FLASH
[28/03/2017] Maroc : 14 personnes arrêtées pour avoir incendié un commissariat  |  [27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 6 juillet 2011

Michel Garroté – A titre d’introduction et pour ce qui me concerne, j’aimerais confirmer que « l’Affaire DSK – Nafissatou Diallo – Tristane Banon » constitue un véritable serpent de mer, qui ne cesse de plonger, et, de resurgir, en pleine pré-campagne présidentielle française, ce qui rend cette affaire à la fois ambiguë, suspecte et dégoûtante.

Aujourd’hui, mercredi 6 juillet 2011, les avocats de DSK rencontrent le procureur de New York responsable de l’enquête DSK / Nafissatou Diallo. Les charges contre DSK seront probablement abandonnées.

Le très sérieux quotidien ‘Wall Street Journal’ cite Joan Illuzzi-Orbon, une adjointe du procureur de Manhattan qui, elle aussi, estime qu’il est très difficile, de poursuivre, la procédure en cours, étant donné les déclarations, contradictoires et mensongères, de la femme de chambre du Sofitel, Nafissatou Diallo.

De son côté, le ‘New York Post’ cite l’un des enquêteurs, selon lequel ce dossier n’est pas défendable, et, selon lequel l’abandon des poursuites est désormais une certitude. Les allégations contradictoires et mensongères – en plus formulées sous serment devant un Grand Jury – de Nafissatou Diallo et ses activités criminelles, révélées à l’audience du vendredi 1erjuillet, rendent pour ainsi dire impossible un procès pour viol présumé.

Cela dit, DSK affrontera, peut-être, une nouvelle affaire après la plainte – extraordinairement tardive – à Paris, d’une femme de 32 ans, Tristane Banon. Plainte pour tentative présumée de viol en…2003 ! Tristane Banon, qui accuse Dominique Strauss-Kahn de tentative de viol, n’était pas connue, jusqu’à présent, en juillet 2011, pour sa carrière journalistique présumée. Tristane Banon n'a eu une carte de presse que très peu de temps, en 2002. Tristane Banon n’avait donc plus de carte de presse en 2003 lors de sa rencontre – réelle ou présumée – avec DSK.

Il semble que Tristane Banon a été – ou soit actuellement – stagiaire dans un hebdomadaire et dans un quotidien. Tristane Banon raconte être « l'amie » de Camille, fille de Dominique Strauss-Kahn. C'est, paraît-il, pour écrire un livre (‘Erreurs avouées’…), qu'elle aurait rencontré DSK, afin de recueillir ses confidences (autrement dit DSK l’aurait violé en 2003 alors qu’elle venait l’interroger, lui, sur ses erreurs avouées ; erreurs avouées à lui, pas à elle). Tristane Banon aurait également recueilli les erreurs avouées de Jacques Séguéla, Philippe Solers et Frédéric Beigbeder.

Depuis l'affaire DSK, l'ouvrage, comme par hasard, s’est tellement vendu que son édition est épuisé (pour ce qui me concerne, je n’avais jamais entendu parler de ce livre et de son auteur, Tristane Banon, avant juillet 2011, soit maintenant). Ses premières années semblent la hanter. En 2004, Tristane Banon publie « J'ai oublié de la tuer ». Charmant.

Chez Thierry Ardisson, elle aurait raconté son enfance « saccagée par sa mère ». Tristane Banon n'aurait « jamais connu son père », elle aurait été « délaissée par sa mère », elle aurait été remise « aux mains d'une nounou marocaine l'ayant maltraitée ». Tristane Banon raconte – aussi – qu’elle aurait été victime « d'attouchements » de la part d'un « ami » de la famille.

Bref, Tristane Banon en juillet, comme Nafissatou Diallo en mai, c’est la victime parfaite, la victime de toujours, la victime éternelle.

Et Tristane Banon allègue que de nombreux hommes, « défilaient », chez sa mère, lorsqu'elle, Tristane Banon, était enfant. Sa mère, Anne Mansouret, actuellement Conseillère régionale socialiste de Haute-Normandie (celle chez qui de « nombreux hommes défilaient » ?) a commencé à faire une carrière politique en 1992. A l'époque où Tristane Banon était jeune, sa mère, Anne Mansouret aurait, c’est donc la mère qui le raconte, « dissuadé » sa fille de porter plainte contre DSK. Aujourd'hui, Anne Mansouret prétend le « regretter », et prétend, soi-disant, « comprendre » la démarche de sa fille.

Mais bien sûr…

Michel Garroté

Reproduction autorisée avec les mentions ci-dessous :

Michel Garroté 2011 http://dreuz.info/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz