Derniers articles

bateau-refugies-tunisie

Le printemps arabe a fait entrer des criminels arabes...

sarkozy merkel

La France est-elle en crise économique ou en crise...

1 février 2012 Commentaires (27) Guy Millière Divers, Election US 2012, Etats Unis

Obama sera-t-il réélu en novembre 2012 ?

Je pense ne pas avoir à dire ici qu’une réélection d’Obama serait à mes yeux une catastrophe pour les Etats-Unis et pour le monde. Et j’aurai à revenir sur ce sujet. Je suis en train d’achever un livre qui s’appellera « Le désastre Obama » dans lequel tous les détails seront énoncés. 
 
Je pense néanmoins ; et je l’ai déjà écrit, qu’Obama a plus d’une chance sur deux aujourd’hui d’être réélu. Comment est-ce envisageable ? 
 
D’une part, parce qu’Obama bénéficie d’un vote ethnique qui sera là en novembre : il peut être terrible d’avoir à constater que les noirs votent pour un noir, l’ont fait à hauteur de 96% en 2008, et le feront dans les mêmes proportions sans doute en 2012, mais c’est ainsi. Le vote hispanique est allé à hauteur de 67% vers Obama en 2008, et les chiffres ne devraient pas beaucoup bouger cette année. Le vote juif sera lui-même encore une fois très massivement dirigé vers Obama pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le soutien à Israël (qui n’est pas le souci prioritaire d’une majorité de Juifs américains), et qui ont bien davantage à voir avec des idées « progressistes » telles que l’avortement tardif et le mariage gay. 
 
Outre le vote ethnique, Obama a mis en place un système de clientélisme électoral bien connu de ceux qui ont, en économie, étudié la théorie des choix publics exposée par Gordon Tullock et James Buchanan : on peut, en démocratie, acheter les voix des uns avec les voix des autres. Il suffit pour cela de placer suffisamment de gens en position d’assistés, de ne leur demander aucun impôt sur le revenu, et de faire payer le tout par les impôts prélevés sur les autres. Obama a multiplié le nombre des assistés aux Etats-Unis. Près de cinquante pour cent des américains ne paient aucun impôt sur le revenu. Lorsqu’Obama emploie des thématiques de lutte de classes et demande que les « riches » paient davantage, il sait ce qu’il fait. 
 
En troisième lieu, Obama n’a pas mis en cause le capitalisme américain en espérant construire le socialisme : il a fait mieux. Il a mis en place tout un ensemble de distorsions du capitalisme que plusieurs chroniqueurs (le premier ayant été Michael Barone) ont appelé très justement le crony capitalism. Le capitalisme des accointances et des échanges de bons procédés. Derrière toutes les décisions majeures de l’administration Obama depuis janvier 2009, la loi de « stimulation », la réforme du secteur de la santé, la réforme du système financier, les actions de diverses agences gouvernementales, au premier rang desquelles l’EPA, agence de protection de l’environnement, il y a des entreprises favorisées et des subventions massives. Obama est le candidat des grandes institutions financières, de très grandes entreprises telles que General Electric. Il est le bienfaiteur des syndicats, tout particulièrement de l’UAW, syndicat de l’automobile. En favorisant des entreprises, en les protégeant de la concurrence par l’exclusion de celle-ci, en subventionnant, Obama a fait des « investissements » avec de l’argent public et il attend aujourd’hui des retours sur investissements : d’où le milliard de dollars dont il dispose pour mener campagne. 
 
En quatrième lieu, Obama dispose de milliers de militants appartenant à des organisations elles-mêmes très largement subventionnées par l’argent des contribuables. Il dispose aussi du soutien des grands médias qui vont se placer entièrement à son service au cours des derniers mois de la campagne. 
 
Obama dispose en outre de l’immense avantage d’être le Président sortant et d’avoir entre les mains l’appareil gouvernemental. 
 
Compenser cela de la part du parti républicain aurait impliqué que celui-ci s’appuie sur l’élan des tea parties et de la quête d’une nouvelle révolution conservatrice qui s’est dessinée par cet élan.
 
On doit dire que le parti républicain n’a pas pris cette direction. A la Chambre des représentants, la majorité républicaine n’a pas fait preuve d’une attitude digne des tea parties et s’est montré plusieurs fois très conciliante avec l’administration, ce qui a jeté une couverture humide sur bien des ardeurs. 
 
Dans le cadre des élections primaires, les candidats soutenus par les tea parties sont tombés les uns après les autres. Celui vers qui les gens des tea parties se sont largement reportés ces dernières semaines est Newt Gingrich. Et c’est compréhensible : Newt Gingrich propose une réforme de la fiscalité instaurant la flat tax, et un amendement à la Constitution qui interdirait le déficit budgétaire. Il n’est pas le candidat parfait. Il a un passé, dit-on, mais ceux qui disent qu’il a un passé devraient regarder ce qu’a été ce passé, et ils comprendraient pourquoi Nancy Reagan a prononcé des paroles si chaleureuses le concernant en 1995, et pourquoi Michael Reagan lui apporte aujourd’hui son soutien, tout comme Arthur Laffer, l’un des pères spirituels de l’économie de l’offre. 
 
Non seulement les tea parties ont été considérées comme quantité négligeable par l’appareil du parti républicain et par les chroniqueurs conservateurs des grands médias, mais elles ont été méprisées. Et Newt Gingrich a fait l’objet de la campagne de diffamation la plus sordide à avoir été montée contre un candidat dans le cadre d’élections primaires depuis longtemps. 
 
Les élections primaires de Floride ont apporté un résultat très prévisible : une victoire de Mitt Romney qui, comme je l’avais anticipé, est désormais le très grand favori. Mitt Romney a gagné en dépensant dix sept millions de dollars entièrement consacrés non pas à exposer ses propositions ou à critiquer Obama, mais à faire des publicités négatives et mensongères concernant Newt Gingrich. Dix-sept millions de dollars, cela fait très cher par voix obtenue. Newt Gingrich, bien entendu, ne quitte pas la compétition. Il promet même de rester dans la course jusqu’à la convention du parti. 
 
Le parti républicain a fait le choix de Mitt Romney en arguant qu’il était le favori, qu’il était plus modéré et donc plus à même de gagner. 
 
Je pense utile de répéter que c’est loin d’être assuré. Le parti républicain est divisé. Les gens issus des tea parties et les conservateurs ne se reconnaissent pas et ne se reconnaîtront pas en Romney. Ils pourront voter pour lui faute de mieux. 
 
Depuis des mois, la campagne Obama se prépare à battre Romney. J’espère qu’elle n’arrivera pas à ses fins. Je crains qu’elle arrive à ses fins. 
 
Et si Romney était élu quand même, je doute dès aujourd’hui qu’il soit à la hauteur de la situation : c’est un entrepreneur qui a montré son efficacité. Ce n’est pas un conservateur à même de prendre à bras le corps la tâche immense que serait une nouvelle révolution conservatrice. Il ne parle pas de baisses d’impôts ou de flat tax. Il ne reprend à son compte aucune des propositions courageuses de Newt Gingrich. Il risquerait fort de se révéler être, s’il arrivait au pouvoir, un gestionnaire du statu quo. 
 
Un gestionnaire du statu quo vaudrait mieux qu’un gauchiste qui a fréquenté les écoles coraniques, certes… N’importe qui vaudrait mieux qu’un gauchiste qui a fréquenté les écoles coraniques.
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous : 
© Guy Millière pour www.Dreuz.info

27 Responses to Obama sera-t-il réélu en novembre 2012 ?

  1. Amiral dit :

    hélas, la victoire de Romney en Floride est écrasante. Il est fort probable que les primaires de février le consacrent leur tour. N’est il pas temps de mettre fin à cette mascarade et à préparer la lutte contre Obama? L’appareil républicain devrait vite réagir et clore cette stupide campagne de primaires.

  2. Pierre dit :

    Peut-être que le Tea party est méprisé parce qu’il ne pèse guère dans les primaires et surtout parce qu’il est lui-même divisé sur la marche à suivre.

  3. Greg Greg dit :

    Oui Monsieur Millière.

    Mais il faut croire que les publicités agressives de Mitt Romney ont bien fonctionné chez les conservateurs du Tea Party, selon un sondage, il y aurait 41% des électeurs se réclamant du Tea Party qui ont voté pour Romney.

    http://www.laprovence.com/article/monde/le-republicain-mitt-romney-seduit-le-tea-party-en-floride

    Romney est peut-être moins agressif envers Obama que Gingrich, mais est-ce que l’on peut dire que Romney est moins conservateur que Gingrich ? S’il ne reprend pas à son compte les propositions courageuses de Gingrich, comme vous le dites, il ne les rejette pas en bloc. Ses sales attaques sont concentrées sur la personne du Speaker et sur son passé pas sur ses idées, ou beaucoup moins.

    Que fait Romney ? Il ne se « gauchise » pas, bien au contraire, ses campagnes de pubs tentent de démontrer que Gingrich n’est pas le conservateur qu’il prétend être mais que lui si.

    En dehrs de ses faibles résultats, celui qui n’a pas ce problème c’est Santorum qui, contrairement à Gingrich et Romney semble être un authentique conservateur, un conservateur né. Il n’a pas fait « d’Obamneycare », ni de pub avec Pelosi.

    Je pense sincèrement que le parti républicain se « droitise » et que celui qui remportera ces primaires sera la candidat qui aura démontré qu’il est conservateur le plus efficace pour affronter cette crapule qui occupe actuellement la Maison Blanche.

    La révolution conservatrice est là et elle pousse tout les candidats sur leur droite, l’un des seul qui n’aura peut-être rien compris c’est Huntsman.

    • Guy Millière Guy milliere dit :

      Santorum est un « social conservative ». Il insiste sur les valeurs ethiques et religieuses. Il est aussi tres clair en politique etrangere. En politique economique, il entend favoriser le secteur industriel, et garder un impot progressif. Il n a, de toute facon, aucune chance. on critique trop Gingrich. C est un historien, un penseur, et l heritier legitime de la revolution reaganienne. Son programme economique est le seul a meme de permettre une nouvelle revolution conservatrice. Il sera tres difficile a Romney d avoir l appui large des tea parties. En floride, en decomposant les votes, on voit que les zones ou Romney a eu une majorite nette sont celles du Sud de l etat. Celles du nord de l etat, ou les tea parties sont tres presentes, ont donne une majorite a gingrich.

  4. dominique dit :

    « Près de cinquante pour cent des américains ne paient aucun impôt sur le revenu » Et ben dites donc les americains sont en train de se franciser a toute vitesse et apprennent a vivre sur le dos de ceux qui travaillent a une allure folle.
    Je commence a me dire que le socialisme est devenu le cancer au stade terminal de la democratie .
    Si nobama repasse l`Occident aura beaucoup de mal a survivre face aux troupe haineuses et revanchardes arborant le keffieh verdatre.

  5. DAVID dit :

    Je pense comme Dominique que ce sont les symptômes du stade terminal des démocraties auquel nous assistons aux USA mais en Europe, et Russie….. Lorsque je vois que le pouvoir est pris en Europe par les banquiers, non élus, ou des eurodéputés non élus, qui veulent mettre sous tutelle financière les inventeurs de la démocratie que sont les grecs. Etc….
    La démocratie était le moins mauvais des systèmes, mais comme disait Chirac: « cela fait pschitt ».

  6. lecteur dit :

    Guy alors si obamba est reelu je devrais me preparer a recevoir la bomdeA des mollah sur la tronche?

  7. david dit :

    Dominique, tu ne crois pas si bien dire . Romney a déclaré que, actuellement, l’Amérique prenait ce qu’il y avait de pire en Europe (sous entendu, l’Obamacare !). Il a sacrément raison !!

  8. sansdieu dit :

    Même chose en Francarabia dans 15-25 ans avec Hollande ou Sarko et Cie, bon… amis juifs vous savez ce qu’il en est depuis 30-40 ans, NON, je sors…

  9. D.J dit :

    Au pire si Obama est élu on peut encore espérer un congrès républicains qui va tempérer la chute de la maison made in Obama. Mais si le congrès repasse démocrate. là les carrotes risque d’être carbonisées.

    D.J

  10. Davidof dit :

    Guy, il faudrait une 3ème guerre mondial pour arrêter ce massacre gauchiste. C’est la seule solution n’est ce pas ? Je vous pari même qu’Obama se sert comme va-tout électoraliste l’attaque U.S sur l’Iran en dernier recours… Le pourri

  11. Philippe dit :

    Romney a battu Gingrich en Floride. Gingrich a sur-reagi aux attaques personnelles de Romney contre lui, alors qu’il aurait du rester sur des arguments plus generaux comme  » quelle Amerique voulons-nous  » qui est l’ argument le plus profond de cette campagne.Mais Romney a un profil tres criticable , et propice aux attaques demagogiques d’ Obama, puisque multi.millionaire venant de Wall St. Mike Bloomberg a un bien meilleur profil , car il est un innovateur dans le secteur de l’ information et il pourra sans doute rèveiller les electeurs juifs qui par stupiditè prèfere l’ ennemi d’Israel, le prophète du socialisme aux USA.

  12. Trumpeldor dit :

    Je connais beaucoup D;Americains qui en ont assez d’obama et qui reagiront tres mal a sa reelection …

  13. mzzchzzl dit :

    Alors c’est foutu ?
    Celui qui s’attend au pire n’est jamais déçu.
    Alors c’est foutu.

  14. Annika dit :

    JP: quand vous parlez de dossier légal, vous voulez dire le tribunal en Georgie ou Obama était convoqué par un juge et a refusé de se présenter?

    Guy: Les républicains auront peut-être/surement le Senat. Et déjà ca – serait magnifique. De toutes façons, le mouvement qui a montré sa force en Nov. 2010 ne peut que continuer – car Obama ne peut qu’empirer- il a déjà démontré qu’il ne se centrera pas. Les seuls motivés dans l’affaire, c’est nous – les américains qui embrassent l’Amérique de Thomas Jefferson et de George Washington, l’Amérique du ‘can do’ et de la Constitution. Nous sommes toujours là, certains parmi nous ont voté pour Ron Paul et d’autres pour Santorum – ces deux-là ne seront pas élus mais nous n’en sommes pas moins tout aussi passionnés, et la plupart parmi nous iront voter pour le parti républicain.
    En attendant, le déficit est grandement pire depuis Obama, il faut le voir pour le croire. Il y a quand même encore des américains qui savent compter sans mendier http://blog.heritage.org/2009/03/24/bush-deficit-vs-obama-deficit-in-pictures/ il y a aussi la Dette Nationale – Obama a quand même réussi a augmenter la dette plus que GW Bush et ceci en moitié moins de temps. Le jour ou Obama est devenu président (20 Janvier 2009) la dette était à $10.626.000.000.000 – aujourd’hui, elle est à $15,360,634.737.000 http://www.brillig.com/debt_clock/
    Mais la plus belle carte qui existe, c’est celle qui vient d’être publiée par Gallup et qui montre leur prédiction pour l’élection 2012 – Ceux qui ont trouvé refuge en Amérique se doivent de garder l’espoir, car ce n’est pas dans la France qu’on a de l’espoir – Go Republicans !
    http://campaign2012.washingtonexaminer.com/blogs/beltway-confidential/gallup-state-numbers-predict-huge-obama-loss/352881

    • Oui Annika, je parle de ce procès. Le juge Malihi est très remonté contre le mépris d’Obama qui n’a pas daigné envoyer un avocat. Il est vrai que le concept du natural-born-citizen n’est pas aussi clair que l’accusation le prétend. Mais il y a, à coté, six autres procès en cours. Il y a le dossier sur l’authenticité de l’extrait de naissance, suivi par le Sheriff Joe Arpaio, et le dossier sur sa Social Security Card qui est celle d’une personne née en 1890…

    • Guy Millière Guy milliere dit :

      Je connais ces statistiques, chere annika, je les utilise pour mon prochain livre. Les previsions de Gallup sont encourageantes, mais je m attends a tous les coups tordus de la part d Obama.

  15. hann burt dit :

    Je pense pragmatiquement que les candidats républicains ne présentent pas un font uni face à Obama. C’est un handicap de combat, les électeurs n’aiment pas ça. La division est un signe de faiblesse politique, elle l’a montré à plusieurs occasions. Un seul homme aurait pu battre Obama, car sa législature est terne et sans reliefs. C’est un nul !

  16. azoi dit :

    il y longtemps que je vous fais part de ce mauvais pressentiment qui me fait penser que bo sera réélu, de même que ns…..

  17. ALM dit :

    Bonjour,

    En lisant cet article, je me positionne de manière plus optimiste

    Je m’explique, je soutiens la candidature de Mitt Romney depuis 2008, je pense qu’il incarne au mieux la personne qui doit nous représenter.

    Aujourd’hui, un bon nombre d’Américains ont été mis en reste, du fait de la crise économique, et de la montée du chômage. Il est clair que BHO à énormément déçu.

    Dans ce que je viens de dire je vois deux types d’électeurs qui se profilent, et qui se trouvent dans deux types d’Etat :

    D’une part, il y a les Etats frappés de plein fouet par la crise, se sont les Etats de la manufacturing Belt, de la Rust Belt, et la Floride (pour l’immobilier). Ces Etats, surtout ceux des grands lacs, étaient des Etats « ouvriers », c’est-à-dire cet électorat gagné sous Reagan, cet électoral qui a votait sans restriction pour BHO en 2008. Cet électorat, qui fait face aujourd’hui au chômage et la précarité votera « contre BHO », et donc y préféra probablement Mitt Romney.

    D’autre part, il y a les Etats de la Sun Belt, un peu moins touché par la crise. Ces Etats qui votent habituellement GOP, étaient, pour certains tentés à voter BHO en 2008 (comme Virginie, la Caroline du Nord, le Nouveau Mexique, le Nevada, ou encore le Colorado). Ces Etats de tradition républicaine, sont déçu par BHO, plus d’un point de vue fiscal. Même si ces Etats sont des conservateurs, il préféreront toujours voter pour Mitt Romney, plutôt que prolonger le bail locatif de BHO à la Maison Blanche.

    De faits je pense que les Etats qui ont de forte chance de changer leur choix par rapport à 2008 sont : l’Indiana, le New Hampshire, le Colorado, la Caroline du Nord, la Floride, l’Ohio, voire même le Michigan, ce qui assurerait une victoire nette au candidat Romney.

    Enfin, beaucoup de personne dans les médias français, je le regrette vraiment, le dénomine le « Mormon ». Je trouve ces attaques vraiment basses, et montre une nouvelle fois l’opinions des médias français : Pro-Obama, pro-Démocrate. Vous vous rendez bien compte, qu’ils ne se permettraient jamais de désigner une personne en France sous l’appellation « le Musulman », « le Chrétien » par exemple, ou autre en fonction de sa croyance. Donc pourquoi alors attaquer le candidat Romney sur sa Religion ? Soit disant beaucoup avance que l’Eglise des Saints des Derniers Jours est une secte, ce qui est naturellement faux. Les membres de cette confession partage les valeurs du travail et de la famille.
    Donc je ne comprend pas pourquoi cette Religion dérange les médias français, alors que les Américains eux même n’y voient aucun problème ?

    PS : désolé d’avoir été aussi long dans mes explications.

  18. Myriam Tartiere dit :

    Bonjour M.Millière,comme à l’accoutumée vous nous offrez un article argumenté de façon implacable.Serez-vous surpris si je vous dis que la stratégie politique d’Obama ressemble à si méprendre à la politique clientéliste des socialistes dans les régions?Je pense en particulier au Languedoc Roussillon où la politique de décentralisation a instauré un féodalisme proche du clientélisme à la romaine qui sévissait à la fin dut dit empire…
    Attentivement,Myriam.

Pour rédiger un commentaire connectez-vous (l'abonnement à la Newsletter est différent des commentaires), ou inscrivez-vous et soutenez Dreuz Info pour 7 euros par mois

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz