FLASH
[26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 5 avril 2012

 

   

   

Michel Garroté – Nous vous l’avions annoncé : la campagne présidentielle française de 2012 sera la plus nulle de l’histoire de la Cinquième République. Aujourd’hui, les correspondants de la presse étrangère accrédités à Paris le confirment. Le soi-disant « débat » révèle une incroyable absence de culture politique et historique. Les Français qui voteront Hollande le feront par anti-sarkozysme. Et ceux qui voteront Sarkozy le feront par antisocialisme. Le Front National prône l’étatisme, autrement dit, au plan économique, il ne propose rien d’autre que ses adversaires. Le Front de Gauche mêle l’arrogance comique à la démagogie populiste et fait reculer la France d’au moins trente ans. Les écologistes font preuve d’une affligeante misère intellectuelle et morale. Le Modem présente un candidat qui tantôt souffre de pertes de concentration, tantôt de bégayements crispés. A la limite, ceux qui ne sont pas candidats nous semblent soudain plus intelligents que les candidats qu’ils tentent désespérément de soutenir.

Un Guéant et un Raffarin, en comparaison avec Sarkozy, nous apparaissent tout à coup comme des individus ayant un minimum d’envergure. L’on en vient à se demander si le but de cette campagne était de sélectionner les candidats les plus bouffons et d’éliminer les candidats les plus aptes à gagner. François Fillon, Henri Guiano, Daniel Cohn-Bendit et Manuel Valls font figure de battants en comparaison des candidats officiels. C’est à croire que chaque parti politique en lice a décidé qu’en 2012 il allait se tirer une balle dans le pied. Le spectacle serait hilarant si les enjeux n’étaient pas vitaux. Je partage en ces temps difficiles la douleur du peuple français qui se voit ainsi représenté par des clowns tristes que seul l’intérêt personnel motive. J’ai presque envie de dire aux Français : abstenez-vous massivement de voter en 2012 et préparez le redressement de la France pour 2017. D’ici-là, il n’y a plus grand-chose à attendre.

« Les journalistes étrangers portent un jugement au vitriol sur la campagne tricolore (extraits adaptés ; lien en bas de page). "Le mot clé de cette campagne, c'est le ‘buzz’, on sort des énormités pour faire parler de soi, comme sortir des accords de Schengen ou taxer les riches à 75%", estime Alberto Toscano, correspondant à Paris pour la télévision italienne. "C'est une campagne spectacle où est absent ce qui pour moi est l'essentiel: comment réformer et sauver l'Etat social en France". "Les Français regardent trop en arrière, pas assez en avant. Il n'y a aucune proposition chez les candidats sur la manière dont la France peut trouver sa voie d'excellence dans la mondialisation", déplore Johan Tollgerdt, correspondant à Paris du journal suédois Dagbladet.

"Cette campagne est fille de la crise, elle oscille entre la nécessité de réduire les déficits et la tentation de faire des promesses, mais je n'y vois aucun projet qui fasse rêver", regrette Gabriele Parussini, correspondant du Wall Street Journal. "Quand il est question des déficits, tout le monde parle d'augmenter la pression fiscale, mais aucun candidat n'a le courage d'aborder la question de la réduction des dépenses publiques. Il faut dire la vérité aux Français, sinon il y aura des lendemains qui déchantent et j'y vois un vrai risque d'explosion sociale", prévient Paul Taylor, correspondant de l'agence Reuters. Ces journalistes étrangers, réunis lors d'un débat mercredi par les auteurs de l'enquête d'opinion, avouent d'ailleurs que la campagne présidentielle française passionne peu dans leurs pays respectifs ». Tu m’étonnes…

« Cette campagne présidentielle est une pure horreur médiatique (extraits adaptés ; lien en bas de page). Assurément, on l’étudiera longtemps dans les écoles de journalisme. Je gage même que nous aurons les honneurs de la curiosité internationale sur ce sujet. Ce n’est pas tous les jours qu’on observe un cas pathologique aussi édifiant. Je le sais, le public le sait, les médias eux-mêmes en sont conscients, et pourtant, ça continue. Comment expliquer pareil mystère ? Tenez, à l’instant,  @si  m’informe que François Hollande a trouvé un nouvel angle d’attaque contre Nicolas Sarkozy. Croyez-vous qu’il s’agisse de la dette, du modèle social français, du bilan du président sortant sur un point précis ? Pas du tout. Il le coince sur l’infantilisme. Oui. C’est relevé par Le Monde, considéré comme “Bien vu” par @si, bref, ça fascine les meilleurs d’entre nous. Qui sait si l’on ne va pas très vite évoquer un tournant majeur dans la campagne ?

Les spécialistes sont à l’œuvre, nous attendons leurs conclusions avec une impatience frénétique. Mais déjà l’on s’interroge : par quels éléments de langage, l’UMP va bien pouvoir rétorquer ? Pendant ce temps, The Economist tire la sonnette d’alarme. Le très sérieux journal anglais nous dit : attention chers français, vous oubliez les sujets importants ! Et pour qu’on comprenne bien, il nous colle en illustration de couverture Sarkozy et Hollande dans une parodie horrifique du déjeuner sur l’herbe. Foutus anglais ! Qu’ils se dévorent entre eux avec leur libéralisme. Cela mis à part, ils n’ont pas tout à fait tort. Comment ? Nous, oublier l’essentiel ? Vous n’y êtes pas, confrères d’Outre-Manche. Vous n’avez rien compris à la subtilité intellectuelle française. Et moins encore à son cynisme ». Et l’incroyable médiocrité, aurait-on envie d’ajouter…

http://lexpansion.lexpress.fr/election-presidentielle-2012/ce-que-les-etrangers-pensent-de-la-campagne-presidentielle_290183.html

http://laplumedaliocha.wordpress.com/2012/04/03/le-bel-esprit-francais/

Copyright Michel Garroté 2012 & Sources citées

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

   

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz