FLASH
[24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  |  Corse : 25 cocktails Molotov ont été lancés cette nuit contre la sous-préfecture de Corte sans faire de blessé  |  Non confirmé : un attentat terroriste aurait été évité ce matin à Anvers  |  Un Français a été enlevé par des musulmans au Tchad  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 6 mai 2011

Le Préfet J.-F. Carenco est-il membre d’Al-Qaïda ?

Par Michel Garroté

Je lis sur LSB qu’un préfet (autrement dit, un chef de la police dépendant du ministère de l’Intérieur) ne trouve rien à redire au prochain séminaire (djihadiste, subversif et anticonstitutionnel) d’une Grande Mosquée. Celle de…Lyon. Cela se passe donc en France. L’invité de ce Séminaire est un théoricien du djihad subversif et anticonstitutionnel, un certain Said Ramadan Al-Bouti.

LSB signale que les ouvrages et prises de position de Said Ramadan Al-Bouti ont été analysés dans un article précédent, avec des scans de ses ouvrages – ouvrages où Said Ramadan Al-Bouti prône l'action secrète subversive pour renverser les gouvernements mécréants dans les cas où le djihad ne tourne pas à l'avantage de l'islam. En clair, le préfet du Rhône et donc de Lyon, Jean-François Carenco pour ne pas le nommer, autorise la tenue, en France, d’un séminaire djihadiste, subversif et anticonstitutionnel faisant l’apologie de la violence. Question : le préfet Jean-François Carenco est-il membre d’Al-Qaïda ?

Du reste, à propos du djihadiste Said Ramadan Al-Bouti, le professeur de pensée arabe à l'université de Bordeaux, Ghassan Finianos, a dénoncé, dans son livre « Islamistes, apologistes et libres penseurs » (Presses Universitaires de Bordeaux, 2006), le fait que Said Ramadan Al-Bouti, maître à penser de la mosquée de Lyon, justifie, la violence, en vue de la conquête du pouvoir et en vue de la propagation des ‘valeurs’ de l'islam (page 71). Violence et conquête qui sont à la fois djihadistes, subversives et anticonstitutionnelles.

Le même préfet – celui qui ne trouve rien à redire au séminaire djihadiste, subversif et anticonstitutionnel de Said Ramadan Al-Bouti à la Grande Mosquée de Lyon – a interdit une « marche des cochons » (il s’agit en fait de sangliers identitaires) qui devait se tenir à Lyon, samedi 14 mai 2011, le préfet estimant que cette manifestation contre la viande halal était « contraire à la laïcité » et risquait de « troubler l'ordre public » (à part ça, l’estimation du préfet est, certainement, anticonstitutionnelle).

Bref, voilà donc le procédé du préfet du Rhône et donc préfet de Lyon, Jean-François Carenco. Pour ce qui me concerne, très franchement, les cochons et sangliers identitaires, ce n’est pas ma tasse de thé. D’ailleurs, je ne bois que du café Arabica et du Coca-Cola, ce qui n’est pas très gaulois.

Cela dit, qu’un préfet français, sensé respecter, à la fois, la loi et la liberté, accuse les cochons et sangliers identitaires d’être « contraire à la laïcité » et de « troubler l'ordre public », tout en autorisant, le djihadiste subversif et anticonstitutionnel Said Ramadan Al-Bouti, voilà ce que j’appelle poser les jalons d’une future guerre civile.

Si d’aventure, quelques cochons et sangliers identitaires égarés, décidaient, un jour, comme ça, de prendre le maquis et de poser des bombes devant les préfectures, il ne faudra pas venir pleurnicher ; et il ne faudra pas dire que personne n’avait voulu cela. C’est Carenco qui en sera – indirectement – responsable, puisqu’en sa qualité de préfet, il aura interdit les cochons et sangliers identitaires, tout en autorisant les djihadiques chameaux et dromadaires.

La "marche des cochons", lancée par ce groupe de sangliers identitaires – et interdite par le préfet – visait, paraît-il, à protester « contre l'expansion en France du marché de la viande certifiée halal symbolisant aux yeux de ses responsables l'islamisation progressive de la France ». On peut – certes – discutailler sur le bien fondé de l’argumentation – halalophobe – des identitaires.

Mais cela justifie-t-il, l’interdiction, sur sol français, d’une marche pacifique, organisée par des cochons et des sangliers identitaires ? Le préfet n’aurait-il pu décider, de garantir, une protection policière à ces cochons voulant marcher pacifiquement dans les rues. Dans les rues de ce qui reste – tout de même – leur pays ?

Ironie de l’histoire, dans le même laps de temps, a été rendu public un message de Benoît XVI sur la liberté religieuse (en clair, sur l’absence de liberté religieuse, pour les non musulmans, en terre dite d’islam). Benoît XVI y rappelle que la liberté de religion et de culte a été niée par les régimes athées du siècle dernier. Puis Benoît XVI ajoute (extraits) : « Mais de nos jours de nouvelles menaces se manifestent avec des idéologies et des pratiques entravant leur libre manifestation (ndmg – libre manifestation de la liberté de religion et de la liberté de culte). Il est donc nécessaire de réagir en défendant le droit à la liberté de religion et de culte. Le droit à la liberté religieuse doit être considéré comme lié à la dignité fondamentale de chacun ».

Benoît XVI poursuit : « Tout Etat étant souverain dans la promulgation des lois, le rapport entre loi et religion présente des différences. Cela permet une large liberté religieuse dans certains pays et sa limitation au nom de toute une série de raisons dont la défiance envers le religieux. Le Saint-Siège attend de chaque Etat qu'il reconnaisse le droit fondamental à la liberté religieuse, les encourage tous à la respecter ainsi qu'à protéger d'éventuelles minorités religieuses. Les personnes professant une religion différente de celle de la majorité aspirent à vivre pacifiquement comme tous les autres citoyens, et à participer librement à la vie du pays ».

Des travaux accomplis au cours d’une l'assemblée de l’Eglise catholique sur la liberté religieuse dénoncent notamment la répression étatique et la persécution des croyants ; les restrictions infligées aux minorités religieuses ; la pression sociale sur les minorités religieuses, publique ou privée, qui les marginalise ; la croissance du fondamentalisme laïque en Occident. Pour qui sait lire entre les lignes, sont ici dénoncés, à la fois, l’intolérance en terre dite d’islam ; et la laïcité absolutiste dans certains pays occidentaux.

Michel Garroté

Reproduction autorisée avec les mentions ci-dessous :

Michel Garroté, Copyright 2011 http://dreuz.info/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz