FLASH
[23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  |  Corse : 25 cocktails Molotov ont été lancés cette nuit contre la sous-préfecture de Corte sans faire de blessé  |  Non confirmé : un attentat terroriste aurait été évité ce matin à Anvers  |  Un Français a été enlevé par des musulmans au Tchad  |  « Si l’Islam est une religion de paix, pourquoi dois-je me déplacer partout avec des gardes armés ? » Ayaan Hirsi Ali  |  Sur la page Facebook d’Al Jazeera les arabes ont « réagi avec joie à l’attentat de Londres »  |  Sinaï égyptien : 15 terroristes tués, 7 arrêtés. 500 kg de TNT et des bombes artisanales saisis  |  Blocus ? Non, propagande. 10 ambulances ont transporté des malades de Gaza se faire soigner en Israël hier  |  L’ex député russe Denis Voronenkov qui a fui en Ukraine a été tué dans une rue de Kiev. Tueur appréhendé  |  Guignol : « Le niveau de la menace terroriste extrêmement élevée » – Cazeneuve, qui voulait lever l’état d’urgence il y a 8 jours  |  Blocus de Gaza ? Non, propagande. Le 22 mars, 692 personnes ont été autorisés à entrer en Israël depuis Gaza  |  L’Autriche décide l’interdiction formelle à Erdogan de faire campagne sur son sol  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 10 juillet 2011

Un tribunal de Manama a condamné mercredi 6 juillet un Bahreïni à dix ans de prison pour espionnage au profit de l'Iran, et condamné par contumace deux diplomates iraniens à la même peine, rapporte la presse.
 
Selon le quotidien Akhbar al-Khaleej, le Bahreïni a été reconnu coupable d'avoir transmis depuis 2002 aux deux diplomates iraniens, alors en poste au Koweït, des informations au sujet "d'installations militaires, industrielles et économiques" à Bahreïn. Les informations étaient destinées aux Gardiens de la révolution en Iran, a ajouté le journal.
 
Bahreïn a rappelé, en avril 2011, son ambassadeur à Téhéran pour protester contre les critiques iraniennes sur le déploiement de forces du Golfe, notamment saoudiennes, dans le petit royaume, pour contenir la contestation contre la dynastie sunnite. "L'ambassadeur de Bahreïn à Téhéran a été rappelé pour consultation", a indiqué un porte-parole du ministère bahreïni des Affaires étrangères après avoir longuement dénoncé les critiques iraniennes. Le ministère iranien des Affaires étrangère a qualifié l'intervention de forces étrangères à Bahreïn d'"inacceptable" et estimé qu'elle "rendra la situation plus compliquée et plus difficile" à résoudre.
 
L'Iran a aussi rappelé son ambassadeur à Manama pour protester contre la répression par le pouvoir sunnite de Bahreïn, des manifestants chiites qui réclament l'instauration d'une monarchie constitutionnelle dans ce petit royaume. 
 
Le royaume de Bahreïn, en proie à une violente contestation de son opposition chiite, a demandé l'entrée de troupes saoudiennes dans le royaume pour aider le pouvoir à mater la révolte chiite.
 
Les pays arabes du Golfe ont menacé d'expulser des milliers de Libanais chiites soupçonnés d'être liés au Hezbollah et aux Gardiens de la révolution en Iran, rapporte le 24 mars 2011 un quotidien koweïtien. Selon le journal al-Siyassa, les pays du Golfe ont reçu des rapports de services de renseignement bahreïnis, américains et français, faisant état de l'implication d'activistes libanais chiites dans les récents troubles à Bahreïn et en Arabie saoudite. Des membres du Hezbollah et des Gardiens de la révolution auraient "dirigé les protestations, aux côtés de dignitaires chiites, dans la province orientale de l'Arabie saoudite et à Bahreïn", d'après ces rapports.
 
Au Koweït, trois peines de mort pour espionnage au profit de l'Iran ont été prononcées, le 29 mars 2011, contre deux Iraniens et un Koweïtien, membres présumés d'une cellule d'espionnage pour l'Iran, et deux autres à la prison à perpétuité. Le Koweït a aussi rappelé son ambassadeur en Iran, selon le ministre des Affaires étrangères cheikh Mohammad Sabah al-Salem al-Sabah cité le 30 mars 2011 par le quotidien koweïtien Al-Watan.
 
Reproduction autorisée avec la mention suivante et le lien vers cet article :
© Ftouh Souhail, Tunis pour Dreuz.info
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz