FLASH
[23/05/2017] Manchester : un colis suspect découvert sous un banc. Police sur place  |  Philippines : l’Etat islamique installe des points de contrôle dans la ville de Marawi  |  Côte d’Ivoire: attentat à Bouaké, 4 morts et au moins une quinzaine de blessés  |  Philippines, Marawi : premiers rapports indiquent que 500 combattants asiatiques d’ISIS sont en train d’attaquer la ville  |  Philippines :Le président déclare la loi martiale dans le Mindanao après des affrontements avec ISIS  |  Terrible message de la police de Manchester : « nous ne pensons pas qu’il y a encore des enfants non accompagnés dans les hôtels qui ont recueilli les victimes  |  Suite à l’attentat de Manchester, la police a fait deux raids dans des habitations de suspects terroristes  |  Roger Moore, un des héros de James Bond, du Saint et d’Ivanhoe, est mort à 89 ans  |  Le terroriste de Manchester est bouddhiste, suédois, d’extrême droite, mentalement dérangé, bref, il s’appelle Salman Abedi  |  L’Etat islamique vient de revendiquer l’attentat de Manchester  |  Netanyahu: « si l’attentat de Manchester avait lieu en Israël, la famille du terroriste recevrait un salaire à vie de Mahmoud Abbas »  |  Même si on ne l’aime pas, Le Pen a raison : [Manchester] “On ne fait pas le nécessaire pour protéger les Français »  |  Manchester: le centre commercial est réouvert. Alerte terminée  |  Amsterdam : un homme dépose un sac dans le tram et part en courant. Police sur place, homme arrêté  |  Grande-Bretagne : il y a environ 3.500 suspects terroristes, et pas assez de moyens pour les surveiller  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 2 octobre 2011

Une centaine de personnes se sont rassemblées, samedi 1 octobre 2011, devant l'ambassade d'Iran à Paris, 4 avenue d’Iéna, pour dénoncer le soutien de l'Iran au régime de Bachar el-Assad, et exiger le départ du Président syrien, tandis que les violences s'amplifient à travers le pays. 
 
« Assad voyou ! Dégage ! », « Iran, complice ! », scandaient les manifestants, essentiellement des Syriens vivant en France, agitant des drapeaux syriens, et tenant des ballons noirs, rouges, verts et blancs, aux couleurs du même étendard.
 
Le régime iranien est décidé à sauver le dictateur arabe syrien Bachar el-Assad, même aux prix de milliers, voire de dizaines de milliers de morts supplémentaires. Ali Akbar Salehi, le ministre iranien des Affaires étrangères, a réitéré cette semaine le soutien de Téhéran au président syrien.
 
L’Iran, qui est une grande puissance de la région, tente de peser de tout son poids pour faire avorter le vent révolutionnaire arrivé à Damas. L’Iran a averti plusieurs fois que la chute du régime alaouite aurait « des répercussions sans précédent » sur la région, compte tenu de ses « voisins sensibles ». 
 
Le président Bashar el-Assad se serait rendu secrètement en Iran, rapporte le 8 septembre dernier le journal irakien Az Zaman, citant des sources diplomatiques. Le dictateur aurait rencontré le Guide suprême Ali Khameini et le président iranien Mahmoud Ahmadinejad. 
 
Le chef suprême iranien a qualifié les Syriens impliqués dans les manifestations pro-démocratie, d’ « ennemis de Dieu », d’ « agents d’Israël ».
 
En mai 2011, l’Ayatollah Khamenei a tenu une réunion secrète, à Téhéran, avec les commandants des Gardiens de la Révolution, des représentants de l’ambassade syrienne, des membres du Hezbollah, et des dirigeants du mouvement de Sadr en Irak. Il a alors exigé que toutes les forces opérationnelles et logistiques soient mises en œuvre pour éradiquer la flambée de violence en Syrie, et pour détruire les « ennemis d’Allah ». 
 
Les États-Unis ont décidé, le 18 mai dernier, de sanctionner deux chefs des Gardiens de la Révolution iraniens, pour leur rôle dans la répression en Syrie. Qasem Soleimani, commandant de l'unité d'élite iranienne Al-Qods, et Mohsen Chizari, l'un de ses principaux lieutenants, ont été clairement désignés par le président Barack Obama. « Nous sommes très inquiets de l'implication d'entités iraniennes dans la violence récente en Syrie », a précisé l'administration Obama qui dispose d’indications selon lesquels l'Iran aide la Syrie à réprimer la contestation. 
 
Le régime iranien a fournit à la Syrie de l'équipement anti-émeute et du matériel pour surveiller les groupes d'opposants syriens, a rapporté le 14 avril 2011 le Wall Street Journal, citant des responsables américains.
 
Londres a déclaré posséder des informations prouvant l'implication de l'Iran dans la répression en Syrie. L'Iran a envoyé, selon des sources britanniques, des instructeurs et des conseillers en Syrie, afin d'aider le gouvernement à mettre un terme aux manifestations contre le régime (entendre par là, massacrer sa population jusqu’à la réduire au silence). The Telegraph a révélé, le 13 août dernier, que l’Iran s’apprête à financer une base militaire en Syrie pour faciliter ses fournitures en armement. Cet accord, passé entre les deux pays en juin dernier, devrait être finalisé fin 2012.
 
L'Iran a aussi mis en garde l'OTAN contre toute tentation d'intervention en Syrie. « La Syrie est à la pointe de la résistance contre Israël au Proche-Orient, et l'OTAN n'est pas en mesure d'intimider ce pays par une attaque », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, le 28 août dernier à l'agence de presse officielle Irna, ce qui explique la lâcheté de Nicolas Sarkozy, si rapide à faire le beau quand il s’agit de la faible Libye.
 
Les Gardiens de la Révolution Islamique ont également mis en garde la Turquie et tout autre pays qui oserait interférer dans les affaires syriennes. Des batteries de lanceurs de missiles ont été placées à la frontière turque, côté syrien, pour se protéger d’une possible attaque aérienne.
 
L’Iran fait donc tout son possible pour aider à réprimer dans le sang les manifestations des civils syriens. L'UE, de son coté, a adopté fin août 2011 des « sanctions » contre le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien pour son soutien au régime syrien, rapporte le Journal officiel de l'Union européenne.
 
Alors que Bachar Al Assad continue à massacrer son peuple, les syriens de France ont exprimé ce samedi à Paris la colère du peuple syrien contre son régime tyrannique, et ils ont dénoncé les graves atteintes aux droits de l’homme, dans le silence hurlant de SOS Racisme, du MRAP et de la LDH. 
 
Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, huit manifestants ont été tués, ce samedi, par les forces de sécurité, au lendemain de fortes violences qui ont fait dix neuf morts.
 
Selon un autre groupe de défense des droits de l'homme, les forces de sécurité syriennes ont repris aujourd’hui le contrôle de la ville de Rastane après d'intenses combats contre les déserteurs de l'armée qui ont rejoint les opposants.
 
Reproduction vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Ftouh Souhail pour www.Dreuz.info
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz