FLASH
L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Gurfinkiel le 21 mai 2011

Figure tragique, que Dominique Strauss-Kahn. Comme le Dom Juan de Molière et de Mozart. Il aurait pu régner en cachant ce qu’il était. Il a préféré donner la main au « convive de pierre »…

PAR MICHEL GURFINKIEL, membre du Comité éditorial de Valeurs Actuelles

Il y a deux affaires Strauss-Kahn. L’américaine et la française.

Pour les Américains, c'est le sexe qui fait scandale. Pour les Français, l'argent. Les premiers l’accusent d’avoir violenté une chambrière du Sofitel de New-York. Les seconds lui reprochent d’avoir réservé, dans cet hôtel, une suite à trois mille dollars la nuit.

Strauss-Kahn nie les faits en ce qui concerne la jeune femme. Mais il a reconnu depuis longtemps qu’il aimait excessivement les femmes. Et il a déjà eu maille à partir avec la justice américaine pour une liaison avec l’une de ses subordonnées du FMI, une économiste hongroise. Même s’il est techniquement innocent dans l’affaire du Sofitel, il passe pour moralement coupable.

De même, il avait toutes les raisons, en tant que directeur du FMI, d’ancien ministre et de candidat à la présidence de la République, de descendre dans un hôtel cinq étoiles : on travaille mieux dans le confort que dans la gêne. Mais il est socialiste. Donc, en théorie, du parti des pauvres. « Le prince ne doit pas être pieux, mais faire comme s’il l’était », disait Nicolas Machiavel. Dans une France qui a fustigé un président de droite pour un dîner  au Fouquet’s et deux jours de vacances sur le yacht de Vincent Bolloré, il n’était pas sage, pour le favori de la gauche, d’afficher son luxe. Quelques jours plus tôt, ne l’avait-on pas blâmé de rouler en Porsche (plutôt qu’en 2CV ou en Trabant, je présume) ? Il aurait du prendre l’avertissement en compte.

Il va de soi que Strauss-Kahn, désormais, est mort en tant que personnage public. Si les juges ou les jurés américains le condamnent dans l’affaire de la chambrière, il risque vingt-cinq ans de pénitencier. S’ils l’innocentent, ce ne sera qu’au terme d’un long procès : d’ici là, il n’aura pu ni rester à la tête du FMI, ni participer à la campagne présidentielle française. Mais surtout, DSK est idéologiquement mort. Dès qu’il prétendra, dans un débat ou un livre, se préoccuper du sort des « moins favorisés », on lui jettera les mots « Porsche » et « suite » à la figure.

Mais il va de soi, en outre, qu’il a joué avec cette mort, ou qu’il l’a provoquée. Au fond, il aura été, dans tous les sens du mot, notre Dom Juan : du personnage de Molière et de Mozart, il avait l’hybris physique, l’intelligence, l’insolence, l’incroyance. Et la pulsion suicidaire. On lui passait tout. Mais de même que le Dom Juan classique, au lieu de se contenter de jouir sans entraves, va à sa perte en invitant à dîner la statue du commandeur, Strauss-Kahn a défié une morale américaine qui lui paraissait aussi étriquée qu’hypocrite, en continuant à afficher, même après l’affaire de l’économiste du FMI, son exubérance amoureuse. Et défié les tabous français, en montrant son argent.

(©) Michel Gurfinkiel, 2011

 

L'article original peut être consulté sur le blog de Michel Gurfinkiel 

>>>>>>>>

EN LIBRAIRIE, LE DERNIER LIVRE DE MICHEL GURFINKIEL  : « Israël peut-il survivre ? : La nouvelle règle du jeu*». 304 pages. Editions Hugo & Cie. 19,50 euros.

* En achetant le livre avec ce lien, vous bénéficiez d'une remise de 5%, et vous soutenez Drzz qui reçoit une commission de 5%

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz