FLASH
[28/06/2017] Donald Trump a accepté l’invitation d’Emmanuel Macron d’assister au défilé de Bastille day (14 juillet)  |  Allemagne, un migrant arrêté parce qu’il soutenait ISIS  |  Tunisie, pays musulman modéré donc tolérant, interdit le spectacle de Michel Boujenah  |  [27/06/2017] L’enquête du FBI contre le général Flynn, le conseiller sécurité de Trump, était une vengeance  |  L’université de Californie se prend un procès pour « environnement hostile aux juifs »  |  Chômage : la barre des 6.6 millions d’inscrits à Pole Emploi est dépassée  |  [26/06/2017] La Cour suprême déclare légale l’interdiction d’entrée établie par Trump pour 6 pays musulmans (sauf les gens qui ont des liens aux USA)  |  [25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 13 septembre 2011

On n’atteindra jamais le fond pourri de certaines de nos institutions. 
 
Trop de politiciens, trop de hauts fonctionnaires, trop de chefs d’entreprises bien trop proches du pouvoir en croquent, et font, un peu comme les cartels de drogue du Mexique, obstacle à l’intérêt public.
 
La Tribune rappelle (lien en fin d’article) que le Ministre du Travail, Xavier Bertrand, avait tenté, en début d’année, de faire déclasser 136 médicaments totalement inefficaces, de la liste des médicaments remboursés par la Sécurité Sociale. 
 
Même un ministre de la Santé ne peut y parvenir. 
 
La corruption, les copinages, les « aides » mutuelles et les conflits d’intérêts sont si nombreux, entre ces entreprises françaises et les partis politiques, les sommes en jeu si importantes, que les mafias sont impénétrables. Les médicaments qui ne guérissent pas, c’est 311 millions d’euros de chiffre d’affaire annuel pour du vent : de quoi assurer quelques financements occultes et tuer quelques milliers de français (entre 500 et 2000 pour le seul Médiator, mais on n’oublie pas non plus le sang contaminé de Laurent Fabius)
 
Ici c’est l’Education Nationale dont les trotskistes ont infiltré tous les rouages, et qui, pour des raisons idéologiques, fabriquent des jeunes français multiculturel et sans identité, sans passé, sans histoire.
 
Et le peuple ne peut rien faire.
 
Là, c’est le coeur de la démocratie, l’Assemblée Nationale, où les partis politiques ont confisqué des mains du peuple, et sous la menace d’exclusion immédiate et de fin de carrière, la conviction personnelle du député élu.  
 
Et le peuple ne peut rien faire.
 
Là encore, c’est le train de vie de l’Etat, des collectivités locales, des grasses associations chevaux de Troyes de la police de la pensée, redondantes et clientélistes, du détournement des fonds publics (fabuleux patrimoine immobilier entièrement confisqué pour les copains, grandes réceptions aux parfums monarchiques, emplois surpayés, quand ils ne sont pas fictifs et bâtis sur mesures, pour les rejetons – tous les rejetons – des politiques, à droite comme à gauche, voyages privés dans les avions de l’Etat… et ce ne sont que quelques exemples dans un océan de corruption, dénoncé année après année par la cour des comptes sans que grand chose ne change)
 
Et le peuple ne peut rien faire.
 
Là, ils bénéficient d’un système de retraite unique, privilégié, scandaleux quand le reste de la France voit le sien fondre au soleil. Leur système de retraite a beau, régulièrement, être dénoncé dans les médias, personne n’y touchera car seuls les bénéficiaires peuvent le réformer.
 
Et le peuple ne peut rien faire.
 
La France peut bien faire faillite, ils ont des propriétés à St Tropez, des appartements dans le 7e arrondissement, et des emplois multiples, super blindés.
 
Et le peuple ne peut rien faire.
 
En fait non. Le peuple français peut y faire. Mais il ne fera rien.
 
C’est un peuple de veaux, comme disait De Gaulle. C’est un peuple qui n’est pas solidaire, c’est un peuple égoïste, et qui paye son égoïsme.
 
L’association Contribuables Associés compte 146.000 membres. C’est énorme, et c’est minable. Elle devrait en compter cent fois plus. 14 millions. Elle défend les intérêts des français, et, si elle était forte de 14 millions de membres, elle retournerait la France, au bénéfice des contribuables. 
 
Apparemment, les français sont contents de payer toujours plus. Il ne leur viendrait même pas à l'esprit, pour contester, de retirer un centime d'euro du paiement de leur impôt. Un centime d'euro en moins, paiement après paiement et tant que les vraies réformes ne viennent pas, et la France changerait. 
 
Sur son site internet, Contribuables Associés dénonce (lien en fin d'article) : « Le « plan de rigueur » annoncé par le gouvernement entend réduire le déficit (en 2013) en augmentant les impôts de 11 milliards, tandis que l’Etat se contente d’1 milliard d’économies. »
 
Les français vont se serrer la ceinture et payer 11 milliards d’impôts supplémentaires. 
 
L’appareil de l’Etat, pour préserver son riche train de vie, ne va contribuer qu’à auteur d’1 milliard.
 
C’est plus facile de nous faire payer, d’accuser la « finance internationale » de tous les maux, que de construire un budget en équilibre, comme la Suisse (mais la Suisse, c’est bien connu, n’a pas de finance internationale qui force son déficit et plombe sa croissance).
 
Le peuple ne veut rien faire ? La machine de l'Etat a réussi à briser ses ressorts, l'a usé, l'a fatigué, l'a rendu docile ? Et bien qu’il continue à payer, car eux, les prédateurs, continuent à se goinfrer.
 
Reproduction encouragée, avec les mentions et le lien suivant : 
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info
 
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz