FLASH
[29/05/2017] Manchester : nouvelle arrestation – au total 14 musulmans – de nouvelles perquisitions en cours  |  Berlin : voiture piégée avec plaques volées. Un jardin d’enfant et habitants évacués  |  [28/05/2017] Udi Segal channel 2- A Bethlehem Trump a hurlé sur Abbas: « vous m’avez piégé! Les Israéliens m’ont montré comment vous incitez au terrorisme  |  [27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 4 décembre 2011
Les autorités égyptiennes ont annoncé que la participation à la première phase des élections législatives s'était élevée à 62% des inscrits, du jamais vu en Egypte. 
 
Le parti Liberté et Justice (PLJ), formé par les Frères musulmans, a recueilli comme il l'affirme sur son site, autour de 43% des sièges, alloués à la proportionnelle. Certains juges chargés de superviser le dépouillement ont déjà confié que les résultats quasi définitifs montrent que les Frères musulmans arrivent en tête en obtenant 45% des sièges en jeu pour cette phase du scrutin.
 
Le Président de la Haute commission électorale (HCE), Abdel Moez Ibrahim, a annoncé devant la presse un taux de participation de 62% aux premières élections législatives post-Moubarak, le plus élevé en Egypte « depuis les pharaons jusqu’à aujourd’hui » a-t-il dit. La répartition des voix n'a pas encore été révélée mais les partis islamistes assurent avoir remporté au total près de 70% des suffrages, écrasant les formations libérales et laïques.
 
Alors que le parti des Frères musulmans, "Liberté et Justice" (PLJ), s'annonce gagnant avec ses alliés islamistes, des inquiétudes se soulèvent dans le pays. Ces dernières heures, les islamistes se veulent donc rassurants : « Les vainqueurs, individus et listes, doivent réaliser qu'un parti ou quelques partis seuls ne pourront pas redresser le pays et qu'il n'y a pas d'alternative à un consensus national basé sur les intérêts de l'Égypte », a déclaré le numéro deux des Frères musulmans, Khairat al-Chater. Le porte-parole d'Al-Nour, Mohamed Nour, a lui lancé un message d'apaisement aux Coptes, qui se disent discriminés dans la société égyptienne majoritairement musulmane. « Toucher un cheveu de la tête d'un Copte est contraire à notre programme », a-t-il déclaré, probablement pour servir des arguments à Alain Juppé, oubliant subitement les nombreux crimes.
 
Mais les coptes d’Égypte, qui ne sont pas dupes des belles paroles, et qui sont victimes des persécutions musulmanes, sont effrayés par cet hiver arabo-islamiste qui a regagné leur pays.
 
Déjà, la révolution nassérienne, à partir de 1952-1953, leur avait été fatale : les coptes avaient été exclus de la classe politique, sauf quelques personnalités symboliques (comme le ministre d'État Boutros Boutros-Ghali, devenu secrétaire général de l'Onu puis secrétaire international à la Francophonie) puis ils furent dépouillés de leur pouvoir économique. C’est la tolérance pour les autres religions façon islam modéré.
 
Sous Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 1981, les diverses violences (de l'attentat à la bombe et jusqu’aux viols) se sont multipliées, incitant les jeunes à émigrer vers la Grande-Bretagne, le Canada et les USA. Les coptes ne seraient plus aujourd'hui que cinq millions environ en Égypte, soit 6 à 7% d'une population égyptienne globale évaluée à 67 millions.
 
Dans le meilleur des cas, quand les coptes sont tolérés, ils sont soumis à des conditions inacceptables par tout défenseur de la dignité humaine, à l’exclusion des journalistes européens qui considèrent ces exactions de l’islam comme « modéré ». Les Chrétiens sont fréquemment attaqués, leurs commerces saccagés, et les femmes sont souvent violées. Ils ont été visés par plusieurs attentats ces dernières années. Ils ne peuvent pas non plus construire d’église (ce qui ne les gêne pas, à l’étranger, pour exiger des mosquées). Quant aux conversions de l’islam vers une autre religion, elles sont passibles de la peine de mort. Les gouvernements égyptiens successifs refusent de traiter des problèmes qui sont à l’origine de l’intensification de la discrimination à l’égard des Coptes et d’autres groupes.
 
Après ces élections législatives, les Coptes, la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient, risquent de vivre les années les plus sombres de leur histoire. 
 
Les observateurs de la région craignent, pour leur part, que les Coptes soient les principales victimes de cette montée au pouvoir des Frères musulmans, car les nouvelles autorités égyptiennes ne semblent pas très motivées pour garantir la sécurité des ces chrétiens. En guise de démonstration de cette nouvelle époque, on pense à la violente attaque du 9 octobre dernier, qui a fait 36 morts et plus de 300 blessés dans le quartier Maspero, quand l’armée a commencé à tirer à balles réelles sur les Chrétiens.
 
Dans ce contexte de purification ethnique qui montrent la dimension quasi nazie de l’islam, les nombreuses réactions que l’on peut voir et écouter sur le site Internet http://blogcopte.fr témoignent de la colère des coptes, qui se considèrent comme étant les oubliés de cette révolution à laquelle ils ont eux aussi participé, avec l’espoir que leurs droits soient enfin reconnu.
 
Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Ftouh Souhail pour www.Dreuz.info
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz