FLASH
[18/02/2017] Marine Le Pen toujours en tête à 26%. Fillon et Macron à 18,5%  |  [16/02/2017] Bobigny : début d’émeute, un hélicoptère survole la ville  |  Attentat revendiqué par ISIS au Pakistan : 60 morts 140 blessés  |  La loi de privation de la liberté d’expression définitivement adoptée contre les sites anti entrave à l’IVG  |  Le parquet financier annonce qu’il va poursuivre son enquête: il n’a pas de quoi poursuivre il s’acharne  |  [15/02/2017] Pakistan : attentat suicide : 5 morts 3 blessés, l’islam toujours l’islam  |  [14/02/2017] Emeutes : 245 arrestations depuis le début de l’affaire Théo – 245 arrestations pour rien, ils seront relâchés avec les félicitations des juges  |  Israël a rappelé discrètement son ambassadeur en Egypte en raison de risques sécuritaires  |  Le frère du dictateur coréen Kim Jong Un a été assassiné par deux femmes (aiguilles empoisonnées) en Malaisie  |  [13/02/2017] Le Figaro : 50 attaques dans 30 communes la nuit dernière (confidentiel intérieur pas si confidentiel)  |  Houston Texas : avalanche d’appels à la police (911) suite à odeurs suspectes  |  La Corée du nord a lancé un nouvelle missile balistique  |  France, guérilla urbaine qui ne dit pas son nom: policiers pris dans un guet-apens hier soir à Mantes-la-jolie  |  Attentat déjoué : c’est à la Tour Eiffel ou près de militaires que le couple de Français musulman voulait se faire exploser  |  Egypte : double attentat de l’Etat islamique près du passage de Rafah avec Gaza  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 20 avril 2011

Abbé Alain René Arbez – La Semaine Sainte commence avec les Rameaux. Pourquoi ? C’est le dimanche de la Passion de Jésus Christ qui sera suivi des jours saints jusqu’à Pâques. On commence donc par la lecture de l’évangile de Matthieu racontant l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, la ville sainte. La foule rassemblée sur le passage du rabbi a étendu des rameaux d’olivier et de palmes sur le sol, les gens crient : « Hosanna au Fils de David ! ». Ce qui est à la fois une acclamation et surtout un appel à l’aide. « Hoshianna » en hébreu veut dire non pas « Hourrah ! » mais « au secours, sauve-nous ! ». C’est la même racine de mot que le nom même de Yeshua (= « le Dieu d’Israël sauve ! ») ou encore que celui du prophète Osée (c.a.d. Hoshea, toujours le salut).

« Au Fils de David », à cet homme inspiré, dans la lignée et dans l’esprit du roi David, le roi qui voulait rassembler les tribus d’Israël dispersées en faisant de Jérusalem la capitale éternelle d’Israël. Jésus, Yeshua, est porteur de tous ces espoirs lorsqu’il entre dans la ville, acclamé, parce que monté sur un âne, symbole non violent – à la différence du cheval du combattant – et évocation des pères du peuple de Dieu. Les manifestants groupés sur le passage de Jésus agitent des rameaux, comme on le fait lors de la fête de Soukkôt, la fête des cabanes, pour remémorer le passage d’Israël au désert en marche vers la terre promise. Les juifs tenaient dans la main un bouquet constitué de quatre végétaux : un rameau de myrte, une branche de palme, un rameau de saule et un cédrat. Ce qui exprimait la diversité du peuple de Dieu.

Certaines branches odoriférantes ont pour rôle de rappeler qu’en respectant fidèlement la Torah, les fidèles fervents parfument le reste de la communauté par leur attitude qui plaît à Dieu. Au chant du Hosanna, les participants à la liturgie tournaient sept fois (chiffre de perfection) autour de l’autel du Temple de Jérusalem, les rameaux à la main, pour visualiser l’enveloppement d’Israël par la tendresse de Dieu, comme une mère qui enveloppe son enfant de toute sa prévenance. (Cf Osée). Et à la manière du Cantique des cantiques, le shir ha shirim. L’entrée de Jésus à Jérusalem le jour des rameaux et de la passion, c’est une illustration de l’annonce messianique imaginée par le prophète Zakarie : « Pousse des cris de joie, fille de Sion. Voici que ton roi vient à toi. Il est juste et victorieux, humble et monté sur un ânon, petit d’une ânesse. L’arc de guerre va être brisé. Il proclamera la paix à toutes les nations du monde ! » (Za, 9.9-10).

On peut constater combien la liturgie catholique de la semaine sainte nous introduit dans l’univers spirituel de la Bible et dans la signification des gestes évocateurs du salut.

Abbé Alain René Arbez

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz