FLASH
[26/02/2017] Nouveau sondage : Marine Le Pen et Macron au 1er tour, Fillon éliminé  |  Belgique : Evasion à la prison de Lantin. 2 voitures ont été incendiées, un détenu est en fuite, une échelle a été retrouvée  |  Les Etats-Unis exigent de la Russie qu’elle respecte « immédiatement » le cessez-le-feu avec l’Ukraine  |  Alerte : les Philippines ont reçu un rapport selon lequel des islamistes ont décapité l’otage allemand J. Kantner. Nos pensées à sa famille  |  Un vol direct Tel-Aviv Manille (Philippines) à partir du mois de mars 2017  |  Londres (Bromley) Attentat : 1 voiture fonce sur des piétons. Au moins 5 blessés, conducteur arrêté  |  Jamais dans les médias : Hamas condamne l’Egypte qui a détruit un tunnel terroriste qui a tué 3 palestiniens  |  [25/02/2017] L’ambassadrice des Etats-Unis auprès de l’ONU Nikki Haley a rencontré la famille d’un soldat israélien tué par le Hamas  |  Emeutes de Nantes : « la situation est totalement hors contrôle »  |  Grèce, Dafni : des démineurs ont neutralisé un explosif posé près d’un poste de police  |  Danemark, Aarhus : un somalien musulman de 25 ans mis en accusation : il cherchait à fabriquer une bombe pour commettre un attentat  |  3 Palestiniens sont morts, 5 autres ont été blessés. Ils ont respiré des gaz alors qu’ils creusaient un tunnel terroriste  |  [24/02/2017] États-Unis #DullesAirport forte présence policière y compris groupe anti explosifs  |  Nigéria : 7 soldats et 3 militants tués dans une embuscade de Boko Haram  |  Effet Trump : l’Irak vient d’effectuer son premier bombardement aérien contre l’Etat islamique en Syrie  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 8 septembre 2011

J’ai tenu à suivre en direct l’ensemble du débat entre les candidats républicains aux élections primaires organisé par la chaîne CSNBC, située à gauche, à la Ronald Reagan Library, au Nord de Los Angeles. 
 
La question essentielle qui se posait avant le débat était de savoir si Rick Perry commettrait une erreur et semblerait ne pas avoir la stature requise. La réponse à la question est : non, Rick Perry n’a pas commis d’erreur, et il est apparu comme ce qu’il est, un conservateur solide et cohérent qui ne recule pas devant l’obstacle.
 
Economiquement, ses propos ont été impeccables en termes de défense de la libre entreprise et du libre marché, de la nécessité de maintenir les impôts à un niveau aussi bas que possible, et de déréglementer. Ses réponses sur les questions d’environnement (refus de céder aux lubies des théoriciens du réchauffement global créé par l’homme), sur l’immigration (surveillance des frontières, mais pas de mur, car le mur serait une dépense inutile sur les 1200 kilomètres de frontières entre le Texas et le Mexique) et sur la peine de mort ont été claires, fermes et convaincantes. Ses propos en politique étrangère, stipulant qu’un Président ne doit engager des troupes que lorsqu’il en va de la sécurité des Etats-Unis, et dans le cadre d’une stratégie précise, ont été excellents aussi, et font de lui un jacksonien, selon la nomenclature définie récemment par Caroline Glick dans le Wall Street Journal. 
 
Il aurait pu être plus précis, je pense, et il devra travailler sur les détails dans les jours à venir. Il devrait en tout cas préserver, voire accroître sa position de front runner, candidat qui fait la course en tête. On peut dire, d’ailleurs, qu’il a été traité en frontrunner par les autres candidats et par les journalistes qui posaient les questions, et cela ne me semble pas du tout un hasard si ces derniers ont, à intervalles réguliers, attaqué le Texas lui-même.
 
Mitt Romney a montré qu’il était aussi crédible que Perry, et qu’il ferait lui-même un excellent Président. Ses réponses étaient précises, nettes, impeccables elles aussi, et ses positions ne se démarquaient pas de celles de Rick Perry. Ayant perdu la place de frontrunner, il a livré quelques attaques contre Rick Perry, qui a répliqué de manière cinglante. Si, d’aventure, Romney devait reprendre la tête, j’aurais un regret, car Romney a parfois montré le visage d’une modération excessive, mais je le soutiendrais néanmoins, car il a une solide expérience d’entrepreneur et connaît l’économie, à la différence d’Obama qui ne connaît que les livres de Marx et Keynes.
 
Les autres candidats ont été réduits à une position de figurants. Celui qui tire le mieux son épingle du jeu est Michelle Bachmann : sur le plan des principes, des idées et des convictions, c’est une femme solide et droite qui devrait jouer un rôle majeur dans une future administration républicaine. Après Michelle Bachmann, je citerai Herman Caïn : bien qu’il ait eu un temps de parole limité, il a montré lui aussi qu’il avait des convictions solides et une connaissance de la façon de gérer une entreprise, ce qui est normal, puisque c’est un entrepreneur. Lui aussi devrait jouer un rôle dans une future administration républicaine. Newt Gingricht a, comme à son habitude, tenu des propos clairs et intellectuellement charpentés : son rôle est d’être un penseur du conservatisme américain, et ses conseils seront les bienvenus. Ils pourront même s’avérer indispensables pour le prochain Président. Ron Paul a lui-même été solide et cohérent dans ses réponses : économiquement, c’est un homme remarquable, lorsqu’il s’aventure sur le terrain de la politique étrangère, il perd toute crédibilité, et commence à ressembler à un fou échappé de l’asile d’aliénés. Il a eu, ce soir, peu de questions de politique étrangère, ce qui l’a avantagé. Il n’en est pas moins inéligible pour les raisons que je viens d’énoncer.
 
Restent Rick Santorum et Jon Huntsman. Santorum est lui-même un homme aux convictions solides, mais il peine à convaincre. Il sera l’un des premiers à disparaître de la campagne, je pense, et je le dis sans aucune joie, parce que c’est ainsi : les idées sont bonnes, mais il manque quelque chose, peut-être le charisme qui fait les leaders. Jon Huntsman, lui, peine à convaincra parce qu’il entend occuper la position du Républicain « modéré », « ouvert » aux idées de ses adversaires : il est le Républicain favori des Démocrates et ne sera, pour cette raison, jamais le favori des Républicains. Sa cible a souvent été Rick Perry. S’il avait ciblé avec autant de force Barack Obama, peut-être aurait-il eu une chance de quitter la zone des 1% dans les sondages. Mais, dans le contexte actuel, je le vois éliminé assez vite.
 
Les primaires se joueront entre Rick Perry et Mitt Romney, comme je l’ai déjà écrit précédemment, avec Rick Perry dans le rôle de favori. Michelle Bachmann jouera l’outsider qui garde de légères chances. Je pense moins encore aujourd’hui que Sarah Palin a l’espace pour entrer dans la compétition, et je pense qu’elle aura la sagesse de ne pas le faire. Elle est plus utile dans son rôle actuel de leader des tea parties que dans le rôle de candidate.
 
Sauf s’il fait des miracles, réussit vraiment à susciter une panique, ou provoque une guerre civile, sauf encore s’il fait un discours reniant tout ce qu’il a fait depuis deux ans et demi, je pense que les carottes sont cuites pour Obama, et qu’en novembre 2012, il devra manger les carottes cuites, jusqu’à l’indigestion. J’attends ce moment avec délectation, tout en regrettant qu’il ait infligé tant de souffrances à tant de gens et créé tant de dégats.
 
Reproduction vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz