FLASH
[27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Alexandre Del Valle le 4 juin 2011

L’arrestation du « boucher » Mladic rapproche les Balkans de l’Union européenne.

Après seize ans de « cavale », l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, a fini par être arrêté. Comme Radovan Karadzic, ex-leader des Serbes de Bosnie, dont le procès est en cours à La Haye, Mladic est accusé par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de crimes contre l’humanité commis durant la guerre de Bosnie (1992-1995). Ainsi que l’a déclaré Nicolas Sarkozy depuis le sommet du G8 à Deauville, l’arrestation de Mladic est une « décision courageuse », car en 2003, l’ex-Premier ministre serbe Djindjic fut assassiné pour avoir livré à La Haye Slobodan Milosevic et « collaboré » par là avec les Occidentaux qui ont bombardé la Serbie (1998-1999).
 
Criminels de guerre
 
Mais l’actuel Premier ministre, Boris Tadic, sait que la seule façon de sortir la Serbie de l’impasse et faire accepter sa candidature à l’Union européenne (ce qui lui permettrait de débloquer des aides fort utiles en temps de crise) est de collaborer avec le TPIY. Ce n’est donc pas un hasard si Mladic a été arrêté juste avant la présentation (6 juin prochain) d’un rapport négatif du TPIY sur la Serbie. Et malgré les violentes manifestations antigouvernementales à Belgrade, Tadic a promis de faire arrêter l’autre leader serbe en cavale, Goran Hadzic.
 
Réconciliation
 
Pour beaucoup, l’heure serait désormais à la réconciliation générale des Etats balkaniques, bientôt tous membres de l’UE. Certes, les réticences envers la Serbie ou les Etats majoritairement musulmans (mais laïques) comme le Kosovo, l’Albanie, le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine sont moins fortes. Mais la situation demeure explosive…
 
Le Kosovo, devenu indépendant en 2008, demeure bloqué par les cinq Etats européens qui ne le reconnaissent pas. Il est également accusé de protéger ses criminels de guerre ou dirigeants impliqués dans la mafia et le terrorisme.
 
L’Albanie voisine, pauvre, est aussi engluée dans la corruption.
 
La Croatie devrait intégrer l’Union prochainement.
 
La Macédoine, reconnue candidate en 2005, demeure divisée entre Albanophones séparatistes et slaves orthodoxes. Elle attend l’ouverture de négociations.
 
La Bosnie est aussi divisée entre Republika Srbska (Serbes) et Fédération de Bosnie-Herzégovine, composée d’une partie croate et d’une partie musulmane ;
 
Quant à la Serbie, candidate depuis 2009, elle pourrait obtenir le statut de candidat d’ici à la fin 2011. Mais les réticences demeurent, car nombre de pays membres de l’Otan marqués par la guerre froide redoutent encore plus l’intégration de pays slaves orthodoxes pro-russes comme la Serbie que celle d’Etats balkaniques musulmans, souvent très laïcs, bien que liés historiquement à la Turquie ex-ottomane, elle-même membre de l’Otan et reconnue candidate à l’UE alors qu’elle occupe Chypre.
 
Alexandre del Valle
 
L'article original peut être consulté ici
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz