FLASH
[23/05/2017] Manchester : un colis suspect découvert sous un banc. Police sur place  |  Philippines : l’Etat islamique installe des points de contrôle dans la ville de Marawi  |  Côte d’Ivoire: attentat à Bouaké, 4 morts et au moins une quinzaine de blessés  |  Philippines, Marawi : premiers rapports indiquent que 500 combattants asiatiques d’ISIS sont en train d’attaquer la ville  |  Philippines :Le président déclare la loi martiale dans le Mindanao après des affrontements avec ISIS  |  Terrible message de la police de Manchester : « nous ne pensons pas qu’il y a encore des enfants non accompagnés dans les hôtels qui ont recueilli les victimes  |  Suite à l’attentat de Manchester, la police a fait deux raids dans des habitations de suspects terroristes  |  Roger Moore, un des héros de James Bond, du Saint et d’Ivanhoe, est mort à 89 ans  |  Le terroriste de Manchester est bouddhiste, suédois, d’extrême droite, mentalement dérangé, bref, il s’appelle Salman Abedi  |  L’Etat islamique vient de revendiquer l’attentat de Manchester  |  Netanyahu: « si l’attentat de Manchester avait lieu en Israël, la famille du terroriste recevrait un salaire à vie de Mahmoud Abbas »  |  Même si on ne l’aime pas, Le Pen a raison : [Manchester] “On ne fait pas le nécessaire pour protéger les Français »  |  Manchester: le centre commercial est réouvert. Alerte terminée  |  Amsterdam : un homme dépose un sac dans le tram et part en courant. Police sur place, homme arrêté  |  Grande-Bretagne : il y a environ 3.500 suspects terroristes, et pas assez de moyens pour les surveiller  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 12 août 2011

 

Il y a exactement 50 ans, dans la nuit du 12 au 13 août 1961, le Mur de Berlin était érigé. J’avais quatre ans. Et je n’étais donc pas au courant. En novembre 1989, le Mur de Berlin était démoli et franchi par des dizaines de milliers d’Allemands de l’Est. En février 1980, j’étais à Berlin Ouest. Comme beaucoup d’Européen de l’Ouest séjournant à Berlin Ouest, je suis passé à l’Est pour quelques heures. Comme beaucoup d’Européen de l’Ouest séjournant à Berlin Ouest, j’ai franchi le Check point Charlie. J’avais 23 ans.

Je sortais à peine du gauchisme. J’étais anticommuniste de fraîche date. Au check point Charly, je me suis énervé avec un fonctionnaire est-allemand. J’ai voulu rebrousser chemin. Un Vopo a chargé son AK47 et m’a crié « Halt ! ». J’ai continué à rebrousser chemin et le Vopo m’a crié « Zurück ! ». Je l’ai regardé et j’ai constaté que ce grand crétin pointait son purée d’AK47 vers moi. L’ami qui m’accompagnait m’a crié « Reviens ! ». Et c’est dans cette atmosphère – j’étais déjà invivable à l’époque – que je suis passer à l’Est.

A Berlin Est, mon ami et moi avons voulu nous approcher du seul bâtiment qui n’avait pas l’air d’une caserne, à savoir l’ambassade soviétique. Une ligne blanche, à 50 mètres de l’ambassade, indiquait qu’il fallait s’arrêter. Mon ami s’arrêta. Je décidais de franchir la ligne blanche pour admirer le bâtiment de plus prêt. Mon ami me cria « Ne fais pas ça ! ». Une voiture de police – sortie de je ne sais où – fonça sur moi et je fus amendé. En Deutschmark de l’Ouest.Avec mon ami, je me suis rendu au Palast der Republik, car c’était le seul endroit où, paraît-il, les visiteurs de l’Ouest trouvaient un restaurant pour manger comme il faut.

Une femme sévère et austère en uniforme nous soumis la carte. Puis elle nous avoua que ‘il n’y avait rien sauf le menu. Nous avons mangé l’infect menu pour un prix exorbitant. Près de nous, des officiers de l’armée populaire de RDA festoyaient. J’avais envie de leur balancer mon satané ragoût trop cuit à la figure. Nous sommes retournés à l’Ouest. Le soir tard, en voiture, sous la neige, nous avons longé le Mur côté Ouest.

De notre côté la ville était illuminée. De l’autre côté du Mur, seuls les miradors étaient illuminés. Une partie de ma famille maternelle s’est retrouvée à Zwickau, en RDA, lors de la construction du Mur en 1961. Je n’ai jamais vu mes cousins de l’Est. J’ignore où ils vivent. Et eux ignorent où je vis. Peut-être, un jour, je ferai des recherches sur Internet pour tenter de les retrouver. Pour leur dire que je suis né libre à l’Ouest. Et que je ne suis pas certain de mourir libre à l’Ouest.

Michel Garroté

Reproduction autorisée avec les mentions ci-dessous :

©  Michel Garroté 2011 http://dreuz.info/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz