FLASH
[27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  |  [25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 13 mai 2012
Concubine et chien de garde ?

François Hollande, c’est Flanby, sans doute le coté mou et gélatineux. Valérie Trierweiler a elle aussi son surnom, que je vous laisse découvrir sur le net.

Dans un article publié sur Dreuz le 10 mai (1), notre rédacteur en chef révélait qu’au QG de Hollande, avenue de Ségur à Paris, l’équipe de campagne du candidat élu président fêtait sa victoire, quand elle a eu la surprise de voir arriver Julien Dray, qui n’était pas invité à la fête.

Michel Garroté précisait que « c’est la compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, qui s’est chargée de virer avec fermeté Julien Dray. »

Parmi les explications avancées au PS, on soutenait que Julien Dray était jugé indésirable suite à une obscure histoire d’anniversaire à tendance présumée libidineuse, rue St Denis, dont on ne sait trop s’il s’agissait de l’anniversaire de DSK ou de celui de Julien Dray.

Mais cette explication fumeuse ne résiste pas à la mémoire du net.

Nous avons découvert un document datant de 2007, publié sur un petit blog, ‘Libertés internet’ (3), qui dévoile les pièces manquantes du puzzle, et apporte la réponse , et même plusieurs réponses…

Quand Ségolène Royal apprend qu’il y a une autre femme (JPG: Valérie Trierweiler) en 2005, elle demande à ses amis et sa famille de choisir entre François et elle. A partir de ce moment là, les amis politiques se divisent. Des proches de François Hollande, comme Julien Dray et François Rebsamen, choisissent celle qui deviendra candidate. »

Voilà pourquoi, sept ans plus tard, Julien Dray s’est fait jeter comme un malpropre par Rottweiler qui n’a pas oublié quel camp ce dernier avait choisi.

Mais ce n’est pas tout ce que Valérie Trierweiler a sur l’estomac, et l’on doit s’attendre, maintenant que le rapport de forces à changé, à d’autres règlements de comptes :

La fiche de Trierweiler de Wikipedia indique qu’en 1989, elle entre à Paris Match, où elle couvre des sujets politiques et suit notamment le Parti socialiste. En 2005, cependant, patatrac, Paris Match la nomme grand reporter, un titre « fictif » car la rédaction lui demande de se consacrer uniquement à la critique littéraire et d’abandonner sa spécialité relative aux sujets politiques, ce qu’elle déplore.

D’où vient cette mise au placard ? Wikipedia ne le dit pas.

Nous oui, et ça sent le roussi.

C’est Ségolène Royal, ayant appris la liaison de son mari avec Trierwieler, « qui fait pression sur la direction de l’hebdomadaire … pour que la journaliste, maîtresse de François Hollande, soit écartée.
« Elle (JPG : Royal) va faire appel à son frère, Gérard Royal, un ancien des Services secrets », révélait Libertés internet en 2007. « Lui va téléphoner à la direction du magazine (JPG : Paris Match) pour demander que cette journaliste (JPG : Trierweiler) soit déplacée. Il le dit avec ses mots d’ancien militaire : « Il faut que vous mettiez un terme à cette histoire sinon notre opération va échouer ». Par opération, il parle du lancement de la candidate socialiste (JPG : Royal) ». Et effectivement, la journaliste sera déplacée.

Ségolène Royal a donc, en 2005, exigé et obtenu la peau de Valérie Trierweiler…

Parions qu’entre Ségolène Aubry qui déteste Valérie Hollande qui est divorcé de Martine Royal mais qu’il a embrassée sur la bouche au soir du 6 mai sous les regards noirs d’encre de François Trierweiler, le quinquennat va apporter son lot de bassesses dont seule la noble gauche moralisatrice et au dessus de la vulgate populaire possède la recette.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://www.dreuz.info/2012/05/lady-trierweiler-premiere-dame-de-france-et-dame-de-fer/
(2) http://www.dreuz.info/2012/04/julien-dray-ne-le-5-mars-na-pas-fete-lanniversaire-de-dsk-ne-le-25-avril/
(3) http://libertesinternets.wordpress.com/2007/06/02/journaliste-a-paris-match-la-maitresse-de-francois-hollande-est-outee-par-un-blog/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz