FLASH
[22/03/2017] la BBC s’est rétractée, l’auteur de l’attentat ne serait pas Abu Izzadeen qui est toujours en prison selon son avocat  |  Abdelghani Merah: « le salafisme devrait être interdit en France »  |  Coups de feu à l’extérieur de l’immeuble du parlement de Londres  |  Erdogan : « la démocratie est comme un train. On le prend, et on descend quand on arrive à destination »  |  Le procès du #MurDesCons débutera le 4/12/18 : la justice politisée sait traîner ou aller vite  |  Erdogan répète ses menaces : « aucun Européen ne peut marcher tranquillement dans aucune rue du monde si l’Europe de change pas d’attitude »  |  La candidate russe à l’Eurovision interdite d’entrée en Ukraine  |  Blocus ? Apartheid ? 845 étrangers et professionnels sont entrés en Israël depuis Gaza hier  |  Erdogan prévient que « les Européens ne vont pas être en sécurité cette attitude de l’Europe continue »  |  [21/03/2017] Mathias Fekl, un illustre inconnu, remplace l’autre inconnu Le Roux au poste interchangeable donc inutile de ministre de l’Intérieur  |  Il promettait une république irréprochable, Hollande ! Le corrompu ministre socialiste Le Roux démissionne  |  Somalie Mogadishu : attentat suicide – oui, encore des musulmans. 7 morts et 10 blessés  |  Le Parquet National Financier ouvre une enquête contre Le Roux, le ministre de l’Intérieur de la gauche morale  |  Afghanistan : les talibans tuent 6 membres de services de renseignement dans la province d’Helmand lors d’un attentat suicide avec une voiture chargée d’explosifs  |  Egypte : ISIS affirme qu’un de ses snipers a tué un soldat égyptien le 19 mars à el-Arish dans le Sinaï  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Misha Uzan le 11 avril 2012
 
 
A deux jours de la fin du délai de mise en œuvre du plan Annan, Assad pose de nouvelles conditions.
 
Assad a bien retenu la leçon de son professeur, l’Iran, un professeur aux 33 ans d'expérience. Bachar-el-Assad, qui paraît en difficulté face aux sanctions internationales, applique la même méthode que l'Iran, lui-même soumis aux sanctions internationales. Il s'agit de gagner du temps, toujours, et de jouer avec les institutions internationales.
 
Assad accepte le plan puis met de nouvelles conditions
 
Deux jours avant la mise en œuvre du plan de Kofi Annan sur un retrait des troupes syriennes, le plan parait menacé par de nouvelles exigences du régime de Bachar al-Assad et le refus du chef des rebelles de s'y soumettre. Damas a en effet annoncé dimanche qu'il ne retirerait pas ses troupes des villes à moins de "garanties écrites" de l'opposition.  Les violences continuent donc avec au moins 51 morts dimanche, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), après au moins 128 tués samedi.
 
Assad contre les rebelles
 
Le chef des rebelles de l'Armée syrienne libre, Riad Al-Assaad, qui se trouve à Beyrouth et non pas en Syrie, et qui dirige à présent des rebelles bien organisés, a confirmé son accord pour le plan Annan, mais a ajouté qu'il n'avait pas à donner de garanties au régime mais à la communauté internationale. Et de son côté, le régime d'Assad affirme dans un communiqué que "M. Annan n'a pas non plus présenté d'engagements écrits des gouvernements du Qatar, de l'Arabie saoudite et de la Turquie sur l'arrêt de leur financement des groupes terroristes". 
 
L'ONU passe une fois de plus pour une girouette, sans aucune efficacité, et sans apporter la garantie que la cessation des massacres d'Assad n'entraîneront pas d'autres massacres, contre les chrétiens, les Alaouites, les chiites. La Syrie n'est pas le pays des merveilles et Assad le sait bien, pas l'ONU.
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous : 
© Misha Uzan pour www.Dreuz.info et http://citizenkane.fr
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz