pas, l’on ne peut plus se contenter de critiquer la politique officielle de la France. Il faut interpeller vigoureusement cette France officielle (qui quoi qu’elle puisse alléguer ne comprend strictement rien aux réalités présentes du Proche Orient), il faut l’interpeller vigoureusement jusqu’à ce qu’elle change d’attitude.

Il faut interpeller vigoureusement la France officielle et sa lâcheté à chaque fois que cela s’avère nécessaire. Ce n’est plus une question concernant les Juifs Français exclusivement. C’est une question à la fois morale et existentielle pour toutes les personnes de bonne volonté.

Correspondance de Michel Garroté à Tel Aviv

http://fr.news.yahoo.com/4/20110313/twl-po-colonies-38cfb6d.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz