FLASH
[28/06/2017] Donald Trump a accepté l’invitation d’Emmanuel Macron d’assister au défilé de Bastille day (14 juillet)  |  Allemagne, un migrant arrêté parce qu’il soutenait ISIS  |  Tunisie, pays musulman modéré donc tolérant, interdit le spectacle de Michel Boujenah  |  [27/06/2017] L’enquête du FBI contre le général Flynn, le conseiller sécurité de Trump, était une vengeance  |  L’université de Californie se prend un procès pour « environnement hostile aux juifs »  |  Chômage : la barre des 6.6 millions d’inscrits à Pole Emploi est dépassée  |  [26/06/2017] La Cour suprême déclare légale l’interdiction d’entrée établie par Trump pour 6 pays musulmans (sauf les gens qui ont des liens aux USA)  |  [25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 8 octobre 2011

Jeunes Espagnols, indignés par le fléau socialiste

Les Espagnols tiennent les socialistes pour les seuls et uniques responsables de la déconfiture économique, du chômage à 21%, affolant, et de l’explosion de la bulle immobilière de 2008, qu’ils subissent de plein fouet.
 
Aussi, Fiona Ortiz (Reuters) indique que « Le leader de la droite espagnole Mariano Rajoy (PP, Parti Populaire) a de bonnes raisons de penser qu'il remportera haut la main les législatives du 20 novembre ». 
 
Surtout, « Les électeurs sont si désireux de congédier le gouvernement socialiste sortant qu'ils feront confiance à Mariano Rajoy sans connaître dans le détail ce qui risque fort d'être des mesures d'austérité douloureuses, estiment les politologues. »
 
Selon les sondages, Rajoy, qui devrait, sauf surprise, devenir le « président du gouvernement » comme aiment les Espagnols à nommer leur premier ministre, disposera d’une marge de manœuvre importante, et la majorité absolue au parlement, sur les 17 régions autonomes du pays, et des milliers de municipalités.
 
Avare sur les réformes qu’il envisage de mettre en œuvre et ainsi éviter d’effrayer les électeurs, les espagnols s’attendent cependant, explique Fiona Ortiz dans Challenge, « à des coupes claires dans les dépenses publiques, qui n'épargneront pas des secteurs jusque-là réputés intouchables comme la santé et l'éducation, estiment les analystes politiques. »
 
Fiona Ortiz : « Mariano Rajoy prévoit en outre d'engager des réformes économiques en profondeur, en assouplissant par exemple les conditions d'embauche et de licenciement. » 
 
Fiona Ortiz : « Les conseillers du leader du PP estiment que l'austérité stimulera l'économie au lieu de la contracter, car cela rétablira la crédibilité des finances publiques, ce qui facilitera les prêts bancaires, estime José Ignacio Torreblanca, du Conseil européen des relations extérieures, à Madrid. »
 
Le plan de sauvetage du PP, le parti de Rajoy, repose sur des réformes d’inspiration libérale, la seule formule économique qui permette de sortir d’une crise, comme par exemple la réduction des impôts pour les PME, la réduction des dépenses de l’Etat, et la réforme de la sécurité sociale.
 
Les espagnols, après sept ans de malheur socialiste, semblent avoir compris la leçon. Ils ne veulent plus entendre parler de cette plaie socialiste qui aime tellement les pauvres qu’ils les multiplient. Après sept ans de malheur socialiste, ils vont retrouver un peu de bon sens économique.
 
Les français, qui de l’extrême droite à l’UMP en passant par le centre (et je ne parle même pas de ces abrutis économiques à gauche), se méfient du libéralisme comme d’une maladie vénérienne, et l’affublent d’adjectifs aussi stupides que « sauvage » ou « ultra » 
 
Les français donc, ne sont pas prêts à envisager sereinement les solutions qui leur permettront de sortir de la crise, ils n’en sortiront pas, et je ne serais pas étonné si l’on me démontrait qu’ils le savent pertinament. 
 
Beaucoup d’ailleurs ne songent qu’à se débarrasser de ce Président qui leur tape sur les nerfs, qui gigote, qui n’a pas été capable de mener la politique de droite pour laquelle il a été élu, et qui est englué dans des affaires de corruption jusqu’aux oreilles (qu’il n’a pas loin du sol)
 
Reproduction vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info
 
http://www.challenges.fr/actualite/monde/20111005.REU8716/la-droite-espagnole-avance-masquee-pour-ne-pas-perdre.html
http://www.economist.com/node/21531500?fsrc=scn/tw/te/ar/rajoysburden
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz