FLASH
Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 9 mai 2011

Mon coup de gueule

La purée de présidentielle 2012 passe le turbo en Porsche Panamera S

Par Michel Garroté

Je me tape les cuisses et je me bats les roupettes de rire, en lisant, quelques méli-mélo, de l’AFP et du Figaro (notamment), méli-mélo qui racontent – je cite en vrac – que le député PS strauss-kahnien du Doubs Pierre Moscovici estime que les socialistes devront "faire attention à chaque image" dans la campagne présidentielle à propos des photos montrant Dominique Strauss-Kahn en Porsche Panamera S, soupçonnant l'UMP de vouloir faire "une campagne de boules puantes" (L’UMP lance des boules puantes sur une Porsche Panamera S modifiée DSK. Y’a vraiment plus aucun respect…).

"Il faudra faire attention à chaque image, ça j'en conviens volontiers, mais en même temps, ce n'est quand même pas, je crois, l'essentiel et c'est pas là-dessus que va se jouer la présidentielle", a déclaré M. Moscovici sur LCI (Autrement dit, la purée de présidentielle 2012 passe le turbo en Porsche Panamera S. Mais la présidentielle ne va pas se jouer sur la Porsche Panamera S modifiée DSK. Je n’ai rien pigé mais je suis pour).

"Qui peut donner des leçons là-dessus ? Ce ne sont pas les amis de M. Sarkozy, ce n'est pas l'UMP qui va se mettre à faire une campagne de boules puantes", a ajouté le député du Doubs. Dans ce domaine "il y a encore une très, très grosse avance de l'autre côté. Les Français n'ont pas oublié la nuit du Fouquet's, n'ont pas oublié le séjour dans un yacht", a-t-il dit, évoquant le comportement du chef de l'Etat Sarkozy juste après son élection en 2007 (Un gros nul ce Moscovici. Il aurait mieux fait de dénoncer le coûteux Sarko One et la guerre exorbitante en Libye. Une nuit chez Fouquette et un yote prêté par Bolloré, c’est peanuts en comparaison).

Moscovici enchaîne : "Ils savent aussi que la politique qui est conduite depuis 2007 est une politique formidablement injuste et qui a servi les riches" (Du reste DSK va annoncer – demain à 04h00 aux Halles avec bobonne – qu’il vend sa Porsche au profit des Restos du Cœur). Et puis, toujours selon M. Moscovici, "les amis du président Sarkozy, ce sont les riches, les amis de Dominique Strauss-Kahn, ce sont les socialistes" (Avec Ségolène et Hollande qui payent l'ISF peut-être ? Non, pas ça, quand même…).

Interrogé sur Europe 1, le ministre du Travail Xavier Bertrand a répondu : "Que Dominique Strauss-Kahn roule en Porsche, en Ferrari ou en voiture américaine, je m'en moque. Ou en mobylette ou en vélo, je m'en moque. Ce qui m'intéresse, c'est de savoir quelles sont vraiment les idées du parti socialiste, parce que leur projet, personne ne le défend chez eux", a encore dit le ministre du Travail Xavier Bertrand (Et si la Porsche était un royal désir d’avenir ?).

De son côté, la ministre de l'Apprentissage, Nadine Morano, a jugé sur RMC/BFMTV, que le directeur général du FMI avait "le droit d'avoir des amis qui ont une Porsche" (Nadine miaou miaou est en Apprentissage…). "Ca me dérange pas figurez-vous", a-t-elle conclu (toujours aussi féline). Même tonalité chez l'eurodéputée UMP, Rachida Dati, qui a dit sur Canal + "ne pas avoir d'idée" sur la question (surtout elle qui s’habille chez Emmaüs).

Il faut ici préciser que vendredi dernier, l'AFP a – tout à fait inopinément – diffusé des photos de Dominique Strauss-Kahn et de son épouse Anne Sinclair montant, devant leur domicile parisien, place des Vosges, dans une Porsche Panamera S (je les vois mal, surtout place des Vosges, descendre d’une Simca ou d’une 4L, ne serait-ce qu’en raison du gabarit de DSK ; du reste, même une Porsche, en l’espèce, ça reste plutôt exigu, surtout au moment de s’en extraire, trouve-je).

Dans la foulée, Le Figaro & Consorts nous racontent que les dépenses électorales des candidats à la présidentielle 2012 seront « limitées » à 16,851 millions d'euros, soit une « augmentation » de 23% par rapport à 2007 (En clair, on limite les dépenses en les augmentant. Se moquerait-on encore de nous ?). En 2007, chaque candidat au premier tour de la présidentielle pouvait dépenser jusqu'à 13,7 millions d'euros. Pour 2012, ce plafond de dépenses électorales a été nettement réévalué à la hausse, puisque qu'il s'établit à 16,851 millions d'euros, soit une majoration de 23%. Le décret du 30 décembre 2009, signé par François Fillon (ce serait donc lui le coupable ?), qui octroie cette réévaluation « voit large », dixit Le Figaro, puisque l'inflation cumulée de janvier 2007 à aujourd'hui atteint 7,9% (en effet, faire du +23% pour du +7,9%, c’est « voir large », je dirais même plus, c’est le grand large, le grand bleu et surtout le grand plongeon…).

Toujours selon ce décret du gouvernement, le plafond des dépenses des deux candidats qualifiés pour le second tour augmente lui aussi de près d'un quart (donc environ +25%) en passant de 18,3 à 22,51 millions d'euros au total (mais le coupable serait Fillon et non pas Sarkozy). Ces montants, leurs usages, les modalités de présentation des comptes et de collecte des dons ont été précisés dans le ‘mémento à l'usage du candidat et de son mandataire’ préparé par la Commission nationale des comptes de campagne et publié mercredi au Journal officiel. Le mandataire financier est ‘l'intermédiaire obligatoire entre le candidat et les tiers qui participent au financement de la campagne électorale’, précise la commission. Il doit être désigné par le candidat ‘avant toute collecte de fonds’, sachant que celle-ci « est possible depuis le 1er avril » (Depuis le 1er avril ? Mdr).

Ces dons ne peuvent provenir que de personnes physiques et ne peuvent pas dépasser 4600 euros par personne (sauf que chaque grand parti crée des dizaines de micro-partis qui rackettent un max de pognon pour la grande cause et pif, paf, pouf, ni vu ni connu). Ils ne peuvent dépasser 150 euros quand ils sont versés en espèces (re-mdr ; tu vois la Mère Bettencourt fourguer 150 euros de merde à Sarko en espèces ?). Le total des dons reçus en espèce ne peut excéder 20% du montant des dépenses autorisées. La commission précise également que les dépenses engagées dans le cadre de primaires ‘n'ont pas à figurer au compte de campagne du candidat investi par le parti’ (Ah ? Y’a des trucs qui ne figurent pas aux comptes ?).

La commission se réserve cependant le droit d'intégrer dans les comptes d'un candidat désigné par une primaire (et de lui seul), les frais d'édition de brochures ‘développant le programme du candidat’, ceux de réalisation de tracts ‘destinés à un large public’ ou d'organisation de réunions publiques pour ‘le compte du candidat’ (fastoche, tu factures tout sous la rubrique « tract », même les menus imprimés chez Fouquet’s – et hop ! – plus personne ne te fait chier pour tes magouilles de sale petite lopette politicarde). Liste que la commission précise comme ‘non limitative’ (Ouf ! Nous voilà totalement rassurés). Le montant total des dépenses des douze candidats de la campagne de 2007 avait dépassé les 75 millions d'euros, dont 44 ont été remboursés par l'État en vertu des règles de financement de la vie politique (Elle est forte celle-là ! C’est le contribuable qui casque ! Règles de financement mon cul !).

Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, les deux adversaires du second tour, avaient dépensé à eux seuls 44,5 millions et s'étaient vus rembourser la quasi-intégralité de leurs frais (40 millions remboursés, ah les vaches !). Jamais les deux finalistes d'une campagne présidentielle n'avaient dépensé autant depuis les débuts de la Ve République. À titre de comparaison, les comptes de campagne de Jacques Chirac validés par la commission faisaient état de 18 millions de dépenses en 2002 contre 12 millions d'euros pour ceux de Jean-Marie Le Pen (Les comptes de campagne de Chiracouilles validés par la commission faisaient état de 18 millions de dépenses ? Et ceux que la commission n’a pas validés entre 1974 et 2002, ça nous fait combien bwana ?).

Et pourtant la campagne de 2007 n'a pas été la plus coûteuse pour le contribuable. Avec ses seize candidats au premier tour, dont sept ont passé la barre des 5% des suffrages ouvrant droit à un remboursement plus élevé, la présidentielle de 2002 a coûté à l'État quelque 53 millions d'euros (Elle a donc coûté 53 millions d’euros à 65 millions de Français en 2002). Malgré les annonces de campagne économique de potentiels candidats comme Dominique de Villepin ou Jean-Louis Borloo, « ce record pourrait bien être battu l'année prochaine », conclut, en apothéose, le Figaro. C’est sûr que si l’on prend la campagne de 2002 à 53 millions d’euros et qu’on la majore, comme prévu et déjà annoncé, de +23% en 2012, ils vont adorer, les électeurs-contribuables français !

Michel Garroté

Reproduction autorisée avec les mentions ci-dessous :

Michel Garroté, Copyright 2011 http://dreuz.info/

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/05/05/97001-20110505FILWWW00474-porschedsk-il-faudra-faire-attention.php

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/04/20/01002-20110420ARTFIG00695-le-plafond-des-depenses-de-campagnes-revu-a-la-hausse.php

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz