FLASH
[27/03/2017] Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 11 juillet 2012

Michel Garroté – Il y a dix ans, jour pour jour, l’armée marocaine débarquait sur l’île espagnole de Perejil, hissait le drapeau du Maroc et réclamait la “souveraineté du Maroc” sur le territoire. Le Maroc justifia l’invasion par une soi-disant stratégie de “lutte contre l’immigration clandestine et contre le terrorisme”. Le 11 juin 2002, la Garde civile espagnole a détecté au bout de quelques heures l’invasion marocaine de l’île ibérique de Perejil (territoire espagnol depuis 1580), qui se trouve à seulement huit kilomètres du noyau urbain espagnol de Ceuta, et, au sud-ouest du territoire britannique de Gibraltar.

La crise a été réglée au bout de six jours, grâce à une action militaire espagnole qui a permis de hisser à nouveau le drapeau de l’Espagne sur Perejil. Dix ans après, Perejil, qui demeure un territoire espagnol, n’héberge plus de militaires et ne fait plus l’objet d’une vigilance particulière de la part des Forces Armées ibériques.

Michel Garroté

Rédacteur en chef

Reproduction autorisée avec mention de www.dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz