FLASH
L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 7 février 2012
Par Emmanuel Navon, professeur de relations internationales à l'Université de Tel-Aviv.
 
L'idée que les localités israéliennes bâties au-delà des lignes d'armistice de 1949 constituent un obstacle à la paix est devenue un dogme chez les diplomates et journalistes européens. Or ce dogme est contredit par trois faits :
1. Le monde arabe était en guerre contre Israël bien avant la construction des premières implantations israéliennes dans les années 1970 ;
2. Le leadership palestinien a rejeté à deux reprises l'offre israélienne (par Ehud Barak en juillet 2000 et par Ehud Olmert en septembre 2008) de démanteler ces implantations en échange d'un accord de paix ;
3. Lorsqu'Israël démantela toutes ses implantations de la Bande de Gaza en 2005, elle reçut à la place de la paix qu'elle escomptait des tirs de missiles incessants.
 
Bien plus que les implantations, l'un des principaux obstacles à la paix entre Israël et les Palestiniens est la question des réfugiés. Sous couvert de l'euphémisme humanitaire de "droit au retour," les Palestiniens veulent envahir Israël avec sept millions d'immigrants qui sont les descendants réels ou supposés des quelque six-cent mille Arabes qui quittèrent leurs maisons pendant la Guerre d'Indépendance d'Israël. Le "droit au retour" transformerait Israël en un État binational avec une majorité arabe.
 
Certains relativisent le "droit au retour" comme étant une simple tactique de négociations et un fantasme auquel les Palestiniens eux-mêmes ne croient pas. Et pourtant, c'est bien en vertu de ce "droit au retour" que Yasser Arafat et Mahmoud Abbas rejetèrent les offres de paix respectives d'Ehud Barak et d'Ehud Olmert. Par ailleurs, les médias d'État palestiniens ne présentent pas le "droit au retour" comme rêve irréalisable mais bien au contraire comme l'un des principes fondateurs du nationalisme palestinien, un principe dont l'abandon constitue un acte de haute trahison.
 
Le "droit au retour" perdure entre autre à cause de l'UNRWA (l'office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient), et ce pour deux raisons. D'abord parce que la mission de l'UNRWA (contrairement à la mission du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, ou UNHCR) n'est pas d'intégrer les réfugiés palestiniens dans leurs pays d'accueil mais au contraire de subventionner leur vie de réfugiés. Ensuite, parce que l'UNRWA applique la définition de "réfugié" aux descendants des réfugiés, tandis que l'UNHCR (qui est en charge de tous les réfugiés du monde à l'exception des réfugiés palestiniens) limite cette définition aux réfugiés eux-mêmes.
 
Du fait de ces différences de missions et de définitions, le nombre de réfugiés dans le monde a décru de soixante millions en 1947 à dix-sept millions aujourd'hui, tandis que le nombre de "réfugiés palestiniens" a accru de six-cent mille en 1948 à sept millions aujourd'hui.
 
Si les réfugiés palestiniens, comme le reste des réfugiés dans le monde, avaient été la responsabilité de l'UNHCR, le problème des réfugiés palestiniens aurait été résolu depuis longtemps. Des six-cent mille réfugiés de 1948, quelque cent-mille seraient encore en vie aujourd'hui. Au lieu d'être ségrégués dans des camps, ils seraient des citoyens à part entière de pays dont ils partagent l'appartenance ethnique, la langue, et la religion. Démanteler l'UNWRA et faire de l'UNHCR l'agence responsable des réfugiés palestiniens mettrait fin à un obstacle majeur à la paix au Proche-Orient.
 
La décision récente de l'Union européenne (UE) d'attribuer 72 millions d'Euros à l'UNWRA ne fait que retarder cette réforme nécessaire. Cette contribution à l'UNWRA n'est pas seulement un affront aux Palestiniens eux-mêmes dans la mesure où elle encourage des pays comme le Liban et la Jordanie à ne pas remplacer leur politique de ségrégation par une politique d'intégration. Il s'agit également d'un affront à la cause de la paix.
 
 
Tandis que l'UE a réalisé dans ses frontières la vision kantienne de paix démocratique (avec un peu d'aide des États-Unis qui protégèrent l'Europe de la menace soviétique), la contribution de l'Europe à la paix en dehors de ses frontières n'est pas reluisante – comme peuvent en témoigner le Rwanda ou l'ex-Yougoslavie. L'aveuglement européen face à un soi-disant "printemps arabe" qui a amené les islamistes au pouvoir est le dernier exemple tragique en date. La décision de l'UE de contribuer au financement de l'UNRWA ne fait pas que confirmer cet aveuglement. Elle fait de l'EU un obstacle à la paix au Proche-Orient.
 
© Emmanuel Navon
 
http://www.lemonde.fr/l-ue-constitue-un-obstacle-a-la-paix
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz