FLASH
[27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  |  [25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rachel Franco le 26 août 2012

Un soir, j’ai été prise par la pensée que si mes écritures à tonalité journalistique se font plus rares, c’est sans doute parce que j’ai tant à faire pour réussir à me centrer et me construire qu’il est difficile de courir plusieurs lièvres à la fois, et qu’il faut savoir mettre de l’ordre dans ses priorités. J’ai aussi pensé qu’il y a de nombreux autres compagnons de route qui écrivent fort bien ce que je pense et qu’il n’est donc pas utile de se disperser pour dire la même chose, même si c’est d’une autre manière.

Ce matin, comme chaque matin, j’ai parcouru les articles des sites qui luttent contre la désinformation, pour suivre les pas de géants que font, malheureusement, les islamistes contre le monde libre. J’ai alors vu que l’un de mes anciens articles était publié à nouveau par Europe-Israël. Il s’agissait de ma reconnaissance à notre ami Guy Millière. J’ai alors pensé que mon désir de relâchement de la veille n’était peut-être pas juste et que chacun apporte toujours un éclairage qui lui est personnel.

Sur le chemin de Jérusalem, je me suis arrêtée sur la montagne où repose le prophète Samuel. En ce lieu, régulièrement, je vais déposer mes prières et je sais que la vue splendide sur Jérusalem et ses environs me remplit de force et de joie profonde pour la journée. Il était encore très tôt, j’étais la seule femme présente. Habituellement, je me place aux pieds de la tombe mais ce matin-là, mon désir a été de me placer près de la tête, je ne saurai dire pourquoi.

Puis en quittant ce lieu chargé d’énergies, j’ai passé ma main sur mes cheveux et une abeille qui s’était posée là, m’a piquée un doigt. La douleur a été vive et a duré quelque temps.

Je savais pourquoi j’avais été piquée et comme Dreuz.info fait partie de cette histoire, j’ai donc décidé de la partager avec vous.

En hébreu, une abeille se dit Dévorah (Deborah en français) qui s’écrit avec les racines du mot Dibour qui veut dire Parole.

Parce que j’ai souhaité freiner ma parole dans notre combat contre les forces obscures de l’islam nazifiant, une abeille posée sur mes cheveux m’a piquée. Les cheveux sont, entre autres, l’expression de la force mais surtout un lien de connexion avec la lumière divine, d’ailleurs la tête est le lieu où réside la pensée. C’est donc là que l’abeille s’est posée et c’est près de ma tête qu’elle a enfoncé son dard dans mon doigt. Moi, qui aime lire le monde comme un livre de signes, il m’a semblé alors comprendre que je ne devais en aucun cas me reposer et que ma parole devait s’ajouter à celles de mes compagnons de route.

Puis, j’ai parlé de cette histoire à mon époux et il m’a rappelée qui était Deborah.

Deborah était une femme, juge et prophète, qui a encouragé le peuple Juif et notamment le ministre de la guerre de cette époque, qui s’appelait Barak, à œuvrer dans la guerre contre les ennemis des enfants d’Israël. Barak refusait le principe de cette guerre si Deborah n’était pas du combat. Deborah était une femme qui parlait, chantait et savait prier. Elle a accepté en répondant à Barak que le mérite reviendra alors à une femme d’avoir gagné cette guerre. La guerre a été gagnée, également grâce à Yaëlle, autre femme qui a tué le chef ennemi de ses propres mains… après l’avoir nourri de lait.

Je ne connais pas bien cette histoire biblique mais je me suis laissée aller à penser ainsi :

Ce sont les femmes qui sont maitresses de l’art de la compréhension profonde, de la déduction, ou encore de l’intuition, et ce sont elles qui savent, plus que bien des hommes, recevoir et entendre les non-dits et sentir les dangers qui guettent les hommes. Ce que je dis ici est bien sûr une généralité fatalement inexacte pour toutes et tous, mais si profonde en tant que vérité ésotérique.

Deborah dit à l’Eclair (Barak veut dire Eclair) d’agir et d’avoir confiance. Elle sait entendre dans le silence, elle sait parler en Son nom, elle sait prier et elle sait chanter.

Yaëlle donne le lait qui endort l’ennemi et elle le tue par un coup porté sur sa tête, et Deborah, l’abeille, récolte le miel de la victoire décisive.

La parole, quand elle est épurée, donne la force et le courage d’agir dans les situations les plus extrêmes. Je ne sais quelle est la position de notre Chef d’état-major actuel dénommé Ehoud Barak, dans cette guerre malheureusement nécessaire contre l’Iran et je suppose qu’il s’agira d’une opération-éclair, destinée à détruire les nombreuses têtes d’ogives nucléaires de l’ennemi, mais je sais que le lait et le miel coulent dans le pays d’Israël et que les femmes, ici, sont vaillantes et courageuses.

Il n’y a plus de prophètes en Israël et il n’y a plus de femmes juges et prophètes. Mais le mérite des Justes existe et agit pour nous dans chaque génération.

Les femmes d’Israël ne sont pas des femmes qui chantent de joie et distribuent des bonbons quand leurs fils se font exploser au milieu des Juifs. Ce ne sont pas des femmes qui aiment la mort et se réjouissent des attentats suicides de leurs progénitures. Non, ce ne sont pas des femmes qui nourrissent leurs bébés avec la haine anti juive et anti occidentale.

Quand les femmes d’Israël prient, c’est pour le bien de tous et pour remercier le Ciel de la protection divine qui nous est garantie. Chacune d’entre nous est un petit soldat qui agit en toute discrétion, selon sa nature et ses qualités propres et souvent cette action prend l’habit de la parole et de la prière.

Ma manière à moi est d’écrire et l’abeille est venue me le rappeler, un peu douloureusement. Ceci a également eu le mérite de réveiller ma mémoire, et je me suis souvenue du temps où « Dreuz » se nommait « drzz ». Comme ce nom était imprononçable, je m’adressai à son directeur en l’appelant « l’abeille ». Je suis certaine qu’il me lit aujourd’hui et s’en souvient bien. Encore un hasard ? Mais non, c’est justement une histoire d’abeille.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Rachel Franco pour www.Dreuz.info

Jérusalem, Israël, le 26/08/2012

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz