FLASH
[26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 26 février 2012
 
On trouvera ci dessous le troisième et dernier extrait du livre basé sur mes entretiens avec Daniel Pipes.
Guy Millière
 
L’Europe est dans la tourmente, c’est évident. Tout comme il est évident que la tourmente va se poursuivre. J’ai parlé tout à l'heure d’effondrement économique, politique et financier de l’Europe. Les dettes de plusieurs pays ont atteint des niveaux intenables. Les Etats providence sont à l’agonie. La croissance est quasiment partout proche de zéro. Le chômage est élevé. Les populations vieillissent. L’offensive islamique, nous l’avons dit, touche l’Europe, et elle la touche dans un contexte où l’Europe semble particulièrement vulnérable et profondément fragilisée. Elle la touche dans un contexte où l’Europe semble touchée beaucoup plus gravement que les Etats-Unis par le conformisme politiquement correct, par l’aveuglement, par l’esprit d’apaisement et par la faiblesse. J’entends y revenir pour conclure cet entretien : comment peux-tu dire en ces conditions et en ce contexte global ce que tu me disais tout à l’heure, à savoir qu’un réveil des consciences se dessine en Europe ? Des mouvements de rejet de l’islam se dessinent, mais quel avenir ont-ils ? Sont-ils davantage qu’une réaction ? Penses-tu vraiment que l’Europe elle-même a un avenir ? Je dois dire que je suis plus pessimiste que toi sur ce point.
 
Je pense que la situation est très grave aujourd’hui, mais je pense que l’Europe a un avenir, oui. Je ne pense pas que les peuples européens tomberont sans se battre, et je pense que ceux qui se dressent face au danger islamique le montrent. Les difficultés économiques que connaît l’Europe poussent dans plusieurs pays de l’Union Européenne des gens à s’interroger sur l’Europe telle qu’elle devient et à revenir vers les valeurs de la civilisation occidentale. Ces gens comprennent que l’Europe est en train de s’islamiser et de se perdre, et considèrent qu’ils ne peuvent rester passifs.
 
Ils ne font pas dans le détail et rejettent tout l’islam. J’ai dit que leur attitude était compréhensible, et j’ai expliqué pourquoi. Ils sont confrontés à l’islam radical qui se propage en Europe. Ils voient les ravages de l’islam radical dans le monde musulman lorsqu’ils voient des images d’attentats terroristes ou d’émeutes. Et ils voient aussi qu’on leur demande de se taire, de se soumettre. Ils voient que les dirigeants politiques et les médias ne leur disent pas la vérité. Ils sont révoltés.
 
Ils ont le sentiment que leur civilisation et leurs sociétés sont en train de mourir et que leurs dirigeants et ceux qui les informent ou sont censés le faire préfèrent parler d’autre chose. Ils ont le sentiment que la parole est monopolisée par des gens qui consentent.
 
Leur révolte est parfois rudimentaire. Mais elle existe. Elle manifeste une immense frustration. Les dirigeants politiques et les médias dédaignent et méprisent cette frustration, mais ils ne pourront pas la dédaigner et la mépriser durablement. J’en ai la conviction.
 
Il faut comprendre et analyser cette révolte et la voir pour ce qu’elle est. Et il faut lui donner les moyens d’affiner ses analyses.
 
Aujourd’hui, dans plusieurs pays d’Europe, ceux qui incarnent cette réaction ne sont pas antisémites, anti-israéliens ou anti-américains. On ne peut, dans la plupart des cas, les identifier à la vieille extrême-droite européenne comme certains le font très hâtivement.
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous : 
© Guy Millière et Daniel Pipes pour www.Dreuz.info
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz