FLASH
Obama vient d’émettre une interdiction de déplacer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem : Obama, on vous aime, ça aidera Trump à ne pas hésiter !  |  Premiers sondages en sortie des urnes : Bellen (Vert) 53.6%, Hoffer (FPO) 46.4%  |  Finlande : Le maire et 2 journalistes ont été tués hier soir par un sniper à #Lmatra, le tueur a été arrêté  |  2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gilles William Goldnadel le 25 juin 2012

Nathalie Kosciusco-Morizet a indiqué ce dimanche que l’influent conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, avait pour objectif « de faire gagner Charles Maurras ». Un point de vue pas forcément partagé par les sympathisants UMP.

La sollicitude de la gauche et des médias à l’égard de la droite est touchante et sans borne. Lundi et mardi, France Inter aura donné toute la publicité requise à la charge de Mme Bachelot, présidente de France-Irak du temps de Saddam Hussein et toujours vice-présidente de France-Syrie, mais soudainement devenue moraliste. Mme Jouanneau, ravie enfin d’exister, entonne la même chanson à l’encontre de la « droitisation » sur d’autres ondes. Bref, tous se précipitent au chevet de la grabataire pour lui conseiller la bonne médecine. Il faudrait, tout d’abord, radier le Dr Buisson. Peu importe que son patient ait failli survivre en dépit de la pandémie qui a frappé toute l’Europe et terrassé l’ensemble des responsables gouvernementaux en compétition. Peu importe que les droites soient majoritaires en France. Le salut passerait par la renonciation du successeur de Sarkozy à correspondre à l’attente désormais déterminée du peuple de droite. Le mieux, parait-il, serait de revenir à un archéo-gaullisme qui aura fait le lit de l’immigration sans contrôle et de l’Etat-prodigue.

Il n’est pas sur, qu’aujourd’hui, les adhérents comme les représentants de l’UMP cèdent  à cette campagne d’intoxication.

Ils ont compris, enfin, que c’est l’alliance entre la gauche extrême et les socialistes qui les obligent à résister à un terrorisme intellectuel qui, jusqu’à présent, les contraignaient à peser chaque mot au trébuchet de la censure vigilante qui les surveille en permanence.

Ils savent aussi que, quand bien même ils se soumettraient à l’ordonnance de tous ces bons docteurs Diafoirus, chaque mot qui sortirait de leur bouche, en infraction aux canons de la morale obligatoire, leur serait compté double.

François Hollande a le droit de parler aux électeurs du Front National, il a le droit de considérer qu’il y a trop d’immigrés en France, pas Mme Morano. Il a le droit d’avoir été élu avec des voix de droite, pas Olivier Falorni, sous peine de trahison.

Cette même indulgence à géométrie variable prévaut pour les artistes et sportifs du camp du Bien autoproclamé.

Ainsi, le festival de démagogie qu’aura donné Yannick Noah, lundi au Sénat, aurait du lui valoir la raquette d’or du faux cul international.

Plaider à la fois l’optimisation fiscale pour lui-même et son fils et la taxation maximale pour tous les autres aurait pu lui procurer des habits pour les dix  prochains hivers. Silence dans les rangs des chantres vétilleux de la morale fiscale.

Idem pour Mathieu Kassovitz. Après avoir douté du 11 septembre à New York, le voilà qui joue les sceptiques inspirés quant à la responsabilité de Mohamed Merah à Toulouse.

Nul, curieusement, n’a pourtant pensé à s’esclaffer.

En revanche, on aurait tout intérêt à valoriser la parole d’obscurs et de sans grade, infiniment plus digne et courageuse.

C’est ainsi que Chaouki, le frère d’Abdallah Bouzemaar, assassin des deux femmes gendarmes à Collobrieres a vitupéré le laxisme judiciaire qui a dispensé d’une peine plancher son frère multirécidiviste, après qu’il soit passé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel pour une affaire de violence sur sa mère. « Il a ruiné notre famille et celle de deux femmes, il est impardonnable » ajoute, sans indulgence excessive, sa sœur Djamila.

Pendant ce temps, le frère de Mohamed Merah, Abdelghani, n’a pas de mots assez durs pour flétrir la plainte de leur père à l’égard de la France. « Mon frère est un monstre rempli de haine. C’est un Brevik à la française ».

Il ne se sera pas trouvé un chroniqueur de notre sauvage époque pour dire, simplement, ces mots vrais.

La sœur de Boujema, l’individu dérangé qui aura pris, cette semaine, des otages dans une banque de Toulouse, en se revendiquant d’Al Qaida a déclaré « qu’il avait la rage ».

Le peuple français n’a pas la rage. Il défile, sans bruit, au long de marches blanches en hommage aux victimes, ou dans des manifestations « dignes et silencieuses ».

Anesthésié, aux termes d’un traitement invalidant qui dure depuis quatre décennies, il semble avoir perdu la capacité des sentiments forts. Il ne devrait lui être interdit ni de s’aimer, ni de détester la haine.

Il est des nouvelles que la presse française ne tient pas à monter en épingle.

Ainsi, et en dépit de son obsession pour le conflit israélo-palestinien, vous ne trouverez nulle trace de l’agression caractérisée et assumée du Hamas et de ses missiles sur le sud du territoire israélien, paralysant ainsi la vie normale du million d’habitants qui y vivent.

Le fait que la stratégie du mouvement terroriste palestinien soit, à l’évidence, de se servir de la radicalisation islamiste en cours en Egypte, ne semble également intéresser personne dans l’hexagone.

Quelquefois, l’information arrive, mais avec retard. C’est ainsi que Le Monde, dans un salutaire éditorial en première page, accepte-t-il de traiter de « l’affaire Merah et des ravages du complotisme. ». Dans un passage non moins salutaire, il est écrit : « Dans un cas comme dans l’autre, les faits n’ont guère d’importance, comme l’a bien montré le politologue Pierre-André Taguieff dans son essai – « La foire aux illuminés » – sur le conspirationnisme moderne. Ce n’est pas la singularité de l’événement qui intéresse les complotistes. Ils n’ont que faire des détails sur les crimes perpétrés par Mohamed Merah en mars dernier : trois soldats français tués à bout portant. Un quatrième resté tétraplégique après qu’une balle lui a sectionné la moelle épinière ; les trois enfants et leur professeur, choisis parce que juifs, abattus dans la cour de l’école – notamment cette petite fille qui s’enfuit et qu’il rattrape par les cheveux pour lui loger une balle dans la tête.

Dans un cas comme dans l’autre, les sites désignent le « vrai » responsable : les israéliens, le sionisme international, l’impérialisme occidental anti-islamique, etc…

C’est la version 2-0 des sinistres « Protocole des sages de Sion » : le complot juif.

Ce message est couramment partagé dans le monde arabo-musulman et dans une fraction non négligeable de l’opinion en France. »

Peut-être qu’au terme d’un effort supplémentaire, et osons le dire, d’une révision déchirante de ses préjugés, le journal du soir finira par comprendre que c’est, précisément cette obsession anti-israélienne qui est à la base et du véritable blocage au Proche-Orient, et du déchainement de violence anti-juive en France.

Enfin, il arrive qu’il faille des décennies pour connaître la vérité.

C’est ainsi que Le Figaro de jeudi, premier dans la presse française, a révélé le contenu de l’article de Der Spiegel qui a provoqué cette semaine une onde de choc en Allemagne : ce sont des néo-nazis allemands qui ont prêté main forte à Septembre Noir lors de l’assassinat des athlètes israéliens aux jeux olympiques de Munich en 1972.

Pour ceux qui s’intéressent honnêtement à l’histoire du Proche-Orient, cela n’a strictement rien de surprenant : Septembre Noir c’est l’OLP, et l’OLP a toujours été dominée par la famille Husseini, du Grand Mufti à Yasser Arafat.

Et cette famille, mais quel journal français osera le dire, a toujours été en lien avec l’antisémitisme le plus virulent : nazisme avant-hier, néo-nazisme hier, islamo-gauchisme aujourd’hui.

Qui osera encore dire que des missiles du Hamas, filiale du groupe des Frères Musulmans, au massacre de Toulouse, en passant par celui de Munich, on trouve chaque fois le signe de la bête ?

© Gilles William Goldnadel

L’article original peut être consulté sur le Blognadel

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz