FLASH
L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 5 juin 2011

 
Le conflit arabo-israélien est placé, certes artificiellement, au coeur de la scène géostratégique internationale, et il n'est pas possible de le traiter pour ce qu'il est, c'est à dire un sujet local d'envergure limitée.
 
Dans ce contexte, on ne peut que se réjouir de la volonté de la diplomatie française de se projeter sur le devant de la scène mondiale, et de proposer une conférence internationale pour faire avancer la paix.
 
Mais dans quelles conditions ?
 
Alain Juppé vient de décider que les Frères musulmans, dont la raison d'être est de régler la vie des mahométans selon la Sharia, sont devenus un mouvement islamiste respectueux de la démocratie. Les voyant s'approcher du pouvoir partout où les révoltes ont chassé les tyrans, la ficelle de tentative de séduction est grosse.
 
Puis Alain Juppé a saisi au vol la demande de Barack Obama. Israël doit se recroqueviller sur des frontières – dont on cherchera en vain l'existence dans les traités internationaux, de 1967. Israël récupère t-il aussi le Sinaï, qui était, en 67, dans ses "frontières" ?
 
Les deux points qui bloquent seraient laissés pour plus tard… c'est à dire qu'ils seraient dans un temps ultérieur imposés à Israël. Il s'agit du "retour" de millions de réfugiés préfabriqués, et de la division de Jérusalem, division qui n'a eu lieu, ces derniers trois mille ans, que pendant dix neuf ans, et qui ne pourrait se concrétiser qu'avec la construction d'un mur, qu'Alain Juppé en son temps avait jugé ignoble, et par le renoncement des Juifs à leurs lieux saints.
 
Le ridicule ne tue pas, laissons rêver le brave homme.
 
Mais ce n'est pas tout.
 
A ces fantasmes d'énarque, viennent s'ajouter les délires (ou les aveux) de Jean-François Poncet, vice-président UMP de la commission des affaires étrangères du Sénat, qui déclarait en février dernier, en parlant des terroristes : "le Hamas est manifestement devenu un acteur incontournable de la scène moyen-orientale et un partenaire dont on ne pourra pas se passer dans le cadre d'un règlement du conflit entre Israël et les Palestiniens."
 
Le Hamas, par la bouche de son Premier Ministre Ismail Haniyeh, déclarait aux musulmans réunis pour la prière, le 15 mai dernier jour de la Nakba : "Prions pour la disparition d'Israël".
 
Si c'est de cette façon que Poncet songe faire participer le Hamas au règlement du conflit, il est probable que les israéliens vont sauter de joie. Haniyeh ajoutait "pour arriver à libérer la Palestine, nous devons avoir un seul gouvernement". C'est ce qui fait dire au gouvernement français que le rapprochement des deux factions (terroristes) est "une opportunité à saisir".
 
Le porte parole du Hamas, Said Sami Abu Zuhri déclarait quand à lui, en arabe et sur le site Paltimes.net : "la réconciliation (note de JPG : avec le Fatah), est une affaire interne, nous rejetons l'intervention américaine, et le Hamas ne reconnaîtra pas Israël".
 
Beau préalable pour des négociations sous l'égide d'une diplomatie qui feint de ne pas entendre ces déclarations – ou qui les entend trop bien ?
 
Alain Juppé, Jean François-Poncet, le Quai d'Orsay, l'UMP, et la diplomatie française en général prennent les israéliens, qui apportent pourtant chaque jour la preuve de leur supériorité sur les français dans les domaines social, médical, humanitaire, high tech, créatif et économique, pour des abrutis.
 
A moins qu'Alain Juppé, et le Quai d'Orsay avec lui, soient si enflés d'eux-mêmes qu'ils imaginent emporter l'accord du Premier ministre israélien, qui a publiquement renvoyé Obama dans les cordes en lui rappelant quelques vérités que ce dernier feignait d'avoir oubliées, et avoir plus de poids que le Congrès américain, lequel a accueilli Netanyahu en vainqueur.
 
Le Ministère s'imagine que Netanyahu va accepter d'une puissance disons, déclinante, ce qu'il a refusé de la première puissance mondiale ? Et pour quel bénéfice ? Eviter un tsunami diplomatique en Septembre ? A voir… les Etats Unis ayant déjà déclaré qu'ils s'opposeront à la tentative palestinienne de forcer le droit international et de violer les accords signés, en faisant accepter l'idée d'un Etat sans frontière. 
 
On peut trouver de la poésie dans le commentaire candide d'Alain Juppé, qui prend vraiment les gens pour des imbéciles qu'il en devient lui-même stupide, lorsque, pour justifier le revirement du Ministère vis à vis des Frères Musulmans, il affirme : "les régimes autoritaires en place dans les pays arabes avaient présenté les mouvements islamistes comme le "diable". "Nous les avons crus et nous avons vu le résultat", estimant qu'il ne fallait pas considérer que "les Frères musulmans sont tous des terroristes". (Note de JPG : sur ce point, je suis d'accord avec Juppé, et il est très possible qu'un ou deux simples d'esprits se soient retrouvés par erreur enrôlés dans la confrérie) 
 
Les politiques français n'ont toujours pas compris que le conflit arabo-israélien est de la même nature que le conflit islamo-français des banlieues, et que leur refus crasse à le traiter ne sous entend pas que les israéliens vont en faire autant.
 
Ils n'ont toujours pas percuté sur le fait que l'hostilité des arabes envers Israël n'est pas géographique, mais religieux, tout comme les coups de bélier civilisationnels des islamistes européens.
 
Je ne suis pas certain que cette montagne d'incompréhension, qui n'est autre qu'une nouvelle poussée de la politique (ruineuse et catastrophique) arabe de la France, soit un atout pour les négociations que souhaite patronner Juppé, ni le meilleur moyen de redorer le blason international de la France, mais je peux me tromper.
 
Reproduction autorisée avec les mentions suivantes et le lien vers cet article :
© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info
 
http://www.lexpress.fr/actualites/2/actualite/alain-juppe-propose-de-dialoguer-avec-les-freres-musulmans_984550.html
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/02/03/le-hamas-n-est-plus-le-mouvement-revolutionnaire-et-religieux-que-l-on-veut-bien-decrire_1150309_3218.html
http://www.jpost.com/DiplomacyAndPolitics/Article.aspx?id=220567
http://paltimes.net/arabic/read.php?news_id=128461
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz