FLASH
[25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  |  [21/06/2017] Michigan – Attentat terroriste : un musulman d’origine canadienne s’est jeté sur un policier, l’a poignardé en hurlant allahu akbar  |  Bayrou, Ferrand, Goulard et Sarnez : 4 ministres sur 18 éjectés du gouvernement pour soupçon d’emplois fictifs  |  Sondage : l’identité française menacée pour 70% des Français – qui ne font rien pour que ça change  |  De mieux en mieux : le terroriste des Champs-Elysées était également fiché par Interpol et recherché par la Tunisie pour terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 23 mars 2012

 

Michel Garroté – Il était libre Mohamed Merah. Certains même disent qu’ils l’ont vu voler. Le déconomètre a fonctionné à plein tube ces derniers jours. Seulement voilà : le soi-disant néonazi était en fait un nazislamiste. Et l’heure des questions est venue. Y compris les questions aux menteurs, authentiques trous du cul, qui se sont bien foutus de notre gueule à l’occasion de cette épouvantable tuerie.

La garde à vue du frère de Mohamed Merah, Abdelkader, de la compagne de ce dernier et de la mère du tueur a été prolongée. Le frère aîné de Mohamed Merah a affirmé ne pas être au courant des projets criminels de son frère, alors que plusieurs témoins l'ont présenté comme apparemment plus engagé que lui dans le combat islamiste. La garde à vue peut durer quatre jours en matière de terrorisme et donc s'achever dimanche. Les enquêteurs ont trouvé des explosifs dans la voiture d'Abdelkader. Abdelkader Merah serait un sympathisant de l'islam le plus radical.

Ivan Rioufol dénonce les complices : « Le fanatisme salafiste ne peut être tenu pour seul responsable de la barbarie qui a terrorisé la France, en y important les germes d'une guerre civile. Si le Français Mohamed Merah, 23 ans, a pu assassiner c'est également parce que le djihadiste, se réclamant d'al-Qaida et de ses réseaux, a été couvé par l'angélisme des moralistes. Ces donneurs de leçons récitent depuis des lustres une propagande ayant décrété qu'il ne fallait pas "montrer du doigt" ni critiquer les dérives d'une religion surprotégée. L'aveuglement volontaire sur la montée de l'islam radical en France est comptable de la tragédie natio­nale. Toute une construction idéologique s'effondre tandis que tombent les masques des associations subventionnées (SOS-Racisme, Mrap, Indivisibles, etc.) : mises au service des minorités ethniques et religieuses, elles ont imposé un politiquement correct qui a interdit d'élémentaires critiques et rappels à l'ordre contre les embrigadements ».

Rioufol demande des comptes aux "moralistes". "Qui a couvé ce monstre ?", demande-t-il. « Ceux qui, dès lundi, ont accusé tout à la fois Marine Le Pen (Dominique Sopo de SOS Racisme), les "pyromanes de l'identité française" (Bernard Henri-Lévy), "un climat de haine" (Corinne Lepage) ou "l'intolérance" menée par "ceux qui montrent du doigt en fonction des origines" (François Bayrou) se retrouvent confrontés à leur aveuglement et à leur lâcheté sur la montée en puissance de l'islam radical en France. Car le barbare, Mohammed Merah, 24 ans, Français d'origine algérienne, soutenu par un réseau familial, se réclame d'Al Qaïda, du jihad et de sa guerre menée contre l'Occident et les mécréants. Les accusateurs qui voulaient que la France silencieuse le redevienne vont devoir rendre des comptes ».

Selon le témoignage d'un responsable du renseignement américain, Mohammed Merah aurait figuré sur la liste noire des personnes interdites de vol aux Etats-Unis. Cette liste dressée par les autorités américaines interdit à ceux qui y figurent d'embarquer sur des vols à destination et en provenance des Etats-Unis. Enumérant les principaux critères de cette liste, ce responsable a précisé que les « individus doivent présenter des doutes raisonnables d'être impliqués dans une activité terroriste présumée, être considérés comme une menace pour un avion et pour la sécurité nationale, et être capable de faire écraser un appareil ».

Laxisme d'Etat quant au traitement de l'islam radical en France ? C'est la question que pose  Joachim Véliocas, le directeur de l'Observatoire de l'islamisation : « L'identité du tueur étant connue, il n'est aujourd'hui pas trop tôt pour tirer quelques conclusions. Il est urgent d'en tirer rapidement, car même en cette période de deuil, je pense que les victimes auraient été les premières à vouloir mettre le doigt sur des étonnants dysfonctionnements : comment un individu, fiché pour non seulement fréquenter la mouvance salafiste mais être de surcroit déjà connu pour avoir effectué plusieurs voyages au Pakistan et en Afghanistan, où on doute qu'il y alla pour aborder ces pays sous l'angle de l'histoire de l'art, n'est-il pas surveillé de très près ? Comment Merah a-t-il pu acquérir des armes de guerres et des munitions si facilement : une kalachnikov, un fusil-mitrailleur automatique, des pistolets, alors qu'il aurait dû être étroitement surveillée ? Comment est-il possible que des dizaines de mosquées notoirement salafistes (35 rien qu'en Ile-de-France selon une étude RG de 2006), et qui affichent sur leurs sites Internet leurs programmes "scolaire", des ouvrages contenant des long chapitres sur le Jihâd offensif, aient pignon sur rue ? Voir nos analyses sur ce qu'on enseigne dans les mosquées de Pontoise, Nogeant-le-Rotrou, Roissy-en-Brie, Mulhouse etc. (autant d'analyses que la presse a refusé de reprendre pour ne pas "stigmatiser"). A toutes ces questions, dont les journalistes devront s'emparer, les réponses risquent de révéler un certain laxisme d'état quant au traitement de l'épineux dossier de l'islam radical ».

Un groupe lié à Al-Qaïda a revendiqué la tuerie de Toulouse et appelé la France à reconsidérer sa politique "hostile" aux musulmans. Le texte, signé par l'organisation "Jund al-Khilafah" (les soldats du Califat) qui a par le passé revendiqué des attaques en Afghanistan et au Kazakhstan, a été publié sur le site Shamekh, qui diffuse généralement les communiqués d'Al-Qaïda. Selon le communiqué, la tuerie de Toulouse a été perpétrée par "Youssef le Français", qualifié "d'un des chevaliers de l'islam".

La revue de presse LSB signale que « le Professeur à Sciences–Po, Gilles Képel, qui est considéré comme un « expert » sur l’islam, auteur d’un très conformiste livre sur Les Banlieues de la République, se répand dans les médias sur l’attentat de Toulouse. Sa morgue n’exclut pas les grosses erreurs. Il a ainsi affirmé le 21 mars, sur France info, à 12h48, que les soldats tués (ou blessés) à Montauban étaient tous musulmans. Repris par le journaliste qui lui a dit que ce n’était pas le cas de tous, il a concédé qu’il y avait un Antillais parmi eux. Mais pour réaffirmer aussitôt que les autres soldats étaient musulmans. Une méconnaissance parfaite des faits à l’heure même où le caporal Abel Chennouf (catholique) était honoré dans la cathédrale de Montauban. Une attitude significative de Gilles Kepel considérant implicitement que le port de tout patronyme arabe ou maghrébin (même avec un prénom qui ne l’est pas) signifie « de religion musulmane ». Une attitude implicitement racialiste, donc. En même temps qu’une véritable négation de l’existence des chrétiens d’Orient ou de Kabylie ».

A propos de l'affaire de Toulouse-Montauban, Bernard Antony dénonce : "Une fois de plus, on tentait de faire avaler au peuple français la désinformation avec les trois grosses ficelles de l’amalgame classique : tout crime à motivation apparemment raciste et/ou antisémite est le fait de nazis. L’extrême-droite est réputée nazie, donc coupable. La droite nationale est réputée proche de l’extrême-droite, donc coupable, et coupable donc tout ce qui ne s’aligne pas sur la pensée unique de l’antiracisme. À cela s’ajoute désormais que l’on entend faire passer comme « musulmanophobe » toute légitime critique de la théocratie totalitaire islamique politico-sociale qui pourtant, dans des dizaines de pays, impose aux non-musulmans des régimes rigoureux ou atroces de dhimmitude. Un rédacteur du Nouvel Obs déclarait sur twitter : "p*tain je suis dégoûté que ça soit pas un nazi". Devant le tollé, il a effacé ce message et se justifie : "Je précise que le sens était : malheureusement ça va être encore un prétexte pour stigmatiser les musulmans".

Lisez également l’analyse de Gilles William Goldnadel :

http://www.dreuz.info/2012/03/toulouse-quand-lideologie-mine-le-debat/

Lisez également l’analyse de Shmuel Trigano :

http://www.dreuz.info/2012/03/le-syndrome-pathologique-de-la-france/

Copyright Michel Garroté 2012 & Sources citées

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz