FLASH
[27/06/2017] L’enquête du FBI contre le général Flynn, le conseiller sécurité de Trump, était une vengeance  |  L’université de Californie se prend un procès pour « environnement hostile aux juifs »  |  Chômage : la barre des 6.6 millions d’inscrits à Pole Emploi est dépassée  |  [26/06/2017] La Cour suprême déclare légale l’interdiction d’entrée établie par Trump pour 6 pays musulmans (sauf les gens qui ont des liens aux USA)  |  [25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 26 juillet 2012

Michel Garroté – Que les Français soient aujourd’hui obnubilés par l’Allemagne, dans l’industrie automobile et ailleurs, en dit long sur la crise identitaire qu’ils traversent. Dans le quotidien allemand Die Welt, Ulf Poschardt brosse le tableau de ce déclin : « Juin 2008. François Hollande vient d’accéder à la présidence du Conseil général de Corrèze, et un cruel exercice d’autodérision choque les Français. Dans un spot publicitaire, Citroën présente sa nouvelle berline, la C5, comme un véhicule intrinsèquement allemand – à ce miracle près qu’il est fabriqué en France. Le héros du petit spot a toutes les caractéristiques de l’Aryen. Il a les cheveux blonds, les yeux bleus, possède un château dans les monts de Bavière et roule au son de la Chevauchée des Walkyries de Wagner. Il fonce à Berlin parader avec son carrosse devant la Porte de Brandebourg et le stade olympique nazi. Il se félicite – c’est l’objet de la publicité – d’avoir trouvé dans la Citroën C5 « la » voiture allemande par excellence ».

Ulf Poschardt : « A travers ce spot, les publicitaires expriment une grande vérité automobile. La deuxième génération de la C5 était une jolie variation sur l’Audi A4, avec un soupçon de BMW. N’osant pas diffuser le spot dans l’Hexagone, les Français l’ont fait passer dans les cinémas anglais avec succès, même si une poignée de députés travaillistes ont poussé des cris d’orfraie, jugeant malséant de jouer ainsi avec l’esthétique nazie. En France également, Citroën a reçu des milliers de lettres de doléances. Elles témoignaient aussi de l’orgueil blessé des Français. Le fait qu’une marque historique comme Citroën juge nécessaire d’estampiller « allemand » le fleuron de sa gamme était vécu comme une humiliation ».

Ulf Poschardt : « Le déclin de l’industrie automobile française est révélateur d’un grand nombre des problèmes avec lesquels se débat aujourd’hui la France. Après la guerre, les Français ont signé, avec la 2 CV et la DS, deux véhicules à la fois originaux, novateurs et viables sur le plan commercial. De son côté, Renault a développé la 4L et, dans les années 1960 et 1970, Peugeot a fait dessiner par Pininfarina des coupés et des cabriolets qui furent parmi les plus affriolants de l’époque. Rien n’était alors plus chic aux yeux de la classe moyenne supérieure qu’un 404 cabriolet ou qu’un coupé 504. Plus flamboyante encore, la Citroën SM, équipée d’un moteur Maserati, mais qui n’a hélas été produite que pendant cinq ans. Des problèmes de mise au point et de qualité des motorisations, ainsi qu’un prix trop élevé, l’ont empêché de rencontrer le succès. Idem avec la CX : malgré des lignes séduisantes, elle n’était techniquement plus en phase avec son temps – et déjà très loin des standards allemands ».

Ulf Poschardt : « Que PSA doive aujourd’hui supprimer 8 000 postes est révélateur de la crise identitaire traversée par l’industrie automobile française. Auparavant, les voitures françaises, qu’on les aimât ou non, étaient instantanément reconnaissables, comme la Parisienne BCBG l’est encore aujourd’hui. Elles étaient les symboles ambulants d’une nation élégante, fière et obstinée, qui était persuadée, non sans une certaine arrogance, que Paris était le nombril du monde et que l’art de vivre à la française était l’acmé de la civilisation. Comme dans l’autre grande puissance coloniale, l’Angleterre, on regardait volontiers dans le rétroviseur pour se repaître de l’éclat des jours passés ».

Ulf Poschardt : « Les nouveaux états d’âme des Français, qui ne datent pas de l’arrivée de Nicolas Sarkozy et de ses chaussures à talonnettes, découlent de la multiplication des entorses aux symboles. Chanel est aux mains d’un Hambourgeois [Karl Lagerfeld], Dior d’un Belge [Raf Simons]. L’âge d’or du cinéma français semble tout aussi révolu que la suprématie de la littérature et de la philosophie françaises en Europe. Avec la disparition de grands penseurs comme Michel Foucault, Roland Barthes ou Jacques Derrida, les Français ont déserté les centres de gravité intellectuels, désormais occupés par des Slovènes, des Allemands et des Américains. Dans les arts plastiques, les Français, jadis icônes de modernité, sont aujourd’hui relégués au second plan. Et, pendant ce temps, les problèmes du pays sont devenus de plus en plus criants ».

Ulf Poschardt : « Peu de pays de l’Europe en crise ont autant passé sous silence leurs problèmes économiques que la France. Le pays est « dans le déni », titrait récemment The Economist. L’ancien ministre américain des Affaires étrangères, Dean Acheson, a déclaré jadis à propos d’une Angleterre en plein doute existentiel : « La Grande-Bretagne a perdu un empire et n’a pas encore trouvé de rôle. » Grâce à Maggie Thatcher, elle s’est trouvé celui de « banquier de la planète ». L’Angleterre des années 1970 était bien plus mal en point que ne l’est aujourd’hui la France – et même l’Allemagne, ancien « enfant malade de l’Europe », est la preuve que des années de doute et d’autocritique peuvent changer un perdant en gagnant. Mais il faut pour cela que les Français ouvrent le débat. En diffusant le spot Citroën, par exemple », conclut Ulf Poschardt.

Michel Garroté

Rédacteur en chef

Reproduction autorisée avec mention de www.dreuz.info

http://suchen.welt.de/woa/search.do?offset=0&lastobj=&length=10&order=date+desc&similar=&wtmc=suche_main&search=PSA&mode=normal&date=all&dateFrom=Von&dateTo=Bis&autor=&outputs=0

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz