FLASH
[25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 9 juillet 2011

 

Les dirigeants de l’OLP et du Fatah envisagent de réclamer, en septembre prochain, une résolution, de l’Assemblée générale de l’ONU, en faveur de la création, unilatérale, d’un « Etat palestinien », sur les soi-disant « frontières de 1967 ».

Le fait est que les soi-disant « frontières de 1967 » (dont tout le monde parle sans savoir qu’en réalité elles n’ont jamais existé) ne garantissent absolument pas la sécurité d’Israël ; et donc elles ne garantissent pas non plus la paix dans l’ensemble de la région.

Précisons qu’au Conseil de Sécurité de l’ONU (il n’est donc pas fait ici allusion à l’Assemblée générale de l’ONU), les palestiniens, pour faire passer une résolution, devraient obtenir neuf voix au minimum sur un total de quinze voix, sachant que les USA pourraient alors user de leur droit de veto.

A l’Assemblée générale de l’ONU de septembre prochain, les palestiniens pourraient obtenir 140 voix en leur faveur (les pays musulmans et les pays dits « non-alignés » qui, en fait, se rangent généralement du côté des pays musulmans, et, contre Israël) sur un total de 196 voix.

Mais une résolution votée par l’Assemblée générale de l’ONU n’est absolument pas contraignante. Ce qui relève du bon sens, car il s’agit d’une « majorité automatique », chaque pays, quel qu’il soit, ayant une voix et une seule. Et puis, Israël a déjà fait l’objet de centaines de résolutions, de l’Assemblée générale de l’ONU, ces quarante dernières années.

Des centaines de résolutions plus stupides et hypocrites les unes que les autres. Durant toute la Guerre Froide, l’Assemblée Générale de l’ONU ne s’est pas trop préoccupée des atrocités commises dans les pays du bloc soviétique. Et aujourd’hui, elle ne se préoccupe pas trop des atrocités commises dans les pays membres de l’Organisation de la Conférence Islamique.

Cela dit, si en septembre prochain, une résolution en faveur d’un « Etat palestinien », est votée, par une majorité automatique à l’Assemblée générale de l’ONU, celle-ci pourrait alors, théoriquement, se tourner vers le Tribunal international de La Haye, ce qui serait assez ennuyeux pour Israël.

A propos des soi-disant « frontières de 1967 », rappelons que le Conseil de sécurité de l’ONU (il n’est donc pas fait ici allusion à l’Assemblée générale de l’ONU), dans sa résolution 242 votée en 1967 et dans sa résolution 338 votée en 1973 ne mentionne absolument pas les soi-disant « frontières de 1967 ».

Le Conseil de sécurité de l’ONU, dans ses deux résolutions, 242 et 338, demande que les palestiniens négocient la paix avec Israël. Négocier la paix ; et non pas fixer des frontières, inexistantes historiquement parlant, puisque la Judée, la Samarie et la partie orientale de Jérusalem n’ont jamais constitué le moindre « Etat palestinien ».

La Judée, la Samarie et la partie orientale de Jérusalem ont, en revanche, été aux mains des Romains, des Ottomans, etc.

Pour être tout à fait clair sur ce point, rappelons que l’article 80 de la Charte de l’ONU oblige celle-ci à s’appuyer sur le droit des peuples tel que défini dans les documents diplomatiques antérieurs. Concrètement, il s’agit ici d’un document, jamais abrogé et donc toujours en vigueur, datant de 1922, appelé « Le Mandat de 1922 », et, que l’ONU, a l’obligation de faire appliquer, en vertu de l’article 80 de sa Charte précisément.

Ce document stipule que les Juifs ont droit à un Foyer juif sur leur terre historique y compris en Judée, en Samarie et à Jérusalem.

S’il y a aujourd’hui 650'000 Juifs Israéliens en Judée, en Samarie et dans la partie dite « est » de Jérusalem, c’est en vertu du Mandat de 1922. Et non pas suite à une soi-disant « colonisation » entamée, nous raconte-on, à partir de 1967.

Ces 650’000 Juifs se trouvent là où ils se trouvent grâce au Mandat de 1922, il y a 89 ans ; et non pas suite aux événements de 1967, il y a 44 ans.

Plus loin encore dans le temps, les Juifs ont commencé à retourner en Eretz Israël (Eretz voulant simplement dire terre en hébreu) suite à l’Affaire Dreyfus, et, à la même époque que l’affaire Dreyfus, soit en 1994, suite aux propositions faites par Theodor Herzl à la fin du dix-neuvième siècle. Propositions reprises au vingtième siècle par un autre Juif, un certain Ben Gourion.

Après la Shoah le retour des Juifs en Israël s’est, certes, amplifié. Mais il ne date pas de l’époque de la Shoah. Il date de bien avant. Et il y a toujours eu une présence juive à Jérusalem, même aux heures les plus sombres de l’histoire du peuple hébreu.

Dernier point et pas des moindres, la création artificielle et unilatérale d’un « Etat palestinien », en septembre prochain, serait une violation de l’article 31 des Accords d’Oslo de 1995 ; article 31 stipulant que la création d’un « Etat palestinien » se fera exclusivement par le biais de négociations entre palestiniens et Israël.

Michel Garroté

Reproduction autorisée avec les mentions ci-dessous :

Michel Garroté 2011 http://dreuz.info/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz