FLASH
Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  |  Rotterdam : 4 boîtes d’explosifs, 1 drapeau d’ISIS découverts durant l’arrestation de terroristes musulmans  |  Syrie : la coalition occidentale a bombardé et détruit 168 camions-citerne près de Palmyre  |  Nigeria : double attentat « suicide » à #Madagali : 30 morts 57 blessés – saloperie d’islam  |  Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 22 juillet 2012

Par Michel de Poncins,

Les politiques dans le monde occidental versent des larmes sur la croissance perdue. Tout en pleurant, ils font  le nécessaire pour la tuer. En France, cette situation ubuesque se traduit par le  Tsunami fiscal en préparation, comme si le nouveau pouvoir voulait se tirer une balle dans le pied.

Les détails remplissent les journaux : la chasse contre les riches, les entreprises et, aussi, les pauvres est ouverte perpétuellement, avec 7 milliards et sans doute bien plus. La destruction de l’économie est aggravée par deux faits. Cela dure depuis de longs mois ; le candidat Hollande, suivant d’ailleurs en cela  les pratiques du  président Sarkozy, n’a pas caché sa volonté super taxative. Il s’est ajouté un autre fait : l’évolution permanente  de la menace ; dans les médias, tous les jours cela bouge  ; l’idée de taxer les entreprises qui auraient l’audace de verser des dividendes a été lancée ! La bougeotte fiscale détruit l’économie depuis longtemps, il vient maintenant s’ajouter la bougeotte dans les idées, le tout annonçant de formidables usines à gaz administratives.

Nous affirmons tranquillement qu’il y a une solution que nous  nommons : le gel fiscal total (GFT).

Le plus tôt possible, le président annoncerait que la fiscalité française est gelée en l’état, quel qu’il soit, pour tout impôt quel qu’il soit, provenant de toute autorité que ce soit. Plus rien ne devrait bouger. Ceci pour  un an et peut-être davantage.

Le terme de « total » a beaucoup d’importance. Très nombreux sont ceux qui veulent réformer la fiscalité comme s’il existait de  bons et de mauvais impôts et  comme si cette forêt vierge était réformable ; tous les impôts sont mauvais : si  l’on touche au moindre détail, sous la pression d’untel ou d’untel, on rencontre une tâche impossible.

 LES EFFETS

Le premier résultat immédiat et fulgurant serait le démarrage   de la croissance. Cette croissance que l’on prétend à tort chercher puisqu’on l’assassine, apparaîtrait enfin.

 Les entreprises qui stoppaient toute évolution dans l’attente terrifiée du Tsunami pourraient recommencer à investir et à embaucher. Certes, elles devraient supporter encore le poids de la fiscalité antérieure et des charges sociales et s’accommoder des multiples entraves des kilos de papier du code du travail. L’observation permet de penser que les entreprises qui n’ont pas été détruites par les pouvoirs précédents ou chassées hors de France ont montré leurs qualités intrinsèques. Il est plus que probable que le GFT sera un moyen fabuleux de reprendre leur ascension dans la stabilité  du côté  de la fiscalité

 L’effet s’étendrait inévitablement aux personnes privées,  paralysées aussi par le Tsunami approchant qui les menace cruellement dans leurs futurs investissements et leurs successions. Certes, les plus riches ne reviendront pas. Toutefois le mouvement qui, depuis des mois, fait le délice des paradis fiscaux  serait considérablement freiné et peut-être inversé. Les jeunes talentueux qui, trop souvent, ont tendance à partir n’auraient plus de raison  de le faire.

Sur le plan international, le nouveau pouvoir, hormis de belles photos, a été accueilli avec perplexité. Alors que tant de pays se réforment, il n’a pas caché son intention de gaspiller l’argent qu’il n’a pas : les voisins rient sous cap en attendant qu’il se plante d’une façon ridicule. Si, malgré toutes les difficultés que nous allons évoquer, il proclamait et réalisait le GFT, il atteindrait  d’un coup la stature internationale qui lui manque à présent.

LES OPPOSANTS

Ils seront nombreux, tant le sont les personnes droguées à la dépense publique et aux impôts qu’elle implique. Dans cette occurrence, le président, indépendamment de ses qualités propres qui sont grandes, a une  arme de dissuasion massive: il dispose de la totalité des pouvoirs, ce qui est très rare. Il faudrait aussi expliquer que la croissance vigoureuse attendue serait telle qu’elle pourrait parvenir à payer les folies habituelles, comme le train de vie fastueux des 38 ministres et de leur suite.

Il est une catégorie d’opposants sur lesquels il faut nous attarder,  ce sont les dirigeants de la CEE.  Cette bureaucratie est devenue non par vocation mais dans les faits, une machinerie gigantesque orientée uniquement vers la satisfaction matérielle de ses membres. Elle a créé au fil du temps un carcan juridique capable de stopper tout ce qui déplaît aux dirigeants.  Les arguments aussi ne manqueront pas pour la faire fléchir car l’échec économique de la CEE est patent et tragique pour les populations.

 LES ECONOMIES

Pas question évidemment de proclamer le GFT sans faire des économies.

Saluons pourtant au passage l’effet Laffer, du nom de cet économiste qui avait remarqué que trop d’impôt tue l’impôt. Toutefois,  il serait déraisonnable  de compter uniquement sur  lui. Remarquons cependant que l’observation de l’effet Laffer est une confirmation de ce qui pourrait se nommer l’effet GFT : tout allègement d’impôt crée de la richesse laquelle améliore les recettes fiscales des impôts restants.

Il importe  donc bien que le pouvoir engage des économies. Celles-ci doivent être massives et auront des conséquences positives et immédiates sur la trésorerie de l’État.

Par les soins successifs des gouvernements depuis décennies, l’État remplit 70% de la sphère économique. Ils ont créé d’innombrables administrations inutiles et amplement subventionnées.  Si le  pouvoir manque d’idées pour inverser totalement la tendance, il existe dans la sphère privée de nombreux experts à ce sujet.

L’urgence est telle qu’il n’est jamais trop tard pour éviter la catastrophe inévitable et qui commence à se mettre en place. Le capitaine a voulu et obtenu étonnamment la totalité du pouvoir.  Il est seul à la barre. Saura-t-il se hisser à un niveau supérieur ce qui veut dire en fait, saura-t-il échapper à la pensée unique et tout miser sur les entreprises seules capables de créer un ouragan de richesses pour tous  ? Le proche avenir nous le dira.

© Michel de Poncins

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz