FLASH
[22/03/2017] la BBC s’est rétractée, l’auteur de l’attentat ne serait pas Abu Izzadeen qui est toujours en prison selon son avocat  |  Abdelghani Merah: « le salafisme devrait être interdit en France »  |  Coups de feu à l’extérieur de l’immeuble du parlement de Londres  |  Erdogan : « la démocratie est comme un train. On le prend, et on descend quand on arrive à destination »  |  Le procès du #MurDesCons débutera le 4/12/18 : la justice politisée sait traîner ou aller vite  |  Erdogan répète ses menaces : « aucun Européen ne peut marcher tranquillement dans aucune rue du monde si l’Europe de change pas d’attitude »  |  La candidate russe à l’Eurovision interdite d’entrée en Ukraine  |  Blocus ? Apartheid ? 845 étrangers et professionnels sont entrés en Israël depuis Gaza hier  |  Erdogan prévient que « les Européens ne vont pas être en sécurité cette attitude de l’Europe continue »  |  [21/03/2017] Mathias Fekl, un illustre inconnu, remplace l’autre inconnu Le Roux au poste interchangeable donc inutile de ministre de l’Intérieur  |  Il promettait une république irréprochable, Hollande ! Le corrompu ministre socialiste Le Roux démissionne  |  Somalie Mogadishu : attentat suicide – oui, encore des musulmans. 7 morts et 10 blessés  |  Le Parquet National Financier ouvre une enquête contre Le Roux, le ministre de l’Intérieur de la gauche morale  |  Afghanistan : les talibans tuent 6 membres de services de renseignement dans la province d’Helmand lors d’un attentat suicide avec une voiture chargée d’explosifs  |  Egypte : ISIS affirme qu’un de ses snipers a tué un soldat égyptien le 19 mars à el-Arish dans le Sinaï  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gilles William Goldnadel le 14 mai 2012

Cette semaine : la tragi-comique affaire Salviac, l’harmonie plurielle des cités, la démagogie grecque et un syndicat d’étudiants juifs qui a porté plainte pour incitation à la haine raciale suite à des insultes antisémites.

Je crains le syndrome Kennedy. Du nom de ce pauvre rédacteur de l’Associated Press renvoyé comme un malpropre au lendemain de la victoire de 1945. Le type, de Reims, avait voulu, dès le 7 mai 1945, écrire que les Allemands avaient capitulé. Las, Staline voulait attendre le 8 mai pour capitaliser sa conquête berlinoise. C’était un temps où Roosevelt n’avait rien à refuser au petit père des peuples soviétiques. On empêche le journaliste trop indépendant, y compris ses chers confrères, de câbler la nouvelle par tous les moyens. Et on le vire. Il vient seulement cette année d’être réhabilité.

Gare, donc à l’euphorie de la victoire qui peut annoncer des lendemains qui déchantent.

Mais il y a des petits signes, qui ne trompent pas.

Ainsi, ces membres très progressistes du personnel de RFI – France 24 qui réclament aux édiles socialistes les têtes pourtant bien faites de Mmes Roselyne Febvre et Goetzinger pour cause de mal pensance. Il faudra la démarche épistolaire d’un Didier Tourancheau, transfuge de Libération, pour calmer leurs ardeurs militantes.

Ainsi encore, ce courrier électronique adressé par une gracieuse Valérie T à une modeste collègue de Paris-Match et dans lequel la première morigène la seconde d’un inquiétant «mais à quel jeu joues tu ? », sous le prétexte que la malheureuse a osé présenter Thomas comme «le fils du couple Hollande-Royal» et non de «l’ex couple».

On veut croire que la presse bien-pensante aurait réagi avec une égale tempérance si l’expéditrice s’était prénommée Carla.

Enfin, la tragi-comique affaire Salviac. Bien sur que ce tweet du journaliste sportif de RTL était on ne peut plus bourrin.

Mais enfin, il ne s’agissait que d’un courriel balancé, qui sait, après boire.

Il existe, en matière de droit social, suffisamment de nuances dans la palette des sanctions professionnelles, de l’avertissement au blâme, pour que l’on puisse suggérer que le licenciement prononcé paraisse un peu outrancier pour ne pas ressembler à la punition d’une lèse-majesté.

C’est dans ce contexte légèrement inquiétant, qu’on est rassuré par ce qui ne change pas.

Sofia Aram, avec sa délicatesse habituelle, s’est moquée lundi matin sur France Inter de la défaite de Sarkozy.

Et Pascale Clark, reste tellement Pascale Clark que même Télérama commence à trouver que, décidément, elle est trop agressive envers les interlocuteurs situés sur sa droite.

Cela étant, avec une hauteur de vue qui l’honore, l’hebdomadaire lui demande de rester à son poste. Ouf.

Syndrome Kennedy mais aussi syndrome Straw qui semble nous attendre au lendemain de cette élection… Straw, du nom de cet ancien ministre de l’intérieur britannique travailliste, autrefois dur avec le crime, mais aujourd’hui doux envers les islamistes, depuis que sa circonscription a vu modifiée de fond en comble sa structure démographique au cours de la dernière décennie [NDLR Blackburn dans le Lancashire].

En France, la gauche, selon la stratégie développée par Terra Nova, a labouré de nouvelles terres et de nouvelles « communautés ». 

Une thèse, développée par d’élégants esprits, voudrait faire croire qu’alors que dans les banlieues métissées, la gauche triomphe, dans les bourgs péri-urbains exclusifs d’immigrés, la droite joue des fantasmes et gagne.

L’explication, un brin irénique, s’en déduit naturellement : ceux qui vivent dans les cités bigarrées sont ravis de l’harmonie plurielle qui y règne, au rebours des péquenots dont on a instrumentalisé les frayeurs ignorantes.

Je ne verrais, évidemment, aucun inconvénient de principe à la conquête de ces voix de citoyens qui ont bien le droit de s’exprimer dans les urnes, si je ne craignais, contrairement à l’idée que s’en font les propagateurs de cette pieuse croyance sur l’aimable France de la diversité, que la réalité soit bien entendu plus crue et que les modifications démographiques, difficilement quantifiables, au regard de la prohibition des statistiques ethniques, soient davantage à l’origine du phénomène électoral constaté.

Si on comprend bien ces Grecs qui semblent avoir un faible pour la gauche radicale, leur pays devrait rester dans cette Europe qui les avait, jusqu’à présent particulièrement bien traités, tout en ne payant pas leurs dettes pour cause de prodigalité.

La Grèce, on le sait, a inventé la démocratie. Elle a inventé aussi la démagogie.

Pour qu’on puisse le lui dire, encore faudrait-il qu’on ose se le dire.

Il pourrait échoir très vite à notre nouveau président de devoir tenir ce langage bien osé pour lui.

Il y a quelque temps, un lecteur de peu de foi, m’a demandé avec quelque rudesse ce que pouvait bien être cet islamo-gauchisme que je présentais comme le nouveau fascisme à combattre prioritairement.

Un récent exemple toulousain me donne la possibilité d’en apporter la triste démonstration.

Un communiqué du syndicat d’étudiants juifs, proche du PS, l’UEJF nous apprend le 3 mai que celui-ci a été conduit à porter plainte pour incitation à la haine raciale suite à des insultes antisémites lors de la visite d’étudiants Israéliens à l’université Toulouse le Mirail.

Ces incidents qui se sont déroulés quelques jours seulement après le massacre commis par Mohamed Merah dans une école juive de la même ville ont été filmés et peuvent être regardés sur Youtube.

Un groupe composé notamment de femmes voilées s’est approché du stand tenu par l’UEJF et des étudiants israéliens venus proposer de partager un moment de dialogue autour du thème «avoir 20 ans en Israël».

On voit les perturbateurs invectiver les jeunes juifs en déclarant notamment avec un mégaphone sur lequel on peut voir un logo du syndicat d’extrême gauche Sud : «vous êtes des colonisateurs, vous êtes des criminels, vous êtes des voleurs. Franchement, on devrait vous exterminer. Vous ne devriez même pas exister.» Certains ont ensuite crié en arabe le slogan «Khaibar, Ô juifs, l’armée de Mahomet reviendra» (en référence à cette bataille ou des juifs ont été massacrés et réduits au servage).

Je pense avoir ici donné une assez bonne illustration de ce qu’est l’islamo-gauchisme ordinaire.

En outre, si j’étais cruel, je rappellerai qu’ici même, et notamment à l’intention de ce syndicat d’étudiants, dont évidemment les éléments toulousains ne sont pas en cause, je mettais en garde contre les manifestations intempestives menées contre des personnalités de la droite extrême, comme par exemple à l’université Dauphine dernièrement.

Précisément, je disais que les juifs pourraient prochainement être victimes de pareils manquements à la liberté d’expression.

Encore plus récemment, je m’étonnais que ceux qui avaient décidé de manifester contre Marine Le Pen  ne l’aient pas fait contre l’UOIF.

Je suis décidément trop gentil.

© Gilles William Goldnadel

L’article original peut être lu sur le blognadel

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz