FLASH
[25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 12 avril 2011

De l’Europe de Maastrislam à l’Espace de Schengallah

Par Michel Garroté

La revue de presse LSB signale que l'afflux de migrants mahométans venus d'Afrique du Nord – vers l'Europe de Maastricht, vers l’Espace Schengen – cet afflux a donné lieu à un affrontement entre Ministres de l'Intérieur de l'Union Européenne. C’est la vie. Parfois les afflux provoquent des affrontements. Affrontement de l’Italie avec la France, avec l'Allemagne et avec l'Autriche qui veulent fermer leurs frontières aux migrants mahométans titulaires d’un « permis de séjour » (permis temporaire) délivré par l'Italie.

Le Ministre italien de l'Intérieur Roberto Maroni a même manifesté – publiquement – sa colère : « Nous avons demandé de la solidarité. On nous a répondu "débrouillez-vous seuls". Je me demande si cela a encore un sens de faire partie de l'Union européenne. Nous allons continuer à faire seuls ce que nous faisons. Mieux vaut être seuls qu'en mauvaise compagnie ».

De son côté, dans un article intitulé « L'Europe qui rit et qui pleurera peut-être demain », Robi Ronza, sur ‘La bussola’, écrit notamment (extraits adaptés) : « A en juger par le visage et le comportement qu'ils avaient quand ils se sont présentés à la presse, la rencontre à Milan entre notre Ministre de l'Intérieur Roberto Maroni et son homologue français Claude Guéant, cette rencontre a été ce qui dans le langage diplomatique se définit comme un "franc échange de vues", c'est-à-dire qu'ils s'en sont dits des vertes et des pas mûres. Sur la question des permis temporaires, chacun est resté sur ses positions, mais, peut-être pour éviter de donner l'impression que la rencontre avait totalement échoué, ils se sont dits d'accord sur une initiative aussi spectaculaire qu'inutile, à savoir des patrouilles navales conjointes au large de la côte tunisienne, patrouilles hâtivement définies comme une sorte de blocus naval par les journalistes aussi inexpérimentés que désireux de faire un scoop ».

Robi Ronza : « Et s'ils croisent des bateaux qui naviguent en haute mer, ces moyens navals italiens et français, que pourront-ils faire pour les arrêter ? Leur enjoindre de changer de cap? Mais que feront-ils s'ils continuent? Rien qu'en les abordant, ils risquent de les couler comme c'est arrivé tragiquement à une corvette italienne, lors de l'exode des Albanais vers les côtes des Pouilles. Alors, laissons de côté les patrouilles, qui, même si elles se font, ne serviront à rien, et venons-en plutôt à la délivrance de permis temporaires. Délivrance de permis temporaires que la rencontre Guéant-Maroni n'a pas résolue ».

Robi Ronza : « De fait, dans l'ombre du traité de Schengen, une couverture que l'on peut tirer dans les directions les plus diverses, ils ont tous raison. Bien que les journaux italiens n'en parlent presque jamais, l'Union européenne verse régulièrement à l'Italie des fonds ad hoc pour couvrir les dépenses extraordinaires qui découlent du fait d'être la frontière maritime méridionale de l'Union la plus facilement accessible par l'immigration clandestine (illégale mais pas clandestine, si les mots ont encore un sens, vu qu'elle arrive non pas cachée, mais même en général escortée jusqu'au port par nos forces garde-côtes). Compte tenu de la politique d' "afflux-zéro" d'immigrants clandestins par voie maritime, qui s'est vérifiée ces dernières années, Bruxelles a répondu à la demande de fonds supplémentaires que nous devrions avoir des fonds inutilisés en caisse ou alors nous aurions à justifier pourquoi nous ne les avons pas ».

Robi Ronza : « Mais comme il s'agit de fonds qui vont dans des vases communicants, la réponse devient très difficile. Alors on a décidé de crier que l'Union nous a laissés seuls et jouer plutôt la carte du permis de séjour temporaire, prévu par le traité de Schengen, sachant que la plupart de ceux qui arrivent sur nos côtes ne resteront pas en Italie, mais voyageront vers la France, l'Allemagne et d'autres pays rhénans. Ainsi, celui qui reçoit le permis de séjour temporaire, valable dans tout l’espace Schengen, sauf exception, quitte l'Italie dès qu'il le peut. Cela semblait être une excellente manière de s'en laver les mains, tout en donnant un bon coup de pied dans les tibias à la France, l'Allemagne, etc. Mais ce n'est pas le cas, parce que, toujours selon l'accord de Schengen, le titulaire d'un permis de séjour temporaire qui s'avère ne pas pouvoir rester, peut être renvoyé au pays qui lui a accordé, autrement dit ici, chez nous, chose par ailleurs assez facile pour la France, mais pratiquement impossible pour l'Allemagne et d'autres pays avec lesquels nous ne confinons pas ».

Robi Ronza : « En somme, tout le monde a raison, mais tout le monde a tort si l'on considère les choses dans une perspective européenne. Dans l'état actuel des choses, l'Union européenne où est-elle, en quoi consiste-t-elle? On voit s'accumuler sur le peigne les nœuds nés de la prétention de construire une Europe de technocrates coupée de son identité culturelle historique et privée d'organes élus démocratiquement. Une Europe qui ne subsiste qu'aussi longtemps que rien d'important ne la met à l'épreuve, et qui au contraire part en miettes au premier coup sérieux. Cette Europe, l'Europe de Maastricht n'a plus d'avenir. L'Union européenne est nécessaire, mais elle doit être repensée et renégociée à partir de zéro, n'en déplaise à ceux qui veulent continuer à rapiécer celle qui existe, avec des résultats aujourd'hui de plus en plus ridicules, et demain peut-être de plus en plus tragiques », conclut Robi Ronza.

L'Union européenne doit être renégociée à partir de zéro ?

Enfin une bonne idée.

Texte, Adaptation & Copyright 2011 Michel Garroté

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/les-revolutions-arabes/20110411.OBS1134/l-italie-accorde-des-permis-de-sejour-aux-migrants-tunisiens-l-europe-tousse.html

http://www.labussolaquotidiana.it/…

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz