FLASH
Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 74%, celui des médias à 6%  |  Après l’attentat islamique à l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments  |  Trump déclare qu’il va demander avis à Obama en raison de son expérience, pour ses futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  |  « Donald Trump personne de l’année » pour Time Magazine  |  Le vol Pakistan Airlines #PK661 a été observé plongeant vers le sol – il y a 47 personnes à bord avec l’équipage  |  Un avion de Pakistan Airlines avec 34 personnes à bord a disparu des radars au dessus d’Abbottabad  |  Votez et faites gagnez Sylvia Pinel à la primaire socialiste: elle est créditée de 0% de votes, elle sera parfaite face à la droite  |  Syrie : énorme explosion d’un dépôt de munitions de l’armée à Damas, frappé par l’aviation israélienne durant la nuit  |  Malawi : des milliers de chrétiens manifestent contre l’avortement et le mariage homo  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 8 juin 2011

Dans un article daté du six juin dernier sur son blog (1), Shlomit Abel publie des extraits de la conférence des évêques africains (2) qui dénonce les crimes blanchis de Ouattara, l'indifférence de la France coupable, et sa méfiance vis à vis des "experts" des Nations Unies en charge d'enquêter sur les crimes de Gbagbo.

Voyage au coeur d'un panier de crabes sanguinaires et cupides.
 
“La Cour Pénale Internationale qu’on dit vouloir saisir du cas des génocides dont l’ancien Président serait coupable, devrait aussi simultanément être saisie du cas du Président qui accède au pouvoir par une force non seulement meurtrière mais aussi génocidaire, comme le camp adverse le prétend. L’enquête doit être rigoureuse et impartiale. Nous invitons tous les témoins des villages et des villes, les communautés chrétiennes et les paroisses à s’engager activement pour ne pas laisser ce travail de vérité et de témoignage devant Dieu à la responsabilité des seuls experts des Nations Unies.” déclarent les évêques avec un courage et un franc parler que l'urgence impose.
 
Car l'urgence, c'est aussi cela : "Alors que les exactions semblent diminuer, elles augmentent en intensité, on vient même de recenser trois cas de crucifixion", dans le village de Binkro (3), commis par les forces de Ouattara, dans le silence total des nations. 
 
Conférence des Evèques africains : "L’Eglise ne saurait s’aligner tout simplement sur ce qu’il est convenu d’appeler Communauté Internationale. Selon elle en effet, le droit d’intervention humanitaire de la Communauté Internationale devrait faire l’objet d’un discernement, cas par cas. Il reste évident pour nous tous que des égoïsmes collectifs peuvent prendre la forme de protection humanitaire de populations…"
 
Conférence des Evèques africains : "Que pourrait signifier d’autre l’étrange succession de ces bombardements et de ces captures de personnes humaines (commis par la France) par les scènes actuelles de pillage des populations d’Abidjan, sous le regard indifférent des forces d’intervention dites impartiales, prévues pour la protection de ces mêmes populations ?"
 
Conférence des Evèques africains : "la liberté des peuples africains qui ne saurait se passer de l’édification de Nations souveraines est tenue en bride par les anciennes métropoles qui les brisent à leur gré, en se couvrant d’un semblant de manteau juridique, avec hélas l’appui d’une portion de l’Afrique encore inconsciente des grands enjeux. Personne n’en est dupe et ce n’est pas l’Eglise qui le serait."
 
Conférence des Evèques africains : "Pour nous en tenir à la Cote d'Ivoire, la question qui se pose n’est pas de savoir qui a mis la main sur le président Gbagbo et son épouse, mais de savoir si l’Organisation des Nations Unies avait ou n’avait pas le droit d’autoriser l’ancien pays colonisateur qu’est la France à bombarder des attributs de souveraineté que sont un palais présidentiel et une résidence de Chef d’Etat : ces lieux représentent en soi un sanctuaire pour le peuple souverain. L’opération une fois terminée, il importe peu de savoir qui a été chercher la personne dont la capture était visée…. L’Eglise catholique (…) dénonce cette atteinte grave au Droit de la Nation ivoirienne."
 
Conférence des Evèques africains : "Le scandale le plus grave, c’est que ce sont encore les Africains qui auront à payer ET la destruction ET les armes de la destruction aux destructeurs."
 
Conférence des Evèques africains : "Au nom de notre mission prophétique en tout cas, nous rappelons à l’adresse de la Communauté Internationale, – de l’Organisation des Nations Unies autrement dit -, et de l’Union Africaine, l’urgence que se forme une gouvernance mondiale de haute intensité éthique. On ne saurait en effet laisser les Nations aux mains d’une gouvernance du minimum éthique pour décider d’interventions en situation aussi dramatiques et complexes que l’étaient celles de la CI et de la Lybie."
 
Shlomit Abel : "En misant sur le constat de la fragilité et de l'humilité, Ouattara aurait certainement pu donner un véritable espoir de guérison et de réconciliation, par des vrais gestes de contrition, en libérant les prisonniers politiques, en amnistiant vraiment les cadres du président Gbagbo, en permettant aux journalistes de faire normalement leur travail d'investigation et d'information, en redonnant un élan à la pluralité religieuse et civique."
 
Shlomit Abel : "Mais en appelant à la réconciliation par le déni de ses responsabilités dans la violence, les cruautés, le génocide, tous ses efforts auront le poids des paroles sans lendemain." 
 
Shlomit Abel : "l'Occident a besoin de croire que "après tout, tout ce qui s'est passé ces dernières années, ces derniers mois, tout cela n'est pas bien grave, juste quelques incidents de parcours".
 
Shlomit Abel : "Aujourd'hui la France et les États-Unis sont touchés de plein front par la crise économique. Le pillage des ressources africaines permettra encore pendant quelques mois de masquer la banqueroute, mais le jugement qui pèse sur eux et sur l'Occident est déjà bien à l'œuvre"
 
Shlomit Abel : "Rendre l'Afrique exsangue, la vider de ses forces vitales ne donnera pas une vitalité fabuleuse à l'Occident; ce procédé masquera seulement pendant un temps l'état du moribond, et puis ensuite la maladie continuera de gagner du terrain, demandera encore plus de transfusions."
 
Reproduction autorisée avec les mentions suivantes et le lien vers cet article :
© Jean-Patrick Grumberg, Shlomit Abel, Dreuz.info
 
(1) http://re.ivoire-blog.com/archive/2011/06/06/sarkozy-et-ouattara-a-vos-oreilles.html
(2) http://www.infodabidjan.net/religion/declaration-des-eveques-de-la-cerao-sur-les-evenements-en-ci/
(3) http://regardscroises.ivoire-blog.com/archive/2011/06/05/cote-d-ivoire-accuses-de-cacher-des-armes-a-oume-2-paysans-c.html
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz