FLASH
[30/03/2017] Référendum turc : 3 Kurdes poignardés à Bruxelles alors qu’ils allaient voter  |  Israël prie ses ressortissants de quitter immédiatement les stations égyptiennes de la mer rouge en raison d’une possible attaque d’ISIS  |  Un blocus ça ? 20 541 tonnes de biens de consommations transportés par 626 camions sont entrés à Gaza depuis Israël hier  |  Venise : arrestations in extremis de terroristes qui se préparaient à bombarder le pont du Rialto  |  Blocus de Gaza ? Non, propagande antisioniste : hier 210 personnes ont franchi la frontière entre Israël et Gaza  |  Pour cause de discrimination, Israël boycott désinvesti et sanctionne l’ONU de 2 millions de dollars  |  L’Etat envisage d’acheter 62 hôtels F1 au groupe Accor afin de créer des centres pour migrants  |  France, Rouen : alerte à la bombe dans une église, police sur place  |  [29/03/2017] Washington : la femme qui a foncé sur la police a été mise en prison – il ne s’agit pas d’un attentat  |  Le « ministre de la Santé » de l’Etat islamique a été tué à Mossoul  |  Si c’est vrai bravo madame ! lors de la perquisition au FN, MLP a coincé son smartphone dans son décolleté pour filmer  |  [28/03/2017] Maroc : 14 personnes arrêtées pour avoir incendié un commissariat  |  [27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 9 août 2011

 

LES PIEDS, LES MAINS ET LA TETE

Abbé Alain René Arbez

Evangile de Jean 13.1 : « Avant la fête de la Pâque juive, Jésus savait que l’heure était venue pour lui de faire le passage de ce monde vers le règne du Père. Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’au dernier moment. Jésus mit de l’eau dans un bassin et se mit à laver les pieds de ses disciples. Simon Pierre lui dit : toi, Seigneur, tu me laves les pieds ? Jésus répondit : si je ne te lave pas les pieds, tu ne pourras pas prendre part à ce que je suis en train d’accomplir. Simon Pierre dit : alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains, et la tête. Jésus reprit : comprenez ; vous devez faire comme j’ai fait, les uns envers les autres. Vous serez heureux si vous le pratiquez ainsi ».

On est toujours surpris de constater à quel point Jésus tient à connecter le geste du service à celui de la célébration. Il a réuni ses disciples pour la commémoration pascale de la sortie d’Egypte, libération des servitudes, mais en y inscrivant sa sainte cène, ce sera non seulement un mémorial eucharistique actualisant le don de sa vie par amour, mais aussi le relais incontournable du service librement accordé les uns envers les autres.

Des serviteurs avaient pour tâche de laver les pieds des convives pour les purifier et les rafraîchir. Lorsque Jésus prenant lui-même ce rôle s’arrête devant Simon Pierre, celui réagit spontanément, mais Jésus le remet face au sens profond de l’événement qui est en train de se réaliser. Sa libre plongée dans la mort par amour sera comme un baptême purificateur qui ouvrira des chemins d’humanité.

Alors Pierre s’exclame : pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête. Cette phrase n’est pas anodine, car elle joue sur plusieurs registres. Dans la littérature biblique, les pieds, les mains, la tête représente plus que des parties organiques d’un corps humain. « Qu’ils sont beaux les pieds de ceux qui apportent une bonne nouvelle ! », dit le psaume. L’hébreu, à la différence du grec, ne connaît pas l’abstraction, il est concret, incarné, mais en même temps il dit beaucoup plus. Quelqu’un qui veut saluer le bon sens de Jésus en pensant : « ta mère a de la chance d’avoir un fils comme toi » lui dira : « heureuses les mamelles qui t’ont allaité ! ».

De même Jésus, un peu agacé de parler sans être compris, s’exclame : « que celui qui a des oreilles entende ! ». L’évangéliste Jean est un méditatif, et lorsqu’il raconte le lavement des pieds de Pierre (figure de l’équipe apostolique) par le Maître, il parle en même temps de la purification par le baptême. Les pieds dans le vocabulaire biblique représentent toutes les démarches que nous pouvons faire : aller à la rencontre des autres, visiter quelqu’un, donner une orientation à notre vie, se prendre en charge, etc., etc. Demander à Jésus que nos pieds soient lavés, c’est demander que nos démarches de toutes sortes, les plus ordinaires comme les plus décisives, soient purifiées de tout ce qui nous éloigne du bien ou qui nous conduit vers des voies sans issues.

Idem pour les mains (yad) qui représentent l’activité humaine, ce que nous réalisons par le travail, notre créativité, ce que nous construisons pour édifier, les mains que nous tendons en direction des autres, qui expriment la tendresse, les mains que nous élevons vers le ciel dans la prière, tout cela a besoin encore d’être purifié de toute souillure, de tout dévoiement, de toute violence, de tout gaspillage.

Quant à la tête, c’est le siège de la pensée, de la réflexion et des décisions. Laver la tête, c’est la purifier des pensées malsaines, à courte vue, égocentrées, frileuses, la libérer des étourdissements artificiels, des idées creuses, l’assainir afin qu’elle guide les mains, les pieds, tout cela n’étant possible évidemment qu’avec un cœur vivant (de chair et non pétrifié) relié à la Parole de Dieu et coordonnant le tout.

Les évangiles synoptiques annoncent déjà cette méditation johannique de la purification baptismale. Quand Jésus secoue ses disciples en les incitant à faire des choix cohérents avec son enseignement, il leur dit : « si ta main t’entraîne au péché, coupe-la…». Est-il pour autant un précurseur de la charia ? Non, car ici c’est le même sens symbolique de « yad » : si ton activité, ta manière d’agir est pourrie et t’empêche de te réaliser pleinement, prends une décision radicale, change de comportement !

« Si ton pied t’entraîne au mal, coupe-le ! » : encore une parole virile de Jésus qui n’est pas un conteur à l’eau de rose. Si tes démarches te conduisent à ta perte, change vite d’orientation et de façon de vivre pendant qu’il est temps ! Paroles de sagesse conscientes du temps qui passe et des étapes à ne pas manquer. « Si ton oeil t’entraîne au péché, arrache-le ! ». L’œil, c’est la vision du monde, le regard sur les autres, la perspective que l’on se donne.

Il est clair que ces appels bibliques à une purification des démarches, des activités et des pensées prennent une couleur particulière si on les applique dans la sphère chrétienne, par exemple par rapport au monde juif et à Israël ! Les déclarations conciliaires sont-elles assez signifiantes pour activer le rapprochement judéo-chrétien, conduisent-elles suffisamment à l’évangile du rabbi Yeshua et à l’amour de son peuple Israël, choisi par Dieu ? Et la vision chrétienne traditionnelle entachée d’antijudaïsme est-elle vraiment extirpée des têtes afin de ne pas reproduire les calamiteuses errances du passé ?

Si les chrétiens imprégnés par le baptême reprenaient conscience de ce que leur appartenance est une plongée dans une mort aux clichés hostiles à leurs racines et une résurrection aux actes de foi de la bible hébraïque, le lien johannique entre eucharistie et service des autres retrouverait une actualité riche de partages autour du patrimoine commun reçu des pères.

Abbé Alain René Arbez

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz