FLASH
[27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ivan Rioufol le 22 mars 2011

L'exaspération. Ce sentiment collectif explique la montée prévisible, hier, des abstentions (55%) et du FN (15%) à l'issue du premier tour des cantonales, qui a placé le PS en tête (25%, contre 17% à l'UMP). 

Cela fait longtemps, en effet, que la crise de confiance s'est installée entre les électeurs et leurs représentants, vus de plus en plus comme des cancres dissimulant leurs incompétences derrière des discours automatiques. De ce point de vue, l'ambiguïté que maintient l'UMP dans ses consignes de vote au second tour révèle la confusion intellectuelle qui s'est installée au sein de la majorité. Elle dit refuser de participer à un "front républicain" contre le parti de Marine Le Pen (c'est-à-dire d'appeler à voter PS en cas de duel avec lui), mais interdit en même temps de soutenir le FN… tout en regrettant la place prise par les absentions. Ce qui revient, si l'on suit le raisonnement chaotique, à conseiller mezza-voce de voter à gauche sans le dire. En fait, une faille est probablement en train d'apparaître dans l'unité de façade de l'UMP, qui risque d'éclater en cas d'échec au premier tour de 2012.

Reste que cette exaspération est devenue un élément politique. Sur ce registre, des actes sont attendus.

Nicolas Sarkozy, judicieusement inspiré en l'occurrence par Bernard-Henri Lévy, a ainsi rehaussé d'un coup sa position et celle de la France, en choisissant la force contre Mouammar Khadhafi, avec le soutien inespéré de l'ONU. Ouvrant le feu, samedi à 17h45, contre des blindés de ce Caligula, la France a retrouvé un peu de son honneur et de ses idéaux, en frappant un tyran qui l'avait humiliée à plusieurs reprises, notamment en plantant sa tente à deux pas de l'Elysée.

Je note que cette stratégie du poing dans la gueule, qui met un terme apparent à la politique vénusienne de l'apaisement et du soft power, suscite un étonnant consensus, de la part de ceux qui n'ont pourtant eu de cesse de critiquer les néoconservateurs et leurs méthodes, dans leur mobilisation pour la démocratie dans les pays arabes. Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais il est loisible de distinguer, dans ce soudain réveil de la fierté française, une réponse attendue à l'irritation des esprits et à leur démobilisation.

Ivan Rioufol

L'article original peut être consulté sur le blog de Ivan Rioufol

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz