FLASH
[26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ivan Rioufol le 15 juin 2011

Va donc pour l'"humour corrézien", puisque c'est ainsi que Jacques Chirac et son"entourage" ont minimisé, dimanche, la déclaration de l'ancien président répétant, sous les micros et les caméras qui le suivaient, samedi en Corrèze en compagnie de François Hollande "Je peux dire que je voterai Hollande!". 

Affirmant cela, suffisamment fort pour être entendu de tous, une main anonyme de son "entourage" a alors freiné son bras droit, prêt à mimer une envolée. D'autres images, prises le même jour, ont montré Chirac s'ennuyant ostensiblement, la bouche horizontalement rentrée comme Stan Laurel savait la faire devant son compère Hardy dans les vieux films comiques. Chirac a évidemment dit ce qu'il pensait.

Cependant, dans Le Figaro de samedi, il assurait qu'il ne faisait plus de politique et qu'il n'avait pas l'intention de "s'immiscer dans le débat présidentiel à venir". L'ancien chef de l'Etat, quand il est laissé à lui-même, ne filtre donc plus ses propos. Son "entourage" semble ne plus le quitter d'une semelle. Bref, Chirac n'a plus l'air d'avoir toute sa tête. Etant donné que ce qu'il déclare a toujours des répercussions politiques, ne serait-il pas nécessaire d'en savoir plus sur son état de santé ?

Là encore, un consensus médiatique se contente de l'explication sur la bonne blague d'après déjeuner d'un vieux monsieur qui aime s'amuser et provoquer (à commencer par sa femme, dont il m'a semblé qu'elle soutenait encore Nicolas Sarkozy). Mais cette omerta sur la diminution de Chirac, bien qu'il soit en retraite, n'est pas sans ressembler à celle sur François Mitterrand. Or, un excès de pudeur sur ce sujet reviendrait à ne pas avoir tiré les conséquences du manque de curiosité dont les journalistes ont fait preuve, en l'occurrence, sur l'addiction sexuelle de Dominique Strauss-Kahn, qui a causé sa chute. Rien n'est plus important que le respect de la vie privée. Mais quand il s'agit d'analyser les comportements publics de personnalités s'offrant à l'opinion, celle-ci est en droit d'avoir tous les éléments de jugement à sa disposition. Ici, il manque une explication sur le rôle de "l'entourage" de Chirac et sur l'incapacité qui est la sienne à dissimuler ses sentiments, en dépit même de ce qu'il a pu assurer la veille. 

La question qui se pose est donc : de quoi Chirac souffre-t-il, si visiblement ?

J'ai participé, lundi matin, à un débat sur la liberté d'expression, sur Radio Courtoisie (rediffusion ce lundi de 14h à 15h, mardi matin à 6h, samedi à 10h45)

Je participerai, mardi, à On refait le monde, sur RTL ( 19h10-20h)

Ivan Rioufol

L'article original peut être consulté sur le blog d'Ivan Rioufol

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz