FLASH
Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments  |  Trump déclare qu’il va demander avis à Obama en raison de son expérience, pour ses futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  |  « Donald Trump personne de l’année » pour Time Magazine  |  Le vol Pakistan Airlines #PK661 a été observé plongeant vers le sol – il y a 47 personnes à bord avec l’équipage  |  Un avion de Pakistan Airlines avec 34 personnes à bord a disparu des radars au dessus d’Abbottabad  |  Votez et faites gagnez Sylvia Pinel à la primaire socialiste: elle est créditée de 0% de votes, elle sera parfaite face à la droite  |  Syrie : énorme explosion d’un dépôt de munitions de l’armée à Damas, frappé par l’aviation israélienne durant la nuit  |  Malawi : des milliers de chrétiens manifestent contre l’avortement et le mariage homo  |  L’armée syrienne contrôle maintenant 100% des vieux quartiers est d’Aleppo  |  Pour être réélue, Merkel veut maintenant préserver la culture allemande contre le mode tribal et la sharia des immigrés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 19 juillet 2011

Le temps des révolutions – et des séductions qu’elles peuvent exercer – est loin d’être révolu. Il y a eu, successivement, la révolution française ; la révolution bolchevik ; la révolution fasciste italienne (Mussolini a été socialiste et pacifiste avant de fonder le fascisme) ; la révolution nationale-socialiste (une contre-révolution annoncée dans ‘Mein Kampf’) ; la révolution palestinienne (issue de la « cause palestinienne » revue et corrigée par le KGB, le Conseil œcuménique des Eglises, Arafat et Desmond Tutu) ; et, maintenant, la révolution islamique.

La première révolution islamique débuta chez les mollahs chiites iraniens en 1979. Mais aujourd’hui, elle est reprise et prolongée par des chiites, des sunnites, des salafistes, avec la complicité des ultra-gauchistes, prêts à n’importe quelle compromission, du moment qu’elle permet d’entretenir, les mythes  de la révolution et de la « lutte armée », en clair, le terrorisme, cette source intarissable d’adrénaline pour les nihilistes occidentaux.

Hier comme aujourd’hui, la gauche et la droite françaises se disputent l'héritage de la Révolution dite « française ». Fait intéressant, des analystes tels que feu François Furet, Daniel J. Mahoney, et, ici, Kenneth Weinstein, estiment, en substance, que les communistes soviétiques, en s'appropriant l’antécédent jacobin, réclamèrent une analogie historique avec la Révolution française. La terreur de Lénine – ont écrit en substance feu François Furet, Daniel J. Mahoney et Kenneth Weinstein – fut excusée ou même louée pour être la réincarnation de celle de Robespierre. Et la promesse de Lénine d'un nouvel avenir pour l'humanité en Russie semblait être l'accomplissement de la promesse analogue de la Révolution française.

A ce propos (citant feu l’historien François Furet), Kenneth Weinstein, du Hudson Institute, a publié ce qui suit (article de Kenneth Weinstein initialement paru dans ‘The Weekly Standard’. Titre original : ‘The Illusion that Failed’) sur son blog (extraits) : « De nos jours, les historiens sont généralement un groupe timoré, réduisant la grande histoire de l'action humaine à une petite discipline académique anxieuse, dans laquelle les fonctions sont achetées par d’interminables volumes calculant de menus détails, comme la quantité de céréales qui fut consommée au XVe siècle par les Guatémaltèques. Il semble vain d'observer qu’il n’en a pas toujours été ainsi. En fait, même de mémoire vivante, il n’en a pas toujours été ainsi. La publication en Anglais de l’ouvrage Le passé d’une illusion, Essai sur l’idée du communisme au XXe siècle, nous rappelle que François Furet, l'historien éminent de la Révolution française. (…) Et Furet, comme son précurseur intellectuel Alexis de Tocqueville, était quelqu'un qui prenait l'histoire au sérieux – appréciant de manière franche et impartiale le passé afin de guider la façon par laquelle nous devrions vivre aujourd'hui. Bien sûr, même de son propre temps – quand la plupart de ses pairs étaient des sur-spécialistes ou des historiens sociaux zélés – Furet avait quelque chose d'un retour à la noble tradition historiographique du XIXe siècle, par l’accent qu’il mettait sur la politique et les forces personnelles et intellectuelles. Le Furet bourru, qui enseignait à la fois à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris et au Committee on Social Thought de l'Université de Chicago, tint seul pendant de nombreuses années, s’efforçant de modérer la fierté envers la Révolution française. Il devint la plus improbable des icônes culturelles. Son travail, qui l'a placé au centre du discours national français, est devenu l'une des forces les plus importantes de la réorientation de la compréhension moderne que la France avait d’elle-même. Dans les années 1960 et 1970, les écoliers français étaient abreuvés par une hagiographie marxiste de la Révolution. Avant Furet, les événements de 1789 étaient présentés comme le choc inévitable des forces économiques : une bourgeoisie montante, rejetant l'ancien régime, qui était le sous-produit d'une société agricole. La violence totalitaire de la Terreur jacobine de 1793, par exemple, était considérée comme une tentative patriotique réalisée afin de sécuriser la souveraineté populaire par l’unification de l’Etat. L'interprétation de l’historien Albert Mathiez de 1927 était répétée dans les manuels scolaires depuis des décennies, projetant tout simplement la propagande soviétique sur la France de 1793 et justifiant les tactiques meurtrières du Comité de salut public de Robespierre comme une conséquence compréhensible de la guerre civile et étrangère. Il a fallu à Furet beaucoup de courage pour faire face à ce catéchisme. Dans de nombreux volumes, notamment dans La Révolution française (co-écrit en 1964 avec Denis Richet), L’Interprétation de la Révolution française (1978) et Marx et la Révolution française (1986), il rejeta le déterminisme économique. La Révolution de 1789, a-t-il soutenu, pourrait avoir commencé par l'appel à un gouvernement représentatif, face à une monarchie de plus en plus décidée à consolider son pouvoir ».

Kenneth Weinstein : « Mais, en quatre ans, tout espoir d'une démocratie libérale fut brisé par la Terreur. Au contraire, malgré des réclamations historiographiques défectueuses, la Terreur ne fut une réponse ni à un conflit de classe (il n'y en avait aucun de ce type opposant les Jacobins aux autres révolutionnaires) ni à une agression externe (l'étape la plus violente s'est produite après le recul de la menace étrangère). Comme l’a suggéré Furet, la meilleure explication se trouve dans le travail de ces penseurs du XIXe siècle comme Tocqueville et Augustin Cochin – qui n’ont pas vu les jacobins comme des tyrans ordinaires, mais comme un nouveau type d'hommes, si épris de certains idéaux intellectuels qu'ils étaient prêts à sacrifier leurs compatriotes au nom de la régénération de l'humanité. S'appuyant sur cette idée puissante, Furet a tourné son attention, dans son dernier ouvrage, ‘Le passé d'une illusion’, vers le puzzle historique fondamental du XXe siècle : l'attrait pour le communisme. Le livre devint un best-seller à sa parution en Français en 1995 – en partie parce que Furet démontrait qu'il comprenait l'attrait du communisme (il avait détenu la carte de membre du PCF jusqu'en 1956) et, pourtant, il parvenait aussi à comprendre combien il était difficile, à partir du point de vue des années 1990, de saisir pourquoi quiconque avait pu croire en cette idéologie meurtrière. Mais tâchez de croire que tel fut le cas. Au paroxysme de l'illusion communiste, même ses opposants ne s’attendaient pas à ce qu’elle soit « effacée » (comme le dit Furet). Comme il le fit dans ses travaux sur la Révolution française, François Furet a rejeté l’explication de la lutte des classes. Plutôt, en utilisant un mélange de philosophie politique et d'histoire, Furet suggère que toutes les démocraties libérales sont sujettes à une méfiance étrange face aux résultats de la démocratie. Les critiques du libéralisme classique – Jean-Jacques Rousseau étant le premier d'entre eux, – avaient averti que les individus créés par le libéralisme étaient des caractères purement économiques, détachés de toute communauté et du bien commun. Et, en effet, ce que le libéralisme affirme comme sa plus grande vertu – l'égalité de ces individus portés par l’intérêt personnel et atomisés – est continuellement miné alors que la concurrence de l’un face à l’autre conduit à des inégalités de propriété. Ainsi, pendant la Révolution française, les Jacobins (qui ont commencé comme des partisans bourgeois de l'économie de marché) se sont retournés contre la nouvelle aristocratie de richesse et embrassèrent ce que Furet a lui-même décrit comme l'idée la plus puissante au sein de la démocratie moderne: l'idéal révolutionnaire. Cet idéal est né d'une arrogance profonde au sujet de la toute-puissance de la volonté populaire et de l'illusion puissante selon laquelle l'homme pourrait créer un nouveau contrat social incarnant cet idéal de société. Mais cet idéal était aussi en proie à un profond doute sur lui-même – car si l'égalité démocratique produit toujours l'inégalité aristocratique, alors la nécessité d’une révolution est pour le moins discutable. Et l'interaction de ces deux éléments – l'arrogance révolutionnaire et le doute sur la révolution elle-même – a perpétué en France tout au long du XIXe siècle (comme le note François Furet dans son grand classique, ‘La Révolution française’) ».

Kenneth Weinstein : « Mais les destructions sans précédent de la Première Guerre mondiale, qui semblaient accuser les fondements moraux de la démocratie libérale, écrasèrent rapidement les doutes quant à la nécessité de la révolution et l'arrogance révolutionnaire moderne naquit de nouveau en 1917, dans le plus improbable des lieux : la Russie, la nation la plus arriérée d’Europe. En s'appropriant l’antécédent jacobin, les bolcheviks réclamèrent une analogie historique avec la Révolution française. La terreur de Lénine fut excusée ou même louée pour être la réincarnation de celle de Robespierre, et la promesse de Lénine d'un nouvel avenir pour l'humanité en Russie semblait être l'accomplissement de la promesse analogue de la Révolution française. Affirmant à la fois être le développement scientifique le plus considérable et détenir le sens moral le plus élevé, le communisme, affirme Furet, « est apparu unir la science et la morale – une combinaison miraculeuse de deux types de raisons tirées de deux univers différents. Convaincus qu'ils sont l'accomplissement des lois de l'histoire, les militants combattent aussi l'égoïsme du monde capitaliste, au nom de l'universalité de l'homme. Ils voilent leurs actes par un nouveau type de conscience, exalté comme une vertu civique. (…) Tous les communistes ont cru, ou croient encore, qu’ils expérimentent à l'avance la réconciliation de l'humanité avec elle-même ». Le sentiment antibourgeois et l'arrogance révolutionnaire qui ont généré la révolution russe ont également alimenté la montée de Mussolini et d'Hitler les décennies suivantes. Mais l'existence du fascisme et du nazisme, note François Furet, fut aussi fortuite pour le communisme que la Première Guerre mondiale. A la fin des années 1920, du fait de la volonté de Staline d’instaurer un « socialisme dans un seul pays » et des luttes contre Trotski et les autres anciens héros de la Révolution, l'Union soviétique perdit beaucoup de son attrait en Europe occidentale. Affaibli sur le front intérieur, aussi bien par l'échec lamentable de la collectivisation que par les purges de millions de citoyens, Staline fut contraint de détourner l'attention par la menace extérieure : l'Union soviétique était le seul rempart contre le fascisme, et quiconque la critiquait était présumé offrir une aide à Hitler ».

Kenneth Weinstein : « Avec l'anti-fascisme comme cause, l'Union soviétique était en mesure d'attirer l'aide dont elle avait besoin. En effet, la guerre civile espagnole offrit la preuve que les communistes étaient à l’avant-garde de la lutte contre les fascistes et, à travers des alliances de "Front populaire" avec la gauche d'Europe occidentale, des intellectuels non communistes ajoutèrent un prestige supplémentaire à la tyrannie de Staline. Même certains intellectuels catholiques romantiques trouvaient attrayante la vision stalinienne de la communauté. Le Congrès des écrivains pour la défense de la culture de 1935 – qui chantait les louanges de l'humanisme soviétique – mit en vedette des notables tels que Louis Aragon, André Malraux, André Gide, Heinrich Mann, Bertolt Brecht, Aldous Huxley, et EM Forster. Staline n'avait rien fait pour mériter les éloges de ces intellectuels ou les sacrifices des brigades internationales durant la guerre civile espagnole. Et ses actions ultérieures jetèrent rapidement le discrédit sur la cause communiste. Si les récits de procès fantoches et des exécutions de masse pouvaient être rejetés par les intellectuels occidentaux comme de la propagande fasciste, le traité de Staline avec Hitler en 1939 ne pouvait l’être. Cet événement dévoila Staline, véritable tyran issu d’une tradition russe ancienne, déterminé à regagner les territoires perdus par la Russie en 1918. La haine présumée du fascisme de Staline ouvrit la voie à un soutien pour Hitler ; les partis humiliés de la Troisième Internationale eurent du mal à expliquer pourquoi ils abandonnèrent soudain leur cri de ralliement anti-fasciste. Les doutes qui avaient gardé d'autres voyageurs à devenir communistes à part entière se répandirent, et beaucoup pensaient qu'ils avaient été dupés par Staline. Mais l'histoire est venue une nouvelle fois à la rescousse de l'Union soviétique, avec l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale et la décision d'Hitler d'envahir la Russie. Staline n’était absolument pas préparé à combattre Hitler, après avoir purgé ses unités militaires d'élite dans les années 1930 et ayant ignoré des dizaines de mises en garde avant l'attaque imminente de l’Allemagne en 1941. Mais il a néanmoins récolté les bénéfices de la guerre ».

Kenneth Weinstein : « La défaite du fascisme a donné au marxisme-léninisme le monopole de l'esprit révolutionnaire qui avait commencé avec la Révolution française, et les victimes de la guerre apparurent comme les martyrs de la théologie marxiste de l'histoire. Avec la défaite d'Hitler, l'Union soviétique obtint une légitimité sans précédent en Occident. Les sacrifices du peuple russe aidèrent à absoudre aux yeux du monde les Soviétiques de leurs crimes. Le communisme, discrédité après le pacte germano-soviétique, naquit de nouveau, et l'admiration occidentale atteignit son apogée dans les années qui suivirent la Seconde Guerre mondiale. Bien sûr, cette admiration n'était pas partagée par ceux qui, en Europe orientale, virent de plus en plus le communisme pour ce qu'il était : simplement un autre nom du commandement totalitaire de Staline. Alors, comment était-il possible que les intellectuels, à Paris et à Rome, se résolvent à nier la réalité de l'Europe, à nier le Goulag, à déclarer Staline le génie ayant compris la marche de l'histoire et à jurer que la science prolétarienne était en train de naître ? La réponse réside, en partie, dans le malheur des intellectuels européens face à la Guerre froide grandissante entre l'Union soviétique et les Etats-Unis, qui préfigurait le propre déclin géostratégique de l'Europe. Face à leur influence allant s’amoindrissant, de nombreux intellectuels trouvèrent l'anti-américanisme plus aisé à accepter que l'anti-communisme. Encore meurtris par la guerre, les intellectuels de gauche étaient anti-fascistes, et non pas anti-communistes. Fidèles à Staline en raison de "sa" victoire sur le nazisme, ils confondirent l’anti-communisme américain – caricaturé comme "maccarthysme" – avec une forme de fascisme qu'ils considéraient comme latent dans la démocratie libérale. Staline avait réussi à prolonger la puissance de l'idée révolutionnaire pour son propre bénéfice, mais l'ignorance délibérée de la gauche occidentale face au véritable caractère du stalinisme fut fortement ébranlée par le successeur de Staline, Nikita Khrouchtchev ».

Kenneth Weinstein : « En dénonçant le culte de la personnalité de Staline et en réhabilitant les "nationalistes" communistes purgés par Staline durant ses dernières années, Khrouchtchev cherchait tout simplement à éliminer les excès du stalinisme, tout en maintenant fermement en place le système communiste. Mais ses efforts de réformes progressives, comme celles de Mikhaïl Gorbatchev plus de trois décennies plus tard, eurent des conséquences au-delà même de son propre entendement. En permettant à l'intelligentsia de refaire surface, Khrouchtchev introduisit l'Occident à quelque chose qui lui était inconnu : l'intellectuel anti-communiste, notamment Alexandre Soljenitsyne. Et quand Khrouchtchev fut contraint d'agir de manière stalinienne, il manqua du prestige de Staline, vainqueur de la Seconde Guerre mondiale, pour le soutenir. Quand, par exemple, en 1956, les communistes hongrois ne furent plus en mesure de contrôler un soulèvement des travailleurs, il n’eut d’autre choix que de s’emparer du pays. Les actions de Khrouchtchev n'étaient pas sans rappeler les pires heures du stalinisme (y compris la prétention justifiant « l'aide fraternelle à la contre-révolution combattante de la classe ouvrière hongroise »). L’éradication de l'insurrection hongroise annihila la revendication communiste à la supériorité morale et, dans les années qui suivirent, la Gauche occidentale rejeta de plus en plus l'idée communiste incarnée par l'Union soviétique. L'histoire que François Furet expose dans ‘Le passé d’une illusion’ s'estompe de façon spectaculaire après l'insurrection hongroise, en consacrant seulement quarante de ses six cents pages aux trois dernières décennies de l'Union soviétique. Mais Furet parvient à mettre en évidence les paradoxes de l'effondrement de l'Union soviétique en 1989 : le communisme, qui prétendait être le verdict définitif de l'histoire, a été condamné à disparaître par celle-ci. Le communisme n'est plus l'avenir de la démocratie libérale qu’il avait affirmé être, qu’il aurait voulu remplir et remplacer » (ndmg – 1989 avec la chute du mur de Berlin, prélude à la fin de l’empire soviétique en 1992).

Kenneth Weinstein : « Avec ‘Le passé d’une illusion’, François Furet nous a offert comme cadeau final une histoire à la fois complète et convaincante. (…) Le livre offre un compte rendu exact et perspicace du passé illibéral de notre (20e) siècle. Et – avec son avertissement que la fin des Soviets ne signifie en rien que l'idéal révolutionnaire ne se manifestera jamais de nouveau dans la démocratie libérale – ‘Le passé d’une illusion’ rappelle la façon par laquelle la discipline qu’est l'histoire devrait être utile, comment elle peut être encore utile entre les mains d'un maître courageux : être une appréciation franche et impartiale du passé, pour guider la façon par laquelle nous devrions vivre aujourd’hui », conclut Kenneth Weinstein.

Pour ce qui me concerne, je retiens que la fin des Soviets, ne signifie en rien, que l'idéal révolutionnaire, ne se manifestera pas, de nouveau, dans la démocratie libérale. Car c’est déjà le cas. En France, la pré-campagne présidentielle et les primaires du parti socialiste, mettent en scène, des actrices et des acteurs, dont le profil, est identique, à celui des idiots utiles, jadis manipulés par les Soviétiques. Les idiots utiles de notre temps rendent service aux régimes musulmans, à la Chine totalitaire et à la Russie autoritaire. Les idiots utiles de notre temps sont américanophobes, israélophobes et christianophobes. Mis à part le fait que les islamistes ont remplacé les soviéto-communistes, le syndrome des idiots utiles n’a absolument pas disparu. Notre blog a du pain sur la planche…

Michel Garroté

Reproduction autorisée avec les mentions ci-dessous :

© Michel Garroté 2011 & sources citées pour http://dreuz.info/

http://www.weeklystandard.com/Content/Protected/Articles/000/000/010/153hshkc.asp

http://kenweinstein.blog.lemonde.fr/2011/07/12/francois-furet-et-la-seduction-du-communisme/

http://www.amazon.fr/pass%C3%A9-dune-illusion-Fran%C3%A7ois-Furet/dp/2253904767

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz