FLASH
[22/03/2017] la BBC s’est rétractée, l’auteur de l’attentat ne serait pas Abu Izzadeen qui est toujours en prison selon son avocat  |  Abdelghani Merah: « le salafisme devrait être interdit en France »  |  Coups de feu à l’extérieur de l’immeuble du parlement de Londres  |  Erdogan : « la démocratie est comme un train. On le prend, et on descend quand on arrive à destination »  |  Le procès du #MurDesCons débutera le 4/12/18 : la justice politisée sait traîner ou aller vite  |  Erdogan répète ses menaces : « aucun Européen ne peut marcher tranquillement dans aucune rue du monde si l’Europe de change pas d’attitude »  |  La candidate russe à l’Eurovision interdite d’entrée en Ukraine  |  Blocus ? Apartheid ? 845 étrangers et professionnels sont entrés en Israël depuis Gaza hier  |  Erdogan prévient que « les Européens ne vont pas être en sécurité cette attitude de l’Europe continue »  |  [21/03/2017] Mathias Fekl, un illustre inconnu, remplace l’autre inconnu Le Roux au poste interchangeable donc inutile de ministre de l’Intérieur  |  Il promettait une république irréprochable, Hollande ! Le corrompu ministre socialiste Le Roux démissionne  |  Somalie Mogadishu : attentat suicide – oui, encore des musulmans. 7 morts et 10 blessés  |  Le Parquet National Financier ouvre une enquête contre Le Roux, le ministre de l’Intérieur de la gauche morale  |  Afghanistan : les talibans tuent 6 membres de services de renseignement dans la province d’Helmand lors d’un attentat suicide avec une voiture chargée d’explosifs  |  Egypte : ISIS affirme qu’un de ses snipers a tué un soldat égyptien le 19 mars à el-Arish dans le Sinaï  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 6 avril 2012

 

   

   

Michel Garroté – Un peu de verticalité en période électorale horizontale ne peut pas faire de mal. Ce soir sur ARTE, dès 20:40, une biographie de Jean-Paul II, intitulée « Karol, un homme devenu pape ». Et demain à 20:45, la suite intitulée « Karol, le combat d'un pape ». De sa jeunesse dans la Pologne occupée par les nazis à ses dernières heures au Vatican, le destin exceptionnel du pape Jean-Paul II, figure charismatique d'un XXe siècle bouleversé par les totalitarismes. Tout cela dans une série en quatre épisodes, sur ARTE, ce soir et demain soir. Tournée entre la Pologne et l’Italie il y a sept ans, cette série parcourt les étapes principales de la vie de Karol Wojtyla, de sa jeunesse sous les atrocités du régime nazi aux années de son pontificat, en passant par les temps difficiles du communisme. Karol Wojtyla a 18 ans en septembre 1939 lorsque les nazis envahissent la Pologne. Il est alors étudiant et se passionne pour le théâtre.

Mais l'exode, les bombardements, les horreurs de la guerre, le ghetto de Cracovie, les déportations de ses amis juifs, la mort de son père et le combat mené sans relâche par son ami prêtre Tomasz Zaleski poussent peu à peu Karol vers sa vocation. Il travaille durement dans une carrière de pierres, puis étudie clandestinement au séminaire. À la mort de Tomasz, assassiné par les nazis, Karol décide de renoncer à l'amour de son amie Hania et d'endosser l'habit de prêtre. Après la guerre, la Pologne passe sous influence soviétique. Hania et son mari Pavel, pourchassés par les communistes, s'exilent aux États-Unis. De son côté, Karol, devenu professeur de théologie morale à l'université de Lublin, devient la cible d'un communiste polonais fanatique, Julian Kordek. Celui-ci place une taupe parmi les étudiants : Adam Zielinski séduit une jeune étudiante, Maria, dans le but d'intégrer le cercle d'étudiants de Karol. Les temps sont difficiles en Pologne : des manifestations d'ouvriers éclatent et sont très fortement réprimées. Karol est ordonné évêque.

Hania met son deuxième enfant au monde, mais Pavel apprend qu'elle est atteinte d'une tumeur aux poumons. Il écrit à Karol et décide de ne rien dire à Hania pour ne pas l'affaiblir davantage. Karol continue d'enseigner l'amour de la liberté, la vérité et le respect de la dignité humaine. Nommé archevêque de Cracovie, il attire l'attention par sa force, son énergie hors du commun, son ouverture au dialogue et au pardon. En 1978, Jean-Paul Ier meurt après trente-trois jours de pontificat. Karol se rend à Rome pour le conclave. Où il est élu. Premier pape venu d'un pays situé au-delà du rideau de fer, Karol Wojtyla prend le nom de Jean-Paul II, en souvenir de Jean XXIII et Paul VI.

Dès les premières semaines de son pontificat, à Rome comme lors de ses nombreux voyages, le pape touche profondément son public par sa proximité, son engagement, son charisme. Mais ses initiatives dérangent à l'Est. En mai 1981, il est victime d'un attentat. Dès 1989, il fait partie des tombeurs (avec Ronald Reagan et Helmut Kohl) du mur de Berlin et de l'Union soviétique. Plus tard, Jean-Paul II fait un triomphe lors de son voyage en Israël. En 2000, il rassemble 2,4 millions de personnes lors de la Journée Mondiale de la Jeunesse à Rome.

Copyright Michel Garroté 2012 & Sources citées

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

   

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz