FLASH
[24/02/2017] États-Unis #DullesAirport forte présence policière y compris groupe anti explosifs  |  Nigéria : 7 soldats et 3 militants tués dans une embuscade de Boko Haram  |  Effet Trump : l’Irak vient d’effectuer son premier bombardement aérien contre l’Etat islamique en Syrie  |  Bahrain, Sanabis : une femme a été blessée par une explosion lors d’un attentat terroriste  |  [23/02/2017] Bobigny : 2 jeunes juifs agressés par des maghrébins, un d’eux amputé avec 1 scie égoïne – silence média (comme toujours)  |  Mali : l’armée française a neutralisé des jihadistes qui ont ouvert le feu sur elle près de la frontière algérienne  |  Projectveritas, le site de James O’Keefe a explosé : trop d’internautes connectés pour voir les CNN Tapes  |  James O’Keefe offre 10 000$ à toute personne qui lui envoie une vidéo qui expose la malhonnêteté des médias  |  Geert Wilders contraint d’annuler ses activités publiques: un policier a révélé des détails sécurité aux musulmans  |  L’aviation militaire israélienne a abattu un drone du Hamas qui volait en direction de la Méditerranée  |  Un musulman fiché S armé d’un couteau interpellé mercredi soir lors du dîner du CRIF  |  La gauche US triche sur les chiffres pour défendre l’immigration: elle compare le nombre d’hispaniques au nombre de criminels américains  |  Un soldat israélien a été blessé par un explosif lancé sur lui durant une opération anti-terroriste dans un camp de réfugiés arabes  |  [22/02/2017] Une ex-agent de la CIA emprisonnée au Portugal pour son rôle dans le kidnapping d’un terroriste  |  Des activistes musulmans ont levé près de 500 000 dollars pour réparer le cimetière juif vandalisé à St Louis  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rachel Franco le 19 juillet 2011

Non, la barbarie n’a pas de visage, de frontière, ni de religion.

 

On peut la rencontrer à Toulouse quartier Saint-Michel ou au cœur de Montpellier avec l’assassinat, ici et là, de deux gamins à qui la vie souriait. Deux gamins sans histoires, des modèles même pour les autres adolescents de leurs âges, victime de crapules, de lâches sans aucune âme.
 

Au Moyen-Orient, aussi, où le conflit Israélo-palestinien, n’est pas seulement fait d’actes de guerre avec d’un côté les méchants juifs et de l’autre, des victimes innocentes, sans défense. Des hommes et des femmes palestiniens à qui l’Etat Hébreu aurait spolié leur terre.

 

Ceux-là même qui, ici comme ailleurs, oublient que la terre appartient d’abord à celui qui a su la rendre meilleure.
 

Sauf qu’ici, l’actualité c’est aussi, tous les jours et depuis plus d’un siècle, des victimes juives comme chrétiennes victimes de la barbarie d’extrémistes musulmans.

 

Victimes de personnages sans foi, ni loi, pour qui enlever la vie ne vaut pas plus qu’un paquet de cigarettes.

 

Des crapules nourries par la haine et qui, sous le prétexte de servir une cause, n’ont d’autres motivations que la guerre contre Israël, car c’est en fait leur seul fond de commerce. La paix les ruinerait, la défaite ferait tomber les masques, les montrerait aux yeux de tous nus et ridicules…
 

Comme toujours, ils vont prétendre combattre pour une Terre de Palestine, dont ils oublient qu’ils ont moins de légitimité à la posséder que d’autres qui étaient là des millénaires avant eux.

 

Une terre rendue vivante et fertile par la seule volonté, la folie et la foi d’une poignée de «Fous». Des femmes et des hommes juifs qui en Europe ont déjà connu les pires horreurs et n’ont pu résister à toutes ces atrocités que parce qu’au fond de leurs âmes, une petite lumière, une promesse à Dieu, les éclairait en permanence : «demain sur la Terre promise nous serons tous réunis».
 

Ils étaient de ceux-là, ils étaient de nos convictions, des innocents qui ont payé au prix fort la promesse faite… Une famille de chez nous qui a cru un jour que son destin était là-bas en terre d’Israël, plutôt qu’ici en terre de France où elle n’avait plus ses repères.

 

Mais cette nuit du 11 mars 2011 l’inacceptable s’est produit : Udi et Ruth, 36 et 35 ans et trois de leurs quatre enfants Yoav 11 ans, Elad 4 ans et leur bébé de trois mois Hadas, ont été poignardés à mort par des fous sanguinaires.

 

Les médias français n’en n’ont pas fait leur «Une». C’est bien connu, en France comme ailleurs, on ne montre pas les victimes juives de la barbarie des extrémistes, ce n’est pas vendeur.
 

Et puis, pour la presse franchouillarde et bien pensante, les Fogel comme d’autres juifs, sont facilement et péjorativement étiquetés comme des colons. Pourtant sait-on que pour ces familles, le seul tort est d’avoir acheté légalement, à des Palestiniens, des logements ou des terrains dans une région qui fut et demeure, on l’oublie trop souvent, le berceau de la civilisation juive. Ainsi, la localité d’Itamar en Samarie, celle qu’avaient choisie pour vivre en famille et en paix, Udi et Ruth, n’a pas été construite à la place d’un quelconque village arabe, mais bien à côté.

 

En fait, hier comme aujourd’hui, leur faute aura été d’être juifs et de vouloir vivre en Paix sur la terre de leurs ancêtres et en conformité avec leur Foi. Une folle injustice d’autant si l’on sait que dans le même temps plus de 22% de la population israélienne est constituée de musulmans qui étudient dans les meilleures universités du Proche-Orient, travaillent, votent et sont même élus à la Knesset etc…
 

Il est temps que les âmes bien-pensantes de ce monde commencent à prendre ici comme ailleurs leurs responsabilités. Sinon demain…
 
André Gérôme Gallego
Directeur de la Publication

 

————— 

 

Chers lecteurs,

 

Il est journaliste du Journal Le Toulousain et m'a autorisée à publier son article que je vous ai mis en copie, non sans vous dire que dans le cadre de notre échange, il a ajouté ces mots qui brillent dans l'obscurité régnante :

 

"Je suis seulement un humaniste qui a Israël inscrit en lui et depuis toujours… Mais je suis aussi un grand-père qui a peur pour ses enfants et ses petits enfants. Car conscient que ce qui se passe, semble t-il très loin de chez lui peut tout à l'heure se passer devant sa porte.

 

Mais surtout révolté à la connaissance d'un tel acte barbare… Comment peut-on faire cela à des innocents. Il fallait l'écrire, le dire pour que demain on ne puisse plus dire <<je ne savais pas>>. ".

 

Non amis,  l'espoir n'est pas perdu : des hommes de bien se lèvent pour resister contre la nuit. Mr André Gérôme Gallego est l'un d'eux.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante et le lien vers cet article :

© 

 

Rachel Franco pour Dreuz.info 18/07/2011

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz