FLASH
Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 7 novembre 2011

 

Michel Garroté – Or donc, Marine Le Pen a bu un verre avec un ambassadeur israélien pour pouvoir aussitôt alléguer que, je cite Marine Le Pen, le « malentendu a duré des années et a servi de base à une caricature qui a nui » au Front National. Et elle s’est empressée d’ajouter, je cite : « Je crois que ça lève une accusation instrumentalisée par nos adversaires politiques pour tenter de nous écarter du pouvoir ». La seule chose concrète, c’est que Marine Le Pen est parvenue à se faire prendre en photo avec un ambassadeur israélien. Et le seul résultat de cette chose concrète, c’est qu’elle est parvenue à instrumentaliser, avec frénésie et précipitation, cette photo, uniquement pour alléguer, qu’elle et son parti ne seraient plus judéophobes. En somme, l’ambassadeur israélien, en lui-même, Marine Le Pen s’en moque éperdument.

Je reconnais volontiers qu’il m’a été très difficile d’informer, nos lectrices et nos lecteurs, en temps réel, depuis la Suisse, sur ce qui se passait réellement à New York. Depuis Israël, Jean-Patrick Grumberg a pris immédiatement contact avec l’ambassade d’Israël en France. De mon coté, j’ai essayé de savoir ce qui s’était réellement passé dans les couloirs de l’ONU à New York. La plupart des gens n’ont pas la moindre idée des usages diplomatiques en vigueurs dans le bâtiment de l’ONU à New York. Il se trouve que les ambassadeurs sont astreints à la courtoisie diplomatique, découlant du droit diplomatique et consulaire, qui lui-même, participe du droit international public.

Sur le moment, faute d’information, nous avons pensé que l’ambassadeur israélien avait confondu une salle réservée par la mission permanente de la France auprès de l’ONU avec la salle réservée par Marine Le Pen. Je connais l’ONU – pour laquelle mon père a travaillé toute sa vie comme diplomate – depuis ma petite enfance. Et par conséquent, je sais à quoi ressemble le ballet incessant des réunions. En définitive, peu importe ce qui a créé la confusion dans l’esprit du diplomate israélien. Ce qui est clair, évident et normal, c’est que la courtoisie diplomatique susmentionnée obligeait l’ambassadeur d’échanger quelques mots avant de se retirer. En sa qualité d’ambassadeur, il n’était pas habilité à dire « casse-toi pauv’conne », comme c’est l’usage chez certains hommes d’Etat français.

De son côté, Richard Prasquier, Président du Conseil Représentatif des Institutions juives de France (le CRIF avec lequel je ne suis pas forcément toujours d’accord sur tout, et, pour être franc, dont certaines choses, que j’ai déjà exprimées dans le passé, me séparent), communique (extraits adaptés) : « La "rencontre" de Marine Le Pen avec, Ron Prosor, l'Ambassadeur d'Israël à l'ONU, est un non-événement. L'Ambassadeur d'Israël est venu à un déjeuner qu'il pensait organisé par la mission française, déjeuner auquel participaient quelques Ambassadeurs de pays lointains (Japon, Trinidad….) et apparemment aucun représentant des pays européens. C'était Marine Le Pen et son équipe qui avaient organisé ce déjeuner. L'Ambassadeur, comprenant sa méprise, a quitté la salle au bout d'une vingtaine de minutes. C'est tout ».

Richard Prasquier : « Il n'y a pas eu la volonté du gouvernement israélien d'établir de contact avec Marine Le Pen. Il n'y a pas eu de rendez-vous organisé ou de tête à tête entre l'Ambassadeur d'Israël et la Présidente du Front National. Il n'y a pas de "page tournée" et ce n'est certainement pas à Mme Le Pen de décider quand il sera temps de tourner cette page : certainement pas en tout cas, tant qu'elle n'aura pas clairement désavoué les années marquées par l'antisémitisme et les petites phrases ignobles par lesquelles son père s'est rendu si tristement célèbre. Exploitation habile d'une erreur, certes. Mais la réalité est celle-ci: au cours de sa visite aux Etats Unis, Marine Le Pen n'aura pas rencontré de représentant politique important ».

Richard Prasquier : « Elle n'a rencontré aucun dirigeant communautaire juif significatif. Elle n'aurait pas eu la photo qu'elle espérait au Musée de l'Holocauste entourée de la direction du Musée et a donc préféré annuler cette visite. Cela est d'ailleurs dommage, car dans ce Musée elle aurait appris beaucoup de choses. Lorsqu'elle dit à loisir que le CRIF ne représente rien, elle devrait ajouter que toutes les organisations juives américaines qui la boudent également, ne représentent rien non plus. Si cela lui fait plaisir. Nous ne disons pas, nous, que Marine Le Pen ne représente rien, ce serait absurde. Nous disons que ce qu'elle représente nous inquiète et ne correspond pas aux valeurs que nous défendons. Nous le répèterons tant que cela sera nécessaire », conclut Richard Prasquier, Président du CRIF.

Pour ce qui me concerne, je l’écris à nouveau aujourd’hui, autrement dit, je persiste et je signe : la récente manœuvre de Marine Le Pen sur les chambres à gaz, suite à sa rencontre malencontreuse avec l’ambassadeur israélien, n’effacera pas le double jeu de son parti ; du reste, il en faudra beaucoup plus pour convaincre l’électorat juif français. Disons-le encore plus franchement : la campagne présidentielle de la candidate Marine Le Pen aux USA et ses motivations bassement électoralistes furent un échec total ; et sa photo en compagnie de l’ambassadeur n’y changera strictement rien. Cela étant posé, je ne refuserais pas de rencontrer Marine Le Pen pour que nous nous expliquions entre quatre yeux ; et personne ne me dictera la démarche à suivre ou à ne pas suivre.

Michel Garroté

Rédacteur en chef www.dreuz.info

mgarrote56@gmail.com

http://www.dreuz.info/2011/11/les-chambres-a-gaz-et-le-double-jeu-de-marine-le-pen/

http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=26753&returnto=accueil/main&artyd=70

  

  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz