FLASH
L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 28 mai 2012

Michel Garroté – En ce moment, on parle beaucoup des taupes et des corbeaux du Vatican. On parle aussi des finances du Vatican. A cet égard, je connais d’excellents vaticanistes italiens, espagnols et américains. Mais en France, tel ne me semble pas être le cas. Il ne suffit pas de s’autoproclamer vaticaniste pour effectivement le devenir. Dans l’Hexagone, en campagne pour les législatives, l’absolutisme laïcard mine trop souvent les enquêtes et les débats. L’absence de connaissances, elle aussi, est source de propos inexacts. Or, la question n’est pas ici d’être pour ou contre. La question est de suivre les investigations qui seront menées par d’authentiques vaticanistes.

Le Parisien relate (extraits adaptés ; lien en bas de page) : « la presse italienne en est persuadé : un cardinal figure parmi les taupes à l’origine des fuites de documents secrets du Saint-Siège et aurait piloté Paolo Gabriele, le majordome du pape Benoît XVI arrêté mercredi, qui ne serait qu’un exécutant. ‘Un cardinal a guidé le corbeau’, titre le quotidien romain Il Messaggero, tandis que le grand journal milanais Corriere della Sera faisait sa manchette avec le titre : ‘Un cardinal parmi les corbeaux’. La gendarmerie vaticane avait arrêté Paolo Gabriele et trouvé des documents confidentiels à son domicile, un mois environ après la création d’une commission d’enquête chargée d’élucider l’affaire des fuites qui secouent le petit Etat depuis le mois de janvier. Un livre publié il y a huit jours en Italie contient un nombre sans précédent de documents confidentiels illustrant de nombreux débats internes, par exemple sur la situation fiscale de l’Eglise et divers scandales, comme la pédophilie qui a affecté le mouvement des Légionnaires du Christ. Ces documents n’apportent pas de grandes surprises, mais révèlent les venins et les rancœurs entre divers cardinaux et autorités, les uns accusant les autres et s’en remettant au pape, l’assurant de leur loyauté ».

Le Parisien : « Un de ces ‘corbeaux’ anonymes, interrogé par le quotidien La Repubblica, estime que celui qui est à l’origine de la fuite organisée ‘agit en faveur du pape’. ‘Parce que le but des corbeaux est de révéler la corruption qu’il y a dans l’Eglise ces dernières années’. ‘Les vrais cerveaux sont des cardinaux. Et puis il y a des messeigneurs, des secrétaires et des plus petits poissons’, ajoute-t-il. Parmi les taupes, ‘il y a ceux qui s’opposent au cardinal secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone, ceux qui pensent que Benoît XVI est trop faible pour diriger l’Eglise, et ceux qui pensent que c’est le moment opportun de se mettre en avant’, affirme la même source anonyme (Note de Michel Garroté – Dans ce cas, pourquoi écrire que « celui qui est à l’origine de la fuite organisée agit en faveur du pape » ?). Selon cette taupe citée par Repubblica, le pape a été très affecté par l’éviction jeudi du président de la banque du Vatican IOR, Ettore Gotti Tedeschi, qu’il apprécie beaucoup. ‘Le banquier du Vatican’ a été limogé pour sa gestion, mais aussi, selon des sources informées, parce que soupçonné d’avoir diffusé en dehors du Vatican certains documents regardant sa banque (Note de Michel Garroté – Si Tedeschi a été limogé pour sa mauvaise gestion et pour diffusion de documents internes, je ne vois pas pourquoi le pape aurait été « très affecté » par l’éviction de ce banquier aux procédés douteux). Les vaticanistes italiens avaient relevé ce week-end que le majordome, un homme qui s’est toujours montré très attaché au pape, ne semblait pas avoir été en mesure d’orchestrer tout seul cette fuite organisée de documents baptisée Vatileaks ».

Dans Le Figaro, je lis (extraits adaptés ; lien en bas de page) : « Paolo Gabriele (ndmg – le majordome du pape), incarcéré depuis mercredi, a été officiellement inculpé samedi pour ‘possession illégale de documents secrets’. Une enquête est en cours pour établir si l’homme disposait de complices. Jusqu’à mercredi, Paolo Gabriele était l’un des plus proches collaborateurs du pape. Majordome de Benoît XVI depuis 2006, il est l’un des rares laïcs à avoir accès aux appartements pontificaux: il lui servait ses repas, l’aidait à s’habiller et pouvait se rendre dans les pièces du Vatican auxquelles l’accès est strictement limité. En l’espace de quelques heures, le fidèle serviteur du Pape est devenu l’ennemi public du Vatican. Arrêté mercredi pour possession illégale de documents confidentiels retrouvés à son domicile, il est accusé d’avoir transmis ces données sensibles à des médias italiens en janvier et février derniers. Un délit équivalent à l’atteinte à la sécurité de l’État au Vatican. S’estimant trahi par son auxiliaire, Benoît XVI se dit affligé et choqué ».

Le Figaro : « Identifié vendredi par les médias italiens comme l’auteur de la fuite, Paolo Gabriele a été officiellement inculpé par la justice vaticane samedi. Le communiqué du parquet précise qu’une enquête approfondie allait être menée pour établir si l’homme, âgé de 46 ans, avait disposé de complices qui l’auraient aidé à diffuser les documents. Certains commentateurs de la presse italienne ont exprimé leurs doutes quant à une action isolée de la part de Paolo Gabriele, qu’ils soupçonnent de n’avoir été qu’un pion dans une lutte de pouvoir plus large au sein du Vatican. Paolo Gabriele a choisi deux avocats pour se défendre. En l’absence de prison vaticane, l’ancien majordome était détenu samedi dans l’une des trois «salles sécurisées» contrôlées par la gendarmerie du Vatican. Paolo Gabriele est passible d’une peine de 30 ans de prison pour avoir possédé illégalement des documents appartenant à un chef d’État ».

Le Figaro : « S’il est reconnu coupable, il sera vraisemblablement détenu dans une prison italienne à la suite d’un accord entre l’Italie et le Vatican. Parmi les documents qui ont fuité figurent des lettres adressées personnellement à Benoît XVI par l’archevêque Carlo Maria Vigano, ancien numéro deux des services administratifs du Vatican. Les courriers montraient que l’archevêque avait été muté comme nonce apostolique – l’équivalent d’un ambassadeur – à Washington après avoir révélé l’existence d’un large réseau de corruption, de népotisme et de favoritisme lié à des contrats signés à des prix gonflés avec des partenaires italiens. D’autres pièces évoquent des conflits internes concernant l’Institut des œuvres religieuses (IOR, la banque du Vatican), dont le président Ettore Gotti Tedeschi, accusé de ‘mauvaise gouvernance’, a été limogé jeudi. Enfin, certains fax ultrasecrets dont le Pape était le destinataire évoquent les scandales sexuels chez les Légionnaires du Christ ou les négociations du Vatican avec les intégristes ».

Le Figaro, dans un autre article, écrit (extraits adaptés ; lien en bas de page) : « L’Évangile raconte que la pièce du Cénacle où se trouvaient enfermés les apôtres le jour de la Pentecôte fut secouée par un étrange tremblement quand l’Esprit Saint, promis par le Christ, descendit sur eux. Benoît XVI a évoqué ce passage biblique, ce week-end à Rome, mais il est apparu fort attristé par un tremblement d’une autre nature. Il est provoqué, au Vatican, par les révélations de lettres confidentielles personnellement destinées au Pape. Elles ont été publiées dans un livre paru, il y a une semaine, en Italie – ‘Sa Sainteté, les papiers secrets de Benoît XVI’, par Gianluigi Nuzzi, Édition Chiarelettere – non encore disponible en français. Des lettres et des documents reproduits, in extenso, qui semblent avoir été, en partie, dérobés par son majordome personnel, Paolo Gabriele. Il a été trouvé, en effet selon le Vatican, en possession de documents illégaux ».

Le Figaro : « Cet homme de confiance – s’il en est pour occuper un tel poste – a été arrêté mercredi dernier. Il est dans une pièce sécurisée de la gendarmerie du Vatican car il n’y a plus de prison depuis longtemps au Saint-Siège. Laïc, père de famille de 46 ans, il est en attente d’une instruction et d’un procès sous l’égide de la justice du plus petit État du monde. S’il dispose de deux avocats, le secret total est prévu pour toute la procédure – instruction, procès, sentence. Ce qui pourrait pousser ce ressortissant italien à saisir, pour sa défense, la justice de son pays, compliquant une affaire déjà passablement obscure. En attendant, à Rome, c’est la consternation. La semaine dernière a été marquée par les révélations contenues dans ce livre. Elles mettent essentiellement en cause la gestion du Vatican par le numéro 2 du Saint-Siège, le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d’État ».

Le Figaro : « Elles ont déjà provoqué, vendredi, le limogeage du président de la banque du Vatican, l’IOR (l’Institut pour les œuvres de religion), un laïc, Ettore Gotti Tedeschi. Puis, cette arrestation – seulement annoncée samedi – de Paolo Gabriele. Sans compter d’autres arrestations qui devraient intervenir cette semaine. Une femme, laïque, fonctionnaire du Vatican, est dans la ligne de mire. Des prélats pourraient être aussi inculpés. Mais pour eux, rien ne devrait filtrer à l’extérieur du Vatican. Consternation, également, à propos de la personnalité de Paolo Gabriele. Cet homme rangé, élégant et discret, recruté sous Jean-Paul II pour ce poste sensible, était depuis son élection en 2005 au petit soin pour son successeur, Benoît XVI. Présent de son lever le matin à 6h30 à son coucher, toujours à ses côtés lors de ses voyages et déplacements, il était, avec ses deux secrétaires particuliers, des prêtres, l’un des rares à être en contact personnel et permanent avec le Pape ».

Le Figaro : « Au Vatican, il était très estimé et respecté comme un serviteur sans histoire. D’où une immense incompréhension. ‘Tout le monde le connaît au Vatican. Il y a un sentiment de surprise et de douleur ainsi que de grande amitié envers sa famille, qui est aimée. Nous souhaitons qu’elle puisse surmonter cette épreuve’, a confié samedi le père Lombardi, directeur de la salle de presse du Vatican. Un autre religieux qui le connaissait particulièrement bien pour avoir été son confesseur est formel : ‘Paolo Gabriele aime tellement le Pape qu’il ne le trahirait jamais’. Il ajoute : ‘Je connais Paolo depuis des années et si les accusations étaient fondées, alors ce ne serait plus possible de croire en qui que ce soit. Je l’ai suivi spirituellement et je peux témoigner que j’ai trouvé en lui une personne aimant l’Église et très dévouée aux papes’. Ce religieux qui tient à garder l’anonymat conclut : ‘ce qui se passe est incompréhensible pour moi parce que tout le monde au Vatican avait de l’estime pour Paolo, je n’ai jamais entendu dire du mal de lui ou des ragots sur son compte et vous pouvez me croire, c’est plutôt rare car malheureusement dans notre environnement, il arrive souvent d’entendre des médisances’ ».

Le Figaro : « Comme dans les mauvais romans policiers, les yeux sont donc aujourd’hui rivés sur ce majordome du Pape. Tout le monde sait pourtant, au Vatican, si sa culpabilité est avérée, qu’il ne peut être qu’un des maillons d’exécution de détournement de la correspondance privée destinée au Pape. Et qu’il ne peut pas en être le cerveau. Ce mentor, l’auteur du livre en question, Gianluigi Nuzzi, ne le connaît même pas. Il a seulement rencontré l’un des membres de ce réseau secret qui était, lui, chargé de remettre l’ensemble des documents au journaliste pour alimenter la substance de son livre. Nuzzi rapporte d’ailleurs ce témoignage clé qu’il met dans la bouche de son contact pour rendre compte de la motivation de ce groupe : ‘Nous nous sommes retrouvés, vivant ou travaillant au Vatican et avons compris que nous partagions la même perplexité, les mêmes critiques. Nous étions frustrés de nous trouver impuissants devant trop d’injustices, d’intérêts personnels, de vérités cachées. Nous sommes un groupe qui veut agir. Personne ne connaît tous les autres. Quand ces documents seront publiés, l’action de réforme commencée par Benoît XVI connaîtra une inévitable accélération’ ».

L’agence Zenit quant à elle écrivait il y a quelques jours (extraits adaptés ; lien en bas de page) : « Un suspect a été arrêté au Vatican, dans le cadre de l’enquête de la gendarmerie vaticane sur des fuites de documents réservés et privés concertant le Saint-Siège et le pape Benoît XVI. Il serait l’un des auteurs présumés de ces vols. Il a été interpellé jeudi, 24 mai, et arrêté ce 25 mai. Il est actuellement interrogé sur le fait qu’il ait été trouvé en possession illégale de documents réservés et publiés par un journaliste italien. Le P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, a indiqué, ce vendredi 25 mai, en fin de matinée, que ‘l’enquête lancée par la gendarmerie vaticane selon les instructions de la Commission des cardinaux et sous la direction du procureur du Vatican a permis de localiser une personne qui est à présent entendue par la magistrature du Vatican pour des approfondissements ultérieurs’ ».

Zenit : « Les enquêteurs s’interrogent notamment sur le mobile des vols de documents qui ont nourri un livre publié en italien sous le titre : « Sa Sainteté – Les documents secrets de Benoît XVI » : intérêt financier, volonté de déstabiliser, opposition à la politique de transparence mise en œuvre par Benoît XVI ? Et sur les éventuelles complicités. Il s’agirait d’un proche de Benoît XVI, Paolo Gabriele, majordome du pape et donc membre de la ‘Famille pontificale’, et dont le nom n’est pas cité par le Vatican. La Famille pontificale est formée des quatre ‘Memores Domini’, laïques consacrées du mouvement Communion et Libération, du secrétaire particulier de Benoît XVI, Mgr Georg Gänswein, et de ‘l’aide de chambre’ comme dit l’italien (‘aiutante di camera’) de l’appartement pontifical. Romain, âgé de 46 ans, il est marié et a deux enfants : il habite avec sa famille dans la Cité du Vatican, dont il est citoyen ».

Zenit : « Il se trouve maintenant détenu au Palais du Tribunal, au chevet de la basilique Saint-Pierre, et il a été interrogé par le ‘Promoteur de justice’ – le procureur – Nicola Picardi. Rappelons que samedi dernier, 19 mai, le P. Lombardi avait indiqué qu’une enquête était en cours pour identifier les responsables de ces actes ‘criminels’. ‘La nouvelle publication de documents du Saint-Siège et de documents privés du Saint-Père ne se présente plus comme une initiative journalistique discutable – et objectivement diffamatoire -, mais assume clairement les caractères d’un acte criminel’, disait le communiqué. Il déplorait que ‘le Saint-Père, mais aussi différents collaborateurs et auteurs des messages adressés à lui’ aient vu ‘violer leurs droits personnels de discrétion et de liberté de correspondance’. Le Saint-Siège, annonçait la même source, continuera à approfondir les différents développements de ces actes de violation de la vie privée et de la dignité du Saint-Père – en tant que personne et en tant qu’Autorité suprême de l’Eglise et de l’Etat de la Cité du Vatican – et il fera les démarches opportunes, afin que les auteurs du vol, du recel et de la divulgation d’informations secrètes, ainsi que l’usage commercial de documents privés, pris et détenus de façon illégitime, répondent de leurs actes devant la justice. Si cela est nécessaire, il demandera dans ce dessein une collaboration internationale ».

Giacomo Galeazzi, dans Vatican Insider, écrit (extraits adaptés ; lien en bas de page) : L’affaire de l’IOR divise les cardinaux. Jeudi, le conseil laïque de surintendance de la banque du Vatican a enterré son président Ettore Gotti Tedeschi sous un déluge d’objections. Mais, la plupart ne le savent pas, le «coffre-fort du Pape» est en fait géré par un régime «dual». Au-dessus du Conseil des Laïcs, il y a le comité de surveillance des cardinaux, qui s’est réuni vendredi, sans réussir à approuver un communiqué. Un événement sans précédent, signe qu’on n’a pas pu trouver un accord au sein du directoire, conduit par le secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone, et composée des cardinaux Attilio Nicora, Jean-Louis Tauran, Telesphore Placidus Toppo et Odilo Pedro Scherer. A ce que l’on a appris, Nicora et Tauran ont contesté à Bertone la gestion de la sortie de Gotti Tedeschi et toute la conduite des négociations qui devaient conduire à l’admission du Saint-Siège dans la «liste blanche» de l’OCDE, à savoir la liste Les pays ‘vertueux’ ».

Giacomo Galeazzi : « Les experts de Moneyval, le groupe du Conseil de l’Europe qui s’occupe de l’évaluation des systèmes contre le blanchiment d’argent et contre le financement du terrorisme, continuent à examiner les procédures et les normes du Vatican. Nicora, en outre, conteste à Bertone la soustraction des pouvoirs à l’AIF – l’Istituzione dell’Autorità di Informazione Finanziaria, l’autorité interne d’information financière qu’il préside, ralentissant ainsi le parcours vers la transparence financière. Difficile à dire si l’affrontement au sein de la commission des cardinaux est dû à l’évaluation de l’action de Gotti Tedeschi. Ce qui est certain, c’est que cette opposition aura des effets sur la nomination de nouveau chef de l’IOR. Actuellement, le candidat le plus accrédité pour la succession du banquier de Piacenza est le président « intérimaire » Ronaldo Hermann Schmitz, mais les hypothèses sont nombreuses. Le profil idéal est celui de l’ancien numéro 1 de la Bundesbank, Hans Tietmeyer qui est allemand, comme l’aimerait le Pape, mais très âgé ».

Giacomo Galeazzi : « En somme, au sein de la commission cardinalice, aujourd’hui, deux ‘âmes’ s’opposent ouvertement. D’un côté, ceux qui croient (Nicora, Tauran) que la ligne de la transparence, la nécessité d’adapter les normes internationales pour entrer dans le club des plus vertueux, est pour le Vatican un idéal à ne décevoir à aucun prix; de l’autre ceux qui, comme Bertone, croient que cette même ligne devrait être poursuivie avec modération, car le Vatican a ses propres caractéristiques qui le rend non assimilable à d’autres Etats souverains. A la première inspection de Moneyval, en Novembre dernier, par certains aspects, la législation aurait été jugée «trop vague» et a donc subi des ajustements non négligeables. Non sans polémiques et luttes intestines (entre autres choses avec les fuites de documents). Le 25 janvier, ‘par nécessité urgente’, la législation a été ‘modifiée et complétée’ avec des ajustements sur les pouvoirs de contrôle de l’AIF, dont les ‘inspections’ sont désormais ‘disciplinées’ par un règlement. A part quelques maux d’estomac et une certaine résistance dans les dicastères concernés, l’intention du Saint-Siège est d’arriver à des règles qui soient effectivement conformes aux normes internationales. Il y aurait, dans ce contexte, plusieurs aspects à organiser et à adapter. Et la nouvelle tempête au sommet de l’IOR pourrait causer à la négociation des dommages difficiles à prévoir ».

Michel Garroté

Reproduction autorisée avec mention de ce blog

http://www.leparisien.fr/international/vatican-pour-la-presse-italienne-un-cardinal-tire-les-ficelles-28-05-2012-2020740.php

http://www.lefigaro.fr/international/2012/05/26/01003-20120526ARTFIG00538-benoit-xvi-afflige-d-avoir-ete-trahi-par-son-majordome.php

http://www.lefigaro.fr/international/2012/05/27/01003-20120527ARTFIG00228-ce-que-cache-l-arrestation-du-majordome-du-pape.php

http://www.zenit.org/article-30928?l=french

http://benoit-et-moi.fr/2012%20%28II%29/045500a02d0f3c31a/045500a061081e402.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz