FLASH
[25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  |  Manchester : les renseignements anglais pensent que l’attentat a été décidé par une cellule terroriste européenne qui vise surtout l’Allemagne et la Grande Bretagne  |  Manchester : la bombe était très sophistiquée, avec des explosifs à réaction ultra rapide  |  Manchester : l’anti-terrorisme découvre un réseau terroriste derrière l’attentat  |  Salman Abedi « voulait se venger » des bombardements US en Syrie, d’après sa sœur (se venger sur des fillettes ?)  |  Manchester : massive opération anti-terroriste en cours, artificiers anti-bombe sur place  |  [24/05/2017] La filière du terroriste de Manchester Salman Abeidi a permis de remonter jusqu’à un important recruteur d’ISIS  |  Coup de feu au café des belges, rue Lafayette : saisie d’une dépêche ancienne – nous nous excusons  |  Non confirmé : alerte à la bombe dans une école de Strasbourg et à Paris près de la gare du Nord  |  Paris : coup de feu au café des belges, rue Lafayette bloquée  |  Un terroriste musulman s’est fait exploser dans un autobus en ville à Jakarta Bilan 4 morts et plusieurs dizaines de blessés  |  Lille, France : 2 musulmanes arrêtées par le raid avant de commettre un attentat  |  Trump a obtenu de l’OTAN qu’elle se joigne à la coalition anti-ISIS  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 30 juillet 2012


Michel Garroté – C’est une tragédie grecque au sens économique du terme. La Grèce empoche allègrement des centaines et des centaines de milliards d’euros. Mais dans le même temps, la Grèce ne tient toujours pas ses promesses de réformes et aucune administration fiscale grecque fonctionnelle n’a encore été mise en place. Et là, la tragédie tourne à la tragicomédie. Résultat : les Allemands, les Français, les Italiens et les Espagnols doutent de plus en plus de l’avenir de l’euro.

A ce propos, je lis (extraits adaptés ; lien en bas de page) que 51% des Allemands pensent que « leur pays se porterait mieux hors de la zone euro et 71% veulent que la Grèce en sorte si les engagements ne sont pas tenus. Au moment où la chancelière allemande, Angela Merkel, réitère sa promesse de ‘tout faire pour protéger la zone euro’, un sondage paru (hier) dimanche dans l’hebdomadaire allemand Bild am Sonntag montre qu’une majorité d’Allemands se verrait bien sans la monnaie unique ».

« L’écart est faible mais il est tout de même révélateur : ils sont 51% à estimer que leur économie se porterait mieux si elle ne faisait pas partie de la zone euro. Les Allemands ne sont pourtant pas les plus critiques à l’égard de la création de l’Union monétaire. D’après une étude du Pew Research Center 44% des Allemands estiment que l’euro est une bonne chose, contre 37% des Espagnols, 31% des Français et 30% des Italiens ».

« Mais l’opinion publique allemande est divisée sur ce que la zone euro apporte à leur pays. Première économie du continent et principal contributeur aux plans d’aide, l’Allemagne a pourtant vu à son tour sa note AAA mise sous perspective négative par l’agence de notation Moody’s à cause des risques d’éclatement de la zone euro. La pilule a du mal à passer dans le pays, qui s’est érigé en modèle de rigueur budgétaire ».

« L’attachement des Allemands à leur ancienne monnaie, le mark, reste même plus fort qu’ailleurs : 40% d’entre eux aimeraient y revenir, selon un sondage réalisé par l’institut Ifop-Fiducial pour Le Journal du dimanche. En France et en Espagne, 25% de la population souhaitent un retour au franc et à la peseta. Les Italiens sont 28% à vouloir retrouver la lire ».

« Concernant la Grèce, les Allemands restent très hostiles à une renégociation des mesures de rigueur imposées à Athènes par ses créanciers en échange des plans de sauvetage. Le sondage paru (hier) dimanche montre que 71% des Allemands demandent une sortie de la Grèce de la zone euro si le pays ne respectait pas ses engagements budgétaires ».

« Le ministre de l’Économie allemand, Philipp Rösler, affirme dans un entretien au même journal qu’il y a ‘des doutes considérables sur le fait que la Grèce tienne ses promesses de réformes ; la mise en œuvre (des réformes) est hésitante’, ajoute-t-il. ‘Aucune administration fiscale fonctionnelle n’a encore été mise en place. En outre, il n’y a eu pratiquement aucune avancée dans la privatisation des biens publics promise’, précise-t-il ».

« 64% des Allemands estiment que leur pays ne devrait pas continuer à venir en aide à la Grèce, selon un sondage Ifop-Fiducial pour Le Figaro. Les Français sont 53% à le penser, les Espagnols 46% et les Italiens 36%. En novembre 2011, un sondage montrait que 68% des Allemands estimaient que la Grèce n’avait pas d’avenir dans la zone euro ».

Michel Garroté

Rédacteur en chef

Reproduction autorisée avec mention de www.dreuz.info

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/07/29/20002-20120729ARTFIG00115-une-majorite-d-allemands-se-verrait-mieux-sans-l-euro.php

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz