FLASH
Bruno Le Roux nommé 1er ministre. Si dans une entreprise on nommait PDG un petit cadre, ce serait la faillite – pareil pour la France  |  Des coups de feu ont été tirés sur un poste de police d’Albertslund au Danemark – 1 policier blessé – motif encore inconnu  |  Bernard Cazeneuve vient d’être nommé premier ministre. Mais sil sont bons à tout c’est qu’ils sont bon à rien disait ma grand-mère  |  Trump a démontré qu’il est le 1er président qui n’a pas besoin des médias, il va les court-circuiter pour parler aux Américains  |  Moscou et Pékin mettent leur veto à une résolution de l’Onu pour une trêve à Alep  |  Hillary Clinton atteint maintenant 2.6 millions de votes de plus que Trump – et ça n’a toujours aucune valeur  |  83% des Israéliens considèrent que Donald Trump est un pro-israélien. Les juifs gauchistes reçoivent une énorme dégelée  |  Le président italien refuse la démission du Premier ministre Renzi  |  Manuel Valls a informé le président Hollande qu’il se présente à la primaire socialiste – comme si c’était un scoop: Oh! on est tous étonnés!  |  Trump: « si les médias étaient honnêtes et honorables, je n’aurais pas besoin de tweeter. Tristement, je ne sais pas si ça changera »  |  Excédé par la pollution sonore de l’appel du muezzin, un Israélien demande que les imams envoient leurs appels audio par Whatsapp  |  Libye : le gouvernement a repris la ville de #Sirte à l’Etat islamique, dont les combattants se préparent à se mélanger aux migrants  |  Ecosse. Fumer avec un enfant dans la voiture, c’est 119 € d’amende  |  Raciste ? Trump a nommé un noir, Ben Carson, comme Secrétaire au logement et au développement urbain  |  Wisconsin: Les Verts ont dépensé 1 million $ pour demander le recomptage. Sur 2.975 millions, ont été trouvés pour l’instant 349 votes manquants  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 27 juillet 2012

Michel Garroté – La sortie de la Grèce de la zone euro n’est plus un sujet tabou. Du reste, que ce pays demeure dans la zone euro ou pas, de toute façon, il y aura de la casse pour tout le monde. Personnellement, je suis hostile aux demi-mesures. Je préfère les décisions à la fois nettes et courageuses. En clair, je ne vois que deux alternatives. Soit la Grèce – et peut-être d’autres pays – quittent la zone euro (auquel cas ces pays ne sont soumis à aucun contrôle extérieur). Soit l’on donne aux institutions européennes des moyens de contrôle – mais cette fois réels et concrets – pour scruter et si nécessaire corriger, efficacement, les finances des pays membres de la zone euro (auquel cas l’on instaure un « fédéralisme budgétaire » pour l’ensemble des pays membres de la zone euro).

Au-delà de la dette, je vois un autre risque dont il faudra bien tenir compte. Il s’agit du risque de guerre. Depuis 1945, l’Europe n’a plus connu de guerres. Mais la guerre de 1939-1945 a fait 50 millions de morts. L’une des causes – mais pas la seule – de cette épouvantable guerre fut la crise économique dite « crise de 1929 ». Mais revenons aux Grecs. J’ai écrit plus haut que la sortie de la Grèce – de la zone euro – n’est plus un sujet tabou.

Ainsi, je lis dans un quotidien français de centre-gauche se faisant passer pour un journal de droite (extraits adaptés ; lien en bas de page) : « ‘Pour de nombreux experts, pour mon parti et pour moi, une sortie de la Grèce de la zone euro a perdu de son horreur il y a longtemps’, déclare le vice-chancelier allemand et leader du parti libéral, Philipp Roessler. Cette déclaration s’apparente à une menace envers le gouvernement grec (Note de Michel Garroté – C’est du bon sens au service du bien commun et non pas une « menace »). Le gouvernement grec veut négocier avec ses partenaires pour obtenir un délai de deux ans supplémentaires afin de redresser ses finances publiques. Berlin s’y oppose. Même si ce dirigeant allemand est depuis longtemps hostile à l’aide grecque, il exprime ce que certains pensent tout bas. Alors même que le risque de voir la Grèce quitter la monnaie unique n’a jamais été aussi élevé, selon les économistes de Citigroup ».

« Dans une note, ces économistes estiment que cette éventualité a 90% de chances de se réaliser, contre 50% à 75% auparavant. Jusqu’au début de 2012, une sortie de la Grèce – ou ‘Grexit’, comme le nomme les Anglo-Saxons en contractant les mots ‘Grèce’ et ‘exit’ – faisait en effet craindre de très lourdes pertes pour les banques et, par ricochet, menaçait l’économie européenne. Ce risque semble désormais revu à la baisse. D’abord, les banques ont rapatrié les trois cinquièmes des fonds placés en Grèce depuis fin septembre 2009 selon les chiffres de la Banque des règlements internationaux (Note de Michel Garroté – Peut-on faire confiance à cette banque et aux chiffres qu’elle avance ?). La restructuration de la dette de l’État grec, opérée en mars 2012 a, ensuite, permis aux marchés de réduire encore plus, moyennant l’effacement de 100 milliards d’euros, leur exposition à la dette » (Note de Michel Garroté – Et quelles sont les victimes de cet « effacement » miraculeux de 100 milliards d’euros ?).

« ‘Il y a un an, une grande partie de la dette publique était encore détenue par le secteur privé. Ce n’est plus le cas’, explique Fabrice Montagné, économiste à Barclays. ‘Moins exposés, les marchés ont moins peur d’une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro’. La dette publique grecque, qui s’élevait à 337 milliards d’euros début 2012, selon UBS, était détenue presque aux deux tiers par des créanciers privés. Leur part a fondu à moins d’un tiers. Ce sont les institutions européennes et les pays membres de la zone euro qui ont pris le relais. Via les aides versées depuis plus de deux ans, ils réunissent désormais 73% de la dette et des risques de pertes en cas d’une faillite qui ne manquerait pas d’être provoquée par la sortie du pays » (Note de Michel Garroté – Perdre 73% de 337 milliards d’euros, ce n’est point une mince affaire pour les contribuables, n’est-il pas ? Mais continuer à donner des centaines de milliards d’euros aux Grecs ne serait pas non plus une mince affaire…).

« Outre les coûts financiers directs, les risques de contagion générés par une éventuel ‘Grexit’ ont longtemps fait craindre le pire. Seraient-ils moins élevés que prévu grâce à la mise en place, bien que retardée, du pare-feu financier de la zone euro qu’est le Mécanisme européen de stabilité ? Pas sûr. ‘La possibilité d’organiser la sortie de la Grèce de la zone euro ramène à la question de savoir si le pare-feu européen est suffisamment solide pour contenir le choc’, analyse Michala Marcussen, chef économiste de la Société générale CIB : ‘notre avis ? Il ne l’est pas’. Pour la Grèce elle-même, quitter la zone euro se traduirait par une récession accrue à court terme. Les économistes du groupe de réflexion bruxellois CEPS estiment que ‘la richesse produite par le pays retrouverait seulement au bout de 10 ans son niveau d’avant-crise’ » (Note de Michel Garroté – Le « pare-feu financier de la zone euro qu’est le Mécanisme européen de stabilité » est-il vraiment un pare-feu et peut-il réellement apporter de la stabilité ?).

Michel Garroté

Rédacteur en chef

Reproduction autorisée avec mention de www.dreuz.info

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/07/26/20002-20120726ARTFIG00308-la-sortie-de-la-grece-de-l-euro-fait-un-peu-moins-peur.php

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz