FLASH
[23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  |  [21/06/2017] Michigan – Attentat terroriste : un musulman d’origine canadienne s’est jeté sur un policier, l’a poignardé en hurlant allahu akbar  |  Bayrou, Ferrand, Goulard et Sarnez : 4 ministres sur 18 éjectés du gouvernement pour soupçon d’emplois fictifs  |  Sondage : l’identité française menacée pour 70% des Français – qui ne font rien pour que ça change  |  De mieux en mieux : le terroriste des Champs-Elysées était également fiché par Interpol et recherché par la Tunisie pour terrorisme  |  Attaque terroriste à Bruxelles: perquisition à Molenbeek  |  30% des Russes disent être musulmans  |  Anvers : les habitants sont barricadés chez eux. Les forces spéciales sont entrées dans une habitation  |  Surprise ! Le terroriste qui a tenté de se faire exploser à Bruxelles est un ressortissant marocain  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 19 janvier 2012
Ce que vous allez lire n’est pas nouveau. Non. Ce qui l’est, en revanche, c’est de lire comment les Coréens du Sud découvrent ce qui se passe en Occident dans l’édition du 16 janvier 2012.
 
« C’est drôle, dans le sens Orwéllien du terme, qu’en Europe il y ait maintenant des groupes de militants avec des noms tels que Sharia4Belgium et Sharia4Holland. 
 
Moins drôle, mais peut-être plus orwéllien encore. 
 
Le mois dernier, la Fondation Européenne pour la Démocratie (EFD) organisait une conférence à Amsterdam, et deux des conférenciers invités se sont prononcé en faveur d’un Islam libéral. Plus de 20 membres de groupes pro-charia ont alors interrompu la conférence en hurlant « Allahu Akhbar ! ». Ils ont exigé que la conférence soit arrêtée, ont traité les conférenciers d’apostats, ont craché sur eux, lancé des œufs, et menacé de les tuer. 
 
Maintenant, voici la partie la moins drôle et la plus orwéllienne.
 
Presque aucun Européen – journalistes, politiciens, membres auto-proclamés des Droits de l'homme, organisations musulmanes qui prétendent être modérées – ont exprimé leur indignation de la suppression au bruit de bottes de la liberté d'expression, dans une ville, un pays, un continent, qui prétend incarner les valeurs de liberté et de tolérance. 
 
Roberta Bonazzi, la directrice exécutif d'EFD, a juré de ne pas se taire. « Nous sommes unis, et nous continuerons à soutenir les musulmans réformateurs à travers l'Europe », a t-elle dit. L’auteur canadienne Irshad Manji a déclaré que ni elle, ni le député néerlandais Tofik Dibi ont « accepté de quitter les lieux, même quand la police le leur a demandé. Nous ne voulons pas obéir aux règles du jeu fixées par les djihadistes ». Dibi, du Parti de la Gauche Verte, a déclaré : « la perturbation montre que même dans aux Pays-Bas, il est nécessaire de poursuivre le débat sur ​​la réforme de l'islam. » 
 
Nécessaire, oui, prudente, non. 
 
En Europe, de plus en plus, la liberté d'expression s'arrête là où l'islam, l'islamisme et le terrorisme islamique, commencent. Il y a deux mois, les bureaux parisiens de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo ont été incendiés, et son personnel a reçu des menaces de mort après la publication d'un numéro « édité » par le prophète Mahomet. 
 
En 2005, le journal danois Jyllands Posten a publié une douzaine de caricatures du terrorisme selon l'islam. Cela conduisit à des manifestations, des émeutes, des menaces de mort, une tentative d'assassinat, et le bombardement de l'ambassade du Danemark au Pakistan. 
 
Tout cela confirme une tendance amorcée en 1989, lorsque le leader révolutionnaire iranien l'ayatollah Ruhollah Khomeiny ordonna à tout musulman désireux et capable, d'assassiner l'écrivain britannique Salman Rushdie, dont le roman, « Les Versets sataniques », que Khomeiny jugea blasphématoire. Depuis, Rushdie vit entourée des gardes du corps. 
 
Dans aucun des 50 États membres de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI anciennement appelée Organisation de la Conférence islamique) basée en Arabie saoudite, ces gardes du corps ne seraient probablement suffisants pour le protéger. L'année dernière, Salmaan Taseer, le gouverneur de la province pakistanaise du Punjab, a défendu une femme chrétienne condamnée à mort pour avoir dit quelque chose que certains musulmans trouvaient offensant. Un des gardes du corps de Taseer lui a tiré 27 balles dans le corps. 
 
Il n'y a pas un seul des plus de 50 Etats membre de l'OCI qui garantisse sérieusement la liberté de parole. Néanmoins, en association avec l'OCI, le Département d'Etat américain a accueilli le mois dernier à Washington pendant trois jours, à huis-clos, une Conférence internationale pour lutter contre « l’intolérance religieuse, les stéréotypes négatifs et la stigmatisation ». Le secrétaire d'Etat américain, Hillary Clinton, y a assisté. 
 
La conférence a renforcé le principe de l'OCI selon lequel toutes les religions sont égales – mais une est plus égale que les autres. Les membres de l'OCI ne sont concernés que par la « diffamation » de l'islam et, de toute évidence, ils ne considèrent pas que les militants musulmans qui attaquent les musulmans réformistes diffament la foi de ces derniers. 
 
Nina Shea, qui siège à la Commission américaine Internationale sur la Liberté Religieuse, a assisté à une partie de la conférence, et a indiqué qu’elle a  « immédiatement relancé les demandes de l'OCI à l'Occident de punir le discours anti-islamique ». Le public fut rassuré du fait que « l'administration Obama travaille assidûment pour que l’on poursuive les islamophobes américains, et transformer le Département de la Justice américain en une conscience de la nation, mais le Département pourrait sans aucun doute apprendre une chose ou deux des délégués … » 
 
Quels délégués exactement ? Les Saoudiens, dont les manuels scolaires décrivent les Juifs comme des singes et les chrétiens comme des porcs ? Ou les délégués de l'Union européenne qui, en réponse à la violence qui a suivi les caricatures danoises, a imposé des règles pour protéger les militants islamistes contre les discours haineux, mais, comme l'attaque contre la conférence d’Amsterdam l’illustre, ne font pas grand chose pour protéger les droits des musulmans libéraux, et encore moins des non-musulmans ?
 
Est-ce qu’on jour viendra où les Européens et les Américains se tiendront debout pour défendre leurs libertés, leurs valeurs et leurs traditions ? Ou avons-nous effectivement abandonné le combat pour apaiser des groupes tels que l'OCI et Sharia4Belgium ? 
 
Si seulement Orwell était encore parmi nous: je parie qu'il aurait quelques réponses piquantes à ces questions. » 
 
Fin de l’article du Korean Times.
 
Pour ma part, je me demande bien ou les gens vont chercher des idées pareilles. Tout européen qui se respecte sait bien que les islamistes sont des gens modérés, que l’Islam est une religion de paix de tolérance et d’amour, qu’elle est victime d’une injuste islamophobie de groupes extrémistes de droite et d’identitaires xénophobes, que les terroristes qui commettent des atrocités au nom de l’Islam ne sont pas de vrais musulmans et qu’ils trahissent le vrai message du Coran, et que les incidents qui sont rapportés ici et là sont le fait de quelques rêveurs mythomanes qui prennent leurs désirs de Sharia pour des réalités.
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous : 
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info
 
http://www.koreatimes.co.kr/www/news/opinon/2012/01/160_102989.html
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz