FLASH
[27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  |  [25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 31 octobre 2011

 

 

Michel Garroté – je lis dans une dépêche Reuters reprise par lepoint.fr que (extraits adaptés ; lien en bas de page) le parlement iranien envisage de convoquer le président Mahmoud Ahmadinejad pour l'interroger, de nombreux élus ayant signé à cette fin une motion qui pourrait aboutir à sa destitution. Un nombre suffisant de parlementaires ont signé le document pour obliger le président à se présenter devant le Parlement. Celui-ci, à majorité conservatrice avait soulevé la possibilité d'une convocation exceptionnelle du président en juin, lorsque 100 de ses 290 membres avaient signé la motion en critiquant la politique d'Ahmadinejad, son attitude autoritaire et son irrespect envers le corps législatif.

Mais l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la révolution, avait lancé un appel à l'unité des différentes institutions nationales et le Conseil des gardiens du Majlis (le Parlement) avait suspendu le projet de convocation jusqu'à ce qu'un nombre suffisant d'élus aient retiré leur signature pour l'invalider. Pour qu'elle prenne effet cette fois, il demeure nécessaire que le Conseil des gardiens transmette la motion au président. Le conservateur Ali Motahari, adversaire de longue date d'Ahmadinejad, avait présenté sa démission au Parlement pour dénoncer le refus de délivrer la convocation. Cette initiative semble avoir enhardi ses collègues et la motion a maintenant recueilli 74 signatures, soit une de plus que le nombre requis pour qu'elle soit valable. Le Parlement s'est souvent montré hostile à Ahmadinejad.

Le parlement avait accentué la pression en avril lorsque le président a tenté de révoquer le ministre du Renseignement, qui joue un rôle-clé dans la supervision des élections, révocation qu'avait bloquée l'ayatollah Khamenei. La frange dure du régime iranien accuse Ahmadinejad de se laisser influencer par des conseillers "déviants" censés chercher à limiter le rôle politique du clergé chiite. Elle accuse aussi certains de ses collaborateurs d'être impliqués dans une fraude bancaire portant sur 2,6 milliards de dollars et faisant toujours l'objet d'une enquête. L'ayatollah Khamenei a indiqué que l'Iran pourrait renoncer à l'élection du président au suffrage universel et le faire désigner par le Parlement. Mahmoud Ahmadinejad avait bénéficié du soutien de Khamenei lors de sa réélection controversée de juin 2009. Mais les relations entre les deux hommes se sont dégradées en avril lorsque le guide suprême a refusé la démission du ministre du Renseignement que venait d'accepter le président, conclut la dépêche Reuters reprise sur lepoint.fr.

Pour ce qui me concerne, je note surtout – Reuters n’en parle pas – que les ayatollahs iraniens et les gardiens de la Révolution iranienne envisagent de lâcher le dictateur laïc alaouite syrien Bachar al-Assad. Et je note surtout – Reuters n’en parle pas non plus – que les ayatollahs iraniens et les gardiens de la Révolution iranienne font tout, avec l’avancée de leur nucléaire offensif, pour pousser Israël a lancer des frappes préventives. Enfin, je note aussi – Reuters n’en parle pas non plus – que les ayatollahs iraniens et les gardiens de la Révolution iranienne continuent de téléguider le Hezbollah et le Hamas. Vu sous tous ces aspects géostratégiques, l’éventuelle éviction d’Ahmadinejad n’est pas le problème le plus important pour l’avenir de la région.

Michel Garroté

Rédacteur en Chef www.dreuz.info

mgarrote56@gmail.com

http://www.lepoint.fr/monde/iran-ahmadinejad-de-nouveau-menace-de-destitution-31-10-2011-1391124_24.php

 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz