FLASH
L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 8 août 2011

Khalaf Al-Harbi, journaliste au quotidien officiel du gouvernement saoudien Okaz, publiait le 12 juillet dernier : Obama, dégage !, en accusant Obama d'appliquer un double standard concernant la révolution en Egypte et celle en Syrie. Tout comme les manifestants de ces deux pays exigent la résignation de leurs dictateurs, il réclame celle d'Obama – et il publie ça dans le journal contrôlé par les dirigeant saoudiens, donc avec leur bénédiction.

"Pendant tout le mois dernier, j'ai gardé les yeux rivés sur Obama, qui est apparu si souvent au sujet du printemps arabe, et soudainement, il a disparu, en laissant les tyrans armés de véhicules blindés semer l'enfer en Syrie. J'ai cherché partout "Abu Hussein" (c'est à dire Obama), et je me suis demandé où avait disparu cet homme dont le visage était sur tous les écrans pendant la révolution égyptienne, cet homme qui a demandé au président Mubarak de quitter ses fonctions, cet homme qui a exigé de son allié qu'il "quitte ses fonctions maintenant, et pas demain".
 
"Obama s'est perdu dans les vieux faubourgs de Damas. Il a disparu comme une poignée de sel, comme on dit en Egypte. Il a disparu bien que, contrairement à l'Egypte avec qui il a des liens étroits, les relations avec le régime syrien sont faibles, et que le nombre de victimes de la révolution égyptienne a été de très loin plus faible que celui de la Syrie."
 
"En Egypte, Big brother a fait pression sur Hosni Mubarak pour qu'il démissionne immédiatement, tandis qu'en Syrie, Big Brother a fait pression sur l'opposition pour qu'elle engage des négociations avec le régime."
 
"Comment doit-on interpréter ça ?!. Qui soutient qui ? Qui est contre qui ? Que pense Obama ? Et pourquoi "mère América" est-elle devenu si sourde d'oreille aux cris des gens massacrés à Der'a, à Hama, à Homs, et à Aleppo ?
 
"Mais Obama n'est pas le seul a appliquer ce double standard. Les arabes en général en font autant. Les médias, les intellectuels et les partis révolutionnaires tentent tous de se coordonner avec la jeunesse égyptienne, ils rameutent le monde quand al-Qadhafi commence à oppresser son peuple, et ils demandent que le président du Yemen renonce à son poste dès que la révolution à éclaté. Moins d'une heure après les premiers morts de Syrie, ils sont tous devenus silencieux"
 
"Quand le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah a salué la révolution des jeunes égyptiens puis est devenu un ennemi des jeunes de Syrie, en exigeant d'eux qu'ils adhèrent au régime, il n'était pas très difficile de comprendre ses motivations, ni de comprendre les déclarations du leader iranien Ali Khamenei. Mais la position des Etats Unis, qui n'est, pour l'occasion, pas très différente de celle de l'Iran dans les deux cas – l'Egypte et la Syrie, est difficile à comprendre.
 
"Derrière quoi Obama se cache t-il ?"
 
Reproduction autorisée avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info
 
http://www.memri.org/report/en/0/0/0/0/0/0/5517.htm
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz