FLASH
[21/02/2017] Wikileaks: Assange explose les grand médias qui diffusent des Fake News Media et parle d’“articles de presse utilisés comme des armes”  |  Pays Bas : Coups de feu dans une école de La Haye, la police a retrouvé 1 douille, pas de victime, enquête en cours  |  Pays Bas : des tirs dans une école élémentaire de La Haye – informations en cours  |  Québec: renforcement de la sécurité à l’Assemblée Nationale depuis la découverte de tracts de l’Etat islamique  |  Barcelone : la police tire sur le conducteur d’un camion chargé de bouteilles de gaz qui conduisait à vive allure dans la file inverse  |  L’armée somalienne + la mission africaine en Somalie + ISIS, ont lancé une opération commune contre des bases d’al Shabaab  |  Irak : Une frappe aérienne américaine vient de vaporiser des leaders de l’Etat islamique à Kirbuk  |  Le gouvernement belge retire le permis de résidence à 26 suspects qui ne pourront pas revenir en Belgique  |  Encore des efforts, et les Français pourront remercier internet d’avoir détruit Macron et leur éviter le pire  |  Marine Le Pen a refusé de se voiler pour rencontrer le mufti et a quitté Dar el-Fatwa  |  [20/02/2017] L’ambassadeur Russe auprès de l’ONU Vitaly Churkin est décédé  |  Argenteuil, un jeune de 14 ans invente une agression par des policiers en s’inspirant de Théo  |  Sondage présidentiel : Marine Le Pen 44%, Fillon 56%, Macron en baisse à cause d’internet  |  Une pétition demande à JK Rowling qui veut une migration illimitée, d’accueillir des réfugiés musulmans dans sa demeure de 18 chambres  |  Un musulman de 35 ans a été condamné pour avoir planifié avec l’Etat islamique un attentat dans un bus de Tel Aviv  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Alexandre Del Valle le 21 mai 2011

Pour la presse italienne, la classe politique et la rue, l’affaire DSK est une occasion de prendre une revanche sur les médias français, surtout de gauche, accusés d’avoir toujours traîné dans la boue le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi – et du coup l’Italie –, tout en couvrant les « frasques bien pires » de Dominique Strauss-Kahn. 

La presse italienne ne donne pas dans la caricature, mais depuis que l’affaire a éclaté, les éditoriaux sont sans pitié. 
 
Ainsi, l’éditorialiste du célèbre quotidien de Milan "Corriere della Sera", réputé modérée, Eva Cantarella, intitule son éditorial de vendredi : « L’Homme prédateur et le viol “viril” : ce mythe odieux qui renvoie à Zeus ». 
 
Elle y dénonce ce travers encore plus français qu’italien du « prédateur mâle et conquérant » et dont la « virilité » et l’infidélité ne seraient que les apanages des hommes puissants, secrètement admirés pour cela, de Mitterrand à DSK, Bill Clinton ou Chirac. 
 
Le quotidien de droite "Il Giornale" présente lui aussi Dominique Strauss-Kahn comme un « prédateur », et publie les photos des différentes « proies » supposées, mêlant les victimes présumées de tentative de viol, comme la journaliste française Tristane Banon, aux « rémunérées » également présumées, comme Kristin Davis (alias « Manhattan Madam », l’ex-call girl-proxénète qui fit tomber l’ex-gouverneur de New York Eliot Spitzer, aux « maîtresses » avérées, comme Piroska Nagy, l’ex-économiste du FMI, sans oublier les « harcelées » déclarées, telle Aurélie Filipetti, députée socialiste.
  
Interrogé, l’eurodéputé italien Oreste Rossi, de la Ligue du Nord, parti allié de celui de Silvio Berlusconi (qui a subi un échec au premier tour des élections locales à Milan), dresse l’analyse suivante : « Nous risquons de perdre des villes de Milan, où le vote au premier tour est un vote clairement anti-Berlusconi, car les gens en ont assez de ses frasques et dérives. Malgré cela, nous estimons que ce qu’a fait DSK est pire encore, car Berlusconi n’a jamais tenté de violer personne et n’est accusé que d’avoir fait des cadeaux à des jeunes filles consentantes, ce qui est très différent. » 
 
Une opinion partagée ici par beaucoup d’éditorialistes, mais aussi par l’homme de la rue. 
 
La presse française s’est délectée des aventures érotiques de Berlusconi, sans s’embarrasser de la « présomption d’innocence ». Aujourd’hui, les Italiens nous renvoient l’ascenseur.
 
Alexandre del Valle
 
L'article original peut être consulté ici
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz