FLASH
Turquie : il viendrait de se produire 2 explosions massives à Istanbul  |  Selon des fuites, Rex Tillerson, PDG d’Exxon, futur Secrétaire d’Etat, en tandem avec John Bolton  |  Syrie : ISIS a recapturé une partie de Palmyre et dit avoir piégé des soldats russes et syriens  |  Londres : un musulman suspecté de préparer un attentat terroriste a été arrêté à son arrivée à l’aéroport de Stansted  |  Ministre de l’Int. Bruno Le Roux a triché dans son CV : il n’est pas 1 ancien HEC et ESSEC – moralité parfaite pour un ministre socialiste  |  Si Trump tient ses promesses, les démocrates risquent fortement de perdre 25 sur 33 sièges au Sénat en 2018 – un tsunami après la défaite présidentielle  |  Lors d’un meeting de Trump, le patron de Dow Chemicals annonce la création d’un centre de R&D dans le Michigan +700 emplois  |  Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  |  Rotterdam : 4 boîtes d’explosifs, 1 drapeau d’ISIS découverts durant l’arrestation de terroristes musulmans  |  Syrie : la coalition occidentale a bombardé et détruit 168 camions-citerne près de Palmyre  |  Nigeria : double attentat « suicide » à #Madagali : 30 morts 57 blessés – saloperie d’islam  |  Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 22 décembre 2011

 

 

Michel Garroté – Serait-ce, une fois encore, un débat « à la française » ? Le fait est que, récemment, Sarkozy (par pur opportunisme, et, sans réfléchir, comme à son d’habitude) voulait faire réprimer pénalement la négation des génocides reconnus, dont le génocide arménien commis par les Turcs en 1915. Pour ce qui me concerne, j’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion d’écrire que le record génocidaire, en termes d’espace (l’Europe) et de temps (1939-1945), ce record est détenu par Hitler : la Shoah avec six millions de victimes. L’on m’a parfois rétorqué que le communisme, lui, a fait mourir plus de 100 millions de personnes.

Ce à quoi j’ai répondu, premièrement, que le communisme, de 1917 à 1992, à l’échelle planétaire, a en effet causé autant de morts (plus de 100 millions) ; et deuxièmement, qu’en termes d’espace (l’Europe) et de temps (1939-1945), seul Hitler est parvenu à faire exterminer autant de personnes, en aussi peu de temps, à une échelle géographique réduite. Si le communisme a fait plus de victimes que le national-socialisme, c’est, selon moi, parce que le communisme a tué à l’échelle planétaire, sur tout les continents, pendant 75 ans. Et cela ne change rien au fait que la Shoah demeure un cas unique de tentative d’extermination, totale et définitive, de l’ensemble du peuple juif.

Si l’on avait laissé faire le national-socialisme, pendant 75 ans, à l’échelle planétaire, il n’y aurait probablement plus, en 2011, un seul Juif sur terre. Restent les victimes de l’islam lorsque celui-ci s’avère conquérant. Cela n’a rien à voir avec le musulman en sa qualité de personne humaine. Cela a quelque chose à voir, en revanche, avec l’islam, lorsque celui-ci s’avère conquérant. Or, que voit-on ? L’on voit, une interdiction de fait, de dénoncer l’islam lorsqu’il s’avère conquérant. Au nom de la liberté d’expression ? Au nom de la vérité historique ? L’islam, depuis quatorze siècles, n’a-t-il pas tantôt exterminé, tantôt expulsé, les Juifs et les Chrétiens du Proche et du Moyen Orient notamment ?

L’islam, depuis quatorze siècles, n’a-t-il pas, à coups de sabre puis de bombes, transformé, en terres dites ‘terres d’islam’, des terres, historiquement et géographiquement, juives et chrétiennes depuis des millénaires ? Outre le génocide arménien, combien de Juifs et de Chrétiens ont-ils été exterminés, asservis, chassés, déportés, confinés au statut dégradant de dhimmis, par des dirigeants mahométans ? Pourquoi les médias européens ne parlent-ils pour ainsi dire jamais des études publiées par Bat Ye’or et Alexandre del Valle ? Mais revenons au génocide arménien, à la volonté, suspecte car électoraliste, de Sarkozy, de faire réprimer pénalement la négation de ce génocide, et, aux réactions (bonnes ou mauvaises, ce n’est pas à moi d'en juger) que tout cela suscite actuellement en France.

Dans le quotidien français ‘Le Figaro’, Ivan Rioufol note (extraits adaptés ; lien en bas de page) : « C'est pour un mauvais prétexte que la France semble vouloir se fâcher avec la Turquie. S'il s'agit de lui refuser l'entrée en Europe, autant le lui dire clairement et tout de suite. Mais le contentieux qui risque de s'ouvrir à l'occasion de l'examen, à l'Assemblée nationale, d'une proposition de loi visant à réprimer pénalement (un an de prison, 45.000 euros d'amende) la négation des génocides reconnus, dont le génocide arménien commis par les Turcs en 1915, manque d'arguments sérieux ».

Ivan Rioufol : « Il est certes détestable de voir la Turquie refuser ne serait-ce que d'admettre la réalité de l'épuration ethnique et religieuse qu'elle a menée contre plus d'un million d'Arméniens : ce déni devrait être un argument suffisant pour lui refuser de rejoindre l'Union européenne. Cependant, ce n'est pas au parlement de faire l'histoire. Mon opposition constante à la loi Gayssot sanctionnant le négationnisme dans la contestation de la Shoah est identique pour cette autre loi mémorielle qui revient, une fois de plus, à limiter la liberté d'expression et à pénaliser un délit d'opinion ».

Ivan Rioufol : « Mais il y a surtout, dans l'attitude morale de la France, une énorme hypocrisie. Car l'Etat français se comporte en fait comme l'Etat turc, en refusant de reconnaître et en contestant même la réalité du génocide vendéen de 1793. La proposition de loi du député des Alpes maritimes, Lionel Luca, invitant la République ‘à reconnaître le génocide vendéen de 1793-1794’, déposée en 2007, n'a jamais été examinée. Non, la France n'a pas de leçon à donner aux Turcs », conclut Ivan Rioufol (fin des extraits adaptés ; voir le lien vers la source en bas de page).

L’AGRIF, une association chrétienne antiraciste, de son côté, communique (extraits adaptés ; lien en bas de page) : « Pour l’immensité de l’horreur du génocide des Arméniens et autres chrétiens perpétré avec un hallucinant raffinement de cruauté par l’État jeune-turc et toute une population fanatisée, il était indécent, et même objectivement raciste, que la négation d’un génocide soit moins dénoncée qu’une autre, qu’il s’agisse des génocides commis par le nazisme ou par le communisme. Mais l’évidence s’impose depuis longtemps que, comme l’avait très lucidement fait observer l’écrivain Annie Kriegel, (Figaro du 3 avril 1990), la loi Rocard-Gayssot ne serait pas une bonne chose ».

L’AGRIF : « La répression du négationnisme n’a en effet que des effets pervers. Alors que l’on exalte le principe de la liberté absolue du blasphème, et même de l’exécration et de l’excrémentation contre les religions, cette répression contre une ‘opinion’ historique, fût-elle abominable, paraît incongrue. Elle est évidemment interprétée comme l’imposition d’une vérité officielle, d’un tabou à respecter et ce sous peine de sanctions. La loi de répression du négationnisme institue ainsi les effets pervers de croyance que ‘le génocide n’est pas vrai puisqu’il est obligatoire d’y croire’ ».

L’AGRIF : « Or, aucun historien sérieux ne nie plus la triste réalité de la continuité des génocides de l’histoire moderne, depuis le génocide vendéen jusqu’à ceux commis par le nazisme et le communisme en passant par l’extermination des Arméniens et autres chrétiens par les Turcs. Maître William Goldnadel en a fait une très émouvante et percutante démonstration dans sa préface au livre de l’historien Reynald Seycher ‘Vendée – Du Génocide au mémoricide’. Aujourd’hui il n’est que temps d’enseigner cette atroce continuité des différentes formes de la barbarie totalitaire ».

L’AGRIF : « Mais il ne faut pas sécréter et encourager dialectiquement le négationnisme par une répression liberticide. Il faut le combattre par l’exposé de la vérité. Il faut bien sûr en réprimer les injures et les diffamations qui s’y rattachent, comme cela était possible avec la très bonne loi de 1880 sur ces délits, à éventuellement adapter et compléter. La liberté ne saurait être en effet celle de l’injure, de la diffamation, de l’incitation à la haine, de provocations sans limites. Tous les chrétiens, comme les Arméniens en particulier, comme les Juifs et d’autres devraient être également protégés contre ces délits. Mais en matière d’histoire, c’est par la vérité qu’il faut réfuter le déni de réalité, fût-il abominable », conclut l’AGRIF (fin des extraits adaptés ; voir le lien vers la source en bas de page).

L’hebdomadaire français ‘Valeurs Actuelles’ quant à lui, publie cette analyse d’un historien (extraits adaptés ; lien en bas de page) : « L’histoire est instrumentalisée, en Occident, depuis les Lumières : encyclopédistes et philosophes tressent une légende noire de l’Église, dont ils combattent le pouvoir. Au XIXe siècle, le roman national, tel que l’enseigne l’école jusqu’aux années 1950, s’inscrit dans une veine républicaine qui glorifie la Révolution et caricature ‘l’Ancien Régime’. L’après-guerre est dominée, jusqu’à la fin des années 1960, par l’histoire marxiste, ce qui s’explique par l’hégémonie culturelle du Parti communiste ».

‘Valeurs Actuelles’ : « Le marxisme s’effondre dans les années 1980. Un autre paradigme lui est substitué – les droits de l’homme – et c’est encore à l’aune de ce paradigme qu’on interprète le passé. C’est cela, ‘l’historiquement correct’ : passer l’histoire au crible de l’idéologie du moment. Ce faisant, on commet un anachronisme préjudiciable à la connaissance historique. Anachronisme, manichéisme, réductionnisme : ce sont les trois procédés de la falsification historique, qui sont beaucoup plus subtils que ce qui se faisait en Union soviétique. Il était naguère impossible de critiquer le communisme, il est aujourd’hui presque interdit d’évoquer l’islam ».

‘Valeurs Actuelles’ : « Il est quand même symptomatique que deux journaux français seulement – Valeurs actuelles et le Figaro Magazine – aient parlé du livre de Christopher Caldwell, ‘Une révolution sous nos yeux’, qui explique que les populations musulmanes sont en train de redessiner l’avenir de l’Europe. Le système médiatique français reste politiquement très homogène. L’Éducation nationale est au cœur de ce système. Les commissions des programmes sont constituées d’enseignants qui, pour beaucoup, sont inspirés par le ‘pédagogisme’ ambiant, donc en accord avec l’idéologie dominante. Le retour à la chronologie est infime, l’histoire est toujours enseignée de façon thématique aux enfants », conclut ‘Valeurs Actuelles’ (fin des extraits adaptés ; voir le lien vers la source en bas de page).

Michel Garroté Rédacteur en chef de www.dreuz.info

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2011/12/genocide-la-frnce-na-pas-de-le.html?xtor=RSS-19

http://www.chretiente.info/201112225514/en-matiere-dhistoire-cest-par-la-verite-quil-faut-refuter-le-deni-de-realite/

http://www.valeursactuelles.com/dossier-d039actualit%C3%A9/dossier-d039actualit%C3%A9/l039histoire-falsifi%C3%A9e20111222.html

   

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz