FLASH
83% des Israéliens considèrent que Donald Trump est un pro-israélien. Les juifs gauchistes reçoivent une énorme dégelée  |  Le président italien refuse la démission du Premier ministre Renzi  |  Manuel Valls a informé le président Hollande qu’il se présente à la primaire socialiste – comme si c’était un scoop: Oh! on est tous étonnés!  |  Trump: « si les médias étaient honnêtes et honorables, je n’aurais pas besoin de tweeter. Tristement, je ne sais pas si ça changera »  |  Excédé par la pollution sonore de l’appel du muezzin, un Israélien demande que les imams envoient leurs appels audio par Whatsapp  |  Libye : le gouvernement a repris la ville de #Sirte à l’Etat islamique, dont les combattants se préparent à se mélanger aux migrants  |  Ecosse. Fumer avec un enfant dans la voiture, c’est 119 € d’amende  |  Raciste ? Trump a nommé un noir, Ben Carson, comme Secrétaire au logement et au développement urbain  |  Wisconsin: Les Verts ont dépensé 1 million $ pour demander le recomptage. Sur 2.975 millions, ont été trouvés pour l’instant 349 votes manquants  |  Référendum italien : 56% pour le non, 44% oui. Renzi démissionne – Ce n’est cependant pas ITALXIT  |  Obama vient d’émettre une interdiction de déplacer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem : Obama, on vous aime, ça aidera Trump à ne pas hésiter !  |  Premiers sondages en sortie des urnes : Bellen (Vert) 53.6%, Hoffer (FPO) 46.4%  |  Finlande : Le maire et 2 journalistes ont été tués hier soir par un sniper à #Lmatra, le tueur a été arrêté  |  2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 26 juillet 2012

Michel Garroté – Or donc, il n’y a toujours pas de parti de droite en France. Il n’y a toujours pas de parti libéral conservateur. Et il n’y a toujours pas de démocratie chrétienne conservatrice. Il y a un Front National dont le programme économique est dirigiste, étatiste et protectionniste. Il y a l’UMP qui théoriquement incarne la droite, mais qui concrètement demeure un parti dirigé essentiellement par une clique de centristes opportunistes et médiocres. Nous sommes en juillet 2012. Et il y a déjà douze candidates et candidats UMP, déclarés et non déclarés, aux présidentielles d’avril et mai 2017. Non seulement, il n’y a toujours pas, de parti de droite en France ; mais en plus, celles et ceux qui théoriquement incarnent la droite, ont une culture, politique et historique, digne d’un élève de 16 ans. J’ignore s’il existe déjà un livre intitulé « L’UMP pour les nuls ». Je note, en revanche, que les récents propos tenus par les candidates et candidats UMP – à la direction de ce parti en automne prochain et à la présidence du pays en 2017 – donneraient largement matière, à la rédaction, d’un tel livre, par des nuls, pour les nuls.

Jean-François Copé, actuel secrétaire général de l’UMP, n’est pas – officiellement – candidat à sa succession (extraits adaptés ; voir lien en bas de page). Mais ce faux suspense ne trompe personne. Même la date de sa déclaration de candidature ne semble pas faire de doute : ce devrait être le week-end du 25 août, à l’occasion d’un rassemblement de son club Génération France, à Maussane-les-Alpilles, dans les Bouches-du-Rhône. Très populaire au sein de l’appareil du parti, Jean-François Copé a multiplié les déplacements ces derniers temps, provoquant la colère de ses adversaires, qui l’accusent de faire campagne sans le dire. Le site officiel de l’UMP fait d’ailleurs mention d’un CPCJFC, auquel les militants peuvent envoyer leur parrainage. Derrière ce sigle barbare, lire : « Comité pour la candidature de Jean-François Copé ».

François Fillon, candidat à la présidence de l’UMP, veut rassembler « très largement, pas seulement les adhérents de l’UMP » et refuse « un parti qui exclut, qui rejette », dans un entretien à paraître jeudi dans Nice Matin (extraits adaptés ; voir lien en bas de page). Lors du congrès de novembre, durant lequel les militants de l’UMP vont élire leur président, « il faut rassembler très largement », déclare l’ancien Premier ministre. « Mon option, ce n’est pas de rassembler seulement les adhérents de l’UMP » car « je veux qu’elle soit le moteur d’un rassemblement des Français » et « non pas un parti qui exclut, qui ferme, qui rejette », insiste-t-il.

Se félicitant des sondages qui lui sont « assez favorables », Fillon estime que le fait d’avoir « dirigé la majorité pendant cinq ans » à Matignon et d’avoir « assez bien réussi » à maintenir « sa cohésion, puisque aucune voix ne (lui) a jamais manqué », peut constituer « un brevet d’aptitude pour diriger un parti ». François Fillon mène sa campagne sur son « projet », « sans jamais (s’) exprimer sur les autres, qui sont des amis de (sa) famille politique et qu’il faudra forcément retrouver ». Confiant dans ses chances de gagner, il fera « tout pour » que ce match avec notamment son rival Jean-François Copé ne laisse pas de cicatrices.

« Mais les Français ont aussi besoin de savoir ce que les hommes et les femmes qui, demain, ambitionnent de gouverner le pays ont dans les tripes », ajoute Fillon en allusion à une candidature à la présidentielle de 2017. Sur le fait de savoir s’il sera candidat aux primaires ouvertes, prévues en 2016, pour désigner le candidat de la droite à l’Élysée en 2017, François Fillon botte en touche : « Ce n’est pas la question qui est posée aujourd’hui ».

L’ex-ministre Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM), qui brigue la présidence de l’UMP, dit s’inscrire « dans la filiation de Nicolas Sarkozy » (extraits adaptés ; voir lien en bas de page). NKM qui s’est lancée dans la course à la présidence de l’UMP, assure aujourd’hui jeudi que son action s’inscrit dans le cadre d’une droite « pas conservatrice » et susceptible de « casser les codes ». « Je m’inscris clairement dans la filiation de l’action de Nicolas Sarkozy », basée sur des « valeurs de droite, travail, autorité, responsabilité, mais (avec un) esprit de réformes », dit-elle sur France 2.

« Ma droite à moi, elle n’est pas conservatrice, ajoute NKM. On est là pour produire des idées nouvelles, éventuellement aussi (pour) casser les codes, aller à l’encontre de la pensée unique. Je souhaite par exemple que l’on continue à défricher les nouveaux champs comme le numérique, l’écologie. Ça n’a pas toujours été la position des leaders de ma famille politique », poursuit-elle.

Répétant que l’UMP devait être « sans concession » avec le Parti socialiste et « sans compromission » avec le Front national, Nathalie Kosciusko-Morizet souhaite que son parti procède à une « décentralisation » et à un « réinvestissement dans les territoires » en prévision des municipales de 2014. Elle balaye, légèrement agacée, l’image de « bo-bo » qui lui est accolée, selon le journaliste qui l’interrogeait. « Souvent, ceux qui disent cela et jettent ces anathèmes vivent en plein cœur de Paris et n’ont jamais mis les pieds dans une banlieue comme la mienne », dit-elle. Nathalie Kosciusko-Morizet est députée-maire de Longjumeau, une « ville populaire », dit-elle.

En arrière-plan du duel qui tient l’affiche, plusieurs seconds rôles tentent de faire entendre leur voix (extraits adaptés ; voir lien en bas de page). C’est le moment de se lâcher : il n’y a pas de chef incontesté à la tête du parti et le combat Copé-Fillon, qui ne fera vraiment rage qu’à l’automne, leur laisse encore un peu d’espace médiatique. Les seconds rôles ont chacun indiqué être « à la recherche des parrainages ». Ce qui – subtilité de ce nouveau jargon UMP – ne signifie pas forcément « être candidat ». Une distinction que s’emploie à souligner Bruno Le Maire.

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet et Christian Estrosi, l’objectif est de promouvoir les chapelles qu’ils viennent respectivement de créer : « la France droite » pour NKM et « l’Association des amis de Nicolas Sarkozy », qu’Estrosi, député-maire de Nice, dans les Alpes-Maritimes a cofondée avec Brice Hortefeux. Et de tester leur succès auprès des militants. Les outsiders ont un point commun : chacun d’eux raconte avoir l’oreille attentive de Nicolas Sarkozy et lui avoir exposé sa démarche. Un argument de campagne ?

Il y a aussi Dominique Dord, qui n’est pas tout à fait un inconnu, puisqu’il est député-maire d’Aix-les-Bains, en Savoie et trésorier de l’UMP. Mais son manque de notoriété nationale pourrait bien lui barrer la route de cette compétition interne. Les 8’000 parrainages doivent en effet provenir de dix départements différents. L’intéressé s’est empressé de demander un assouplissement de la règle des parrainages. Sans succès.

Sur la page de l’UMP répertoriant les différents candidats figurent en revanche deux militants dont on n’a jamais entendu parler : Philippe Herlin, un libéral-conservateur pro-européen qui prône des alliances locales avec le FN ; et Dominique Hamdad-Vitré, un militant issu de la fédération de Paris. Iront, iront pas ? Cataloguée comme pro-Copé (en fait, elle est surtout anti-Fillon), Rachida Dati a évoqué la possible candidature d’un « trio » de femmes issues d’un collectif de 120 élues UMP qui pourrait s’appeler « A droite…toutes ! ». Xavier Bertrand, lui non plus, n’exclut pas de se présenter sous son propre nom. Il est en tout cas courtisé par les deux principaux prétendants qui se sont entretenus avec lui en fin de semaine dernière.

Quant à Henri Guaino, il réfléchirait lui aussi à une candidature. Selon une journaliste du Figaro, il aurait demandé à NKM d’être son numéro 2. Autre interrogation qui agite les esprits à l’UMP : le devenir du groupe des « mousquetaires » jadis regroupé autour de Jean-François Copé et de son fidèle lieutenant Christian Jacob. Ayant rejoint François Fillon, Valérie Pécresse n’en fait plus partie. Les velléités de Bruno Le Maire ont achevé de saper la cohésion de ce petit cercle auquel appartiennent aussi François Baroin et Luc Chatel, qui n’ont pas encore pris clairement position. Le dîner qui devait les réunir hier mercredi a été reporté à la rentrée.

Michel Garroté

Rédacteur en chef

Reproduction autorisée avec mention de www.dreuz.info

http://www.lepoint.fr/politique/fillon-je-ne-veux-pas-une-ump-qui-exclut-26-07-2012-1489484_20.php

http://www.liberation.fr/politiques/2012/07/26/nkm-ma-droite-n-est-pas-conservatrice_835679

http://www.francetvinfo.fr/pour-y-voir-clair-dans-la-guerre-de-succession-a-l-ump_122695.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz