FLASH
[28/03/2017] Maroc : 14 personnes arrêtées pour avoir incendié un commissariat  |  [27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Elie Levy le 24 avril 2012
Il y a quelques mois, en Février, j’écrivais ici même, un article qui s’intitulait « Printemps 2012 une élection à quatre temps »
 
Nous y sommes.
 
Le 22 Avril, les Français ont votés pour le premier tour des élections présidentielles. L’analyse des résultats permet de constater plusieurs choses :
 
– La montée en puissance de la Droite nationaliste. Marine Le Pen ayant réussi sa percée, fédère 18% des voix.
 
– Le vote s’est transformé en référendum pour ou contre Nicolas Sarkozy, puisque 73% des votants n’ont pas voulu mettre dans l’urne le bulletin de vote portant son nom. C’est la première fois qu’un président sortant n’arrive pas en tête du premier tour. Mais cela ne veut pas dire que celui qui arrive second ne peut pas être élu. L’histoire de la 5eme République nous a montré le contraire, puisqu’à trois reprises le candidat arrivé second au premier tour a été élu : ainsi en 1974, Giscard est arrivé derrière Mitterrand au premier tour, mais a été élu au second. En 1981 c’est exactement le contraire qui s’est passé, et enfin plus près de nous, en 1995, Chirac, arrivé deuxième derrière Jospin, est élu au second tour.
 
Mais je crains que cette fois ci, Nicolas Sarkozy ne dispose pas de réserve de voix pour le vote du 6 Mai.
 
– La Gauche, toute la Gauche, n’est pas majoritaire. Si on additionne toutes les voix qui sont allées vers les candidats de gauche et d’extrême gauche plus les verts, on arrive à 44%.
 
La Droite non plus n’est pas majoritaire, car l’addition des voix qui sont allées sur Sarkozy, Le Pen et Dupont-Aignan atteignent 47%.
 
Dans ce décompte, je n’ai pas réparti les voix qui se sont portées sur François Bayrou, 10% qui peuvent déterminer de l’avenir de la France à condition que lui-même sache prendre une position claire. Je crains là aussi qu’à force d’être aussi indécis qu’un carrefour, son électorat se répartisse entre les deux finalistes.
 
Alors que nous savons que le report des voix se fera de façon massive à gauche, et que les électeurs de gauche voteront comme un seul homme pour François Hollande, à droite c’est plus aléatoire. L’électorat frontiste est assez disparate. Il y a les véritables militants, qui suivront les consignes de vote données par la cheffe, si elle prône comme c’est probable l’abstention, et il y a aussi les voix de la contestation, et ceux là ne veulent plus de Sarkozy. Ils le disent, et ils voteront contre lui le 6 Mai. 
 
Ainsi la règle se confirme bien : au premier tour on choisit et au second on élimine. Donc la surprise me semble bien improbable ! Même si en politique il ne faut jurer de rien, mais enfin…
 
Le véritable enjeu n’est plus l’élection présidentielle, mais la législative.
 
En 1997, 29 députés, ne respectant pas les consignes de désistement lors des triangulaires, ont permis à Lionel Jospin de gagner les élections législatives, alors même que le Président de la République était Jacques Chirac, et qu’il avait été largement élu deux ans auparavant.
 
Le parti de Marine Le Pen pourrait provoquer plus de 300 triangulaires aux élections législatives. Que se passera-t-il si dans un certain nombre de circonscriptions le candidat frontiste arrive en tête ? Il n’est pas impossible que dans ces circonscriptions l’électorat de gauche puisse voter pour le candidat de la droite non extrémiste, pour faire « un barrage républicain » à l’extrême droite, et, réciproquement, nous pourrions voir des voix de droite se reporter au deuxième tour sur les candidats de la gauche.
 
Mais alors comment imaginer que plus de 6 millions d’électeurs ne soient pas représentés à L’Assemblée Nationale sans que cela ne provoque quelques amertumes ?
 
Cocasse n’est ce pas ?
 
Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Elie Levy pour www.Dreuz.info
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz