FLASH
L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 16 décembre 2011
Cette question revient en permanence dans le discours journalistique, et elle mérite d’être posée.
 
Un leader politique est-il responsable des prises de position de son père, de ses choix politiques, de ses fréquentations ?
 
Si le père d’un leader politique a évolué dans des milieux considérés aujourd’hui comme abjects, est-ce moralement acceptable si ce leader ne rejette pas publiquement les choix de son père ?
 
Devient-il de facto complice des choix de son père s’il ne les dénonce pas haut et fort, publiquement, et aussi souvent que cela s’impose ?
 
Doit-il, s’il lui est clairement demandé de prendre position sur le passé de son père, s’en démarquer avec franchise ? Son silence, ou son refus, sont-ils le signe qu'il approuve, en secret ?
 
Vous l’aurez compris, le leader politique dont je parle ici est François Hollande, dont le père, Georges Hollande, médecin ORL à Rouen, Pétainiste, fût fidèle à Pétain jusqu’au bout. 
 
En 1965, Georges Hollande est candidat aux élections municipales à la tête d’une liste d’extrême droite « rénovation et expansion », constituée d’anciens de l’OAS et de collabos.
 
Georges Hollande était par ailleurs favorable à l’Algérie Française, sympathisant de l’OAS, et proche de Jean-Louis Tixier-Vigancour.
 
Cet héritage qu’il n’a pas, à ma connaissante, renié, explique-t-il son rapprochement d’un autre « socialiste » au passé qui en envoyèrent plus d’un en prison, François Mitterrand, ainsi que la prudence de ses positions ?
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous : 
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz